Georg Ferdinand von Bentheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georg Ferdinand von Bentheim
Georg-ferdinand-von-bentheim.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
WiesbadenVoir et modifier les données sur Wikidata
Allégeance
Activité
Chef militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflits
Distinctions

Georg Ferdinand von Bentheim né le à Soldau et mort le à Wiesbaden est un général d'infanterie (General der Infanterie) prussien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils du général de division prussien Wilhelm von Bentheim (de) et de sa femme Dorothea Constance, née Holst (1794-1849)[1].

Bentheim se marie le à Königsberg avec Adelheid Friederike Gottliebe von Proeck (de) (1825–1904). Le mariage donne une fille, qui épouse le lieutenant général prussien Walther von Ingersleben (1859–1940) et deux fils, Oskar (1848–1907)[2] et Alfons.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Officier du corps des cadets de Kulm[modifier | modifier le code]

Bentheim rejoint le le corps des cadets de Culm au 1er régiment de grenadiers de la Garde à Berlin puis est promu sous-lieutenant le . Le 18 , il est promu premier lieutenant (Premierleutnant). À la suite de sa promotion au grade de capitaine le , il commande une compagnie. Il participe à ce titre à la campagne de 1848 contre le Danemark dans les duchés de l'Elbe. Pour avoir participé aux batailles de Skrydstrup et au raid d'Aabenraa, il reçoit l' Ordre de l' Aigle Rouge (4e classe avec épées).

En 1849, il participe à la répression du soulèvement de mai à Dresde. Le , il devient major et commandant en second du 2e bataillon du 4e régiment du Landwehr et est transféré à Coblence.

Le , il est de nouveau transféré au 1er régiment de grenadiers de la Garde à Berlin. Le , il est promu au rang de lieutenant-colonel et le à celui de colonel. Le 14 juin de la même année, il devient commandant du 2e régiment à pied de la Garde (2. Garde-Regiment zu Fuß).

Guerre des Duchés[modifier | modifier le code]

Le , Bentheim prend la direction de la 27e brigade de la 14e division d'infanterie. Pendant la guerre des Duchés, il prend aussi le commandement de la brigade mobile de grenadiers de la division d'infanterie le . Avec ses troupes, il participe à diverses batailles dans le Jutland et à l'assaut du Düppeler et est décoré de la croix de Commandeur de l'Ordre de Léopold puis promu en au grade de Generalmajor. Le , il reste avec les troupes prussiennes dans le Schleswig en tant que commandant de la 1re brigade d'infanterie combinée.

Guerre austro-prussienne de 1866[modifier | modifier le code]

Lorsque la guerre austro-prussienne éclate en 1866, Bentheim reçoit le commandement de la 1re Division combinée de Landwehr de l'armée principale pour la Bohême. À part une petite bataille d'avant-poste à Aussig, il n'y a pas eu d'engagement militaire. Après son retour à la maison, il est nommé le commandant de la 1re division d'infanterie à Königsberg. Le , il en est promu lieutenant général.

Guerre de 1870-1871[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre de 1870 contre la France, il dirige la division de la Prusse orientale pour le 1er corps d'armée (de) à travers la frontière française en août et prend part au siège de Metz. Au cours de la bataille de Noiseville le , sa brigade se tient dans le champ principal d'attaque de l'armée du Rhin. Après la chute des fortifications de Metz, les troupes de Bentheim se déplacent vers la Somme et avancent vers Rouen[3].

Le , il prend la direction du 1er corps d'armée à la place de von Manteuffel, qui est nommé commandant général de la 1re armée. Bentheim gagne les deux classes de la Croix de fer et de l'ordre Pour le Mérite. En , il est nommé gouverneur de Metz.

Bentheim est mis en disponibilité le avec le grade de général d'infanterie. En même temps, Wilhelm I lui décerne l'Ordre de la Couronne, première Classe.

Il passe les dernières années de sa vie à Wiesbaden, où il meurt d'une crise cardiaque en 1884.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustav Emil Ferdinand von Glasenapp : biographies militaires du corps des officiers de l'armée prussienne. G. Bernstein, Berlin 1868, p. 113.
  • Kurt von Priesdorff : leadership des soldats. Volume 7, Hanseatische Verlagsanstalt Hamburg, o. O. [Hambourg], o. J. [1939], DNB 367632829, pages 240-241, no 2271.
  • (de) Bernhard von Poten, « Bentheim, Ferdinand von », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 46, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 363 f

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kurt von Priesdorff: Soldatisches Führertum. Band 5, Hanseatische Verlagsanstalt Hamburg, o. O. [Hamburg], o. J. [1938], (de) « Publications de et sur Georg Ferdinand von Bentheim », dans le catalogue en ligne de la Bibliothèque nationale allemande (DNB)., S. 256, Nr. 1538.
  2. Werner von Bock: Stammliste des Offizierkorps des 2. Garde-Regiments zu Fuß. 19.6.1813–15.5.1913. Verlag R. Eisenschmidt, Berlin 1913, S. 168.
  3. (en) Quintin Barry, The Somme 1870-71: The Winter Campaign in Picardy, Helion, (ISBN 978-1-912174-67-6, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]