Gare de Saint-Julien-sur-Garonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Julien-sur-Garonne
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Julien-sur-Garonne
Localisation
Pays France
Commune Saint-Julien-sur-Garonne
Adresse D25A
31220 Saint-Julien-sur-Garonne
Coordonnées géographiques 43° 15′ 35″ nord, 1° 08′ 37″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant Fermée
Caractéristiques
Ligne(s) Toulouse à Bayonne
Voies 2
Altitude 232 m
Historique
Mise en service
Fermeture XXe siècle

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saint-Julien-sur-Garonne

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Saint-Julien-sur-Garonne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Saint-Julien-sur-Garonne

La gare de Saint-Julien-sur-Garonne est une ancienne gare ferroviaire française de la ligne de Toulouse à Bayonne, située sur le territoire de la commune de Saint-Julien-sur-Garonne, dans le département de Haute-Garonne en région Occitanie.

Elle est mise en service en 1862 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne et fermée au XXe siècle.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 232 mètres d'altitude, la gare de Saint-Julien-sur-Garonne est située au point kilométrique (PK) 48,607 de la ligne de Toulouse à Bayonne, entre les gares de Carbonne et de Cazères-sur-Garonne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La station de Saint-Julien est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne lorsqu'elle ouvre la section de Portet-Saint-Simon à Montréjeau, qui permet la circulation des trains depuis Toulouse[2]. C'est l'une des 14 stations situées entre Toulouse et Montréjeau[3].

Elle est fermée dans la deuxième partie du XXe siècle par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

L'ancien bâtiment voyageurs est devenu une habitation privée[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [650/1] Toulouse - Montrejeau », p. 45.
  2. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Palau, , 221 p. (ISBN 2-950-942-12-1, présentation en ligne), « 5.44 Portet Saint Simon-Montréjean », p. 162.
  3. « Travaux publics : Chemins de fer », Rapports et délibérations / Conseil général de la Haute-Garonne,‎ , p. 82 ("Saint-Julien" lire en ligne, consulté le 4 juillet 2016)
  4. « D25A, Saint-Julien-sur-Garonne, Midi-Pyrénées », sur Street View, (consulté le 4 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]