Gabriel Tourdes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gabriel Tourdes
Gabriel Tourdes.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Gabriel Alexandre Hippolyte Joseph Tourdes, né le à Strasbourg et mort à à Strasbourg est un médecin français, professeur de médecine légale à la Faculté de médecine de Strasbourg, doyen de la Faculté de Médecine de Nancy.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Après le baccalauréat (lettres et sciences physiques) en 1827, il poursuit ses études à la Faculté de médecine de Strasbourg, sous la direction de son père médecin militaire Joseph Tourdes (1770-1851), professeur de pathologie et d'hygiène à la Faculté de médecine de Strasbourg et à l'Hôpital militaire d'instruction. En 1829, il entre comme chirurgien-élève à l'Hôpital militaire. Reçu docteur en médecine, à Strasbourg, en 1832, il est nommé chirurgien aide-major au Val-de-Grâce de Paris. En 1834, il est attaché à l'Hôpital militaire de Metz puis professeur adjoint à l'Hôpital militaire de Strasbourg l'année suivante. En 1840, il est agrégé à la Faculté de médecine avant d'être nommé à la chaire de médecine légale créée par Fodéré. Il y organise l'enseignement pratique de la médecine légale. Parallèlement à l'enseignement de la médecine légale, il est chargé après son ami Victor Stoeber de la clinique des maladies des enfants, à qui il succède en 1846.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'épidémie de méningite cérébro-spinale observée à Strasbourg en 1840 et 1841, Derivaux, Strasbourg, 1842, disponible sur Gallica.
  • Excursion médicale en Allemagne : Munich, Nuremberg, Erlangen, Wurtzbourg : lettres adressées à M. le professeur Stoeber, impr. de G. Silbermann, Strasbourg, 1855, disponible sur Gallica.
  • Des Rapports des médecins avec les sociétés de secours mutuels, Treuttel et Wurtz (Strasbourg), 1862,disponible sur Gallica.
  • Recherches sur les substances anesthésiques, l'oxyde de carbone, l'amylène, impr. de G. Silbermann, Strasbourg, 1857, disponible sur Gallica.
  • Paroles prononcées sur la tombe de monsieur le docteur Willemin, [suivi de Paroles de M. le professeur agrégé Strohl], impr. de G. Silbermann, Strasbourg, 1867, disponible sur Gallica.
  • Remarques sur la vie d'un savant allemand, Eduard Caspar Jacob von Siebold (de), Strasbourg, typ. de G. Silbermann, 1867, Texte intégral.
  • Relation médicale de l'accident occasionné par la foudre, le 13 juillet 1869, au pont du Rhin, près de Strasbourg, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1869, disponible sur Gallica.
  • Notice historique sur Victor Stoeber,[lue le 6 juillet 1871], Strasbourg, impr. Berger-Levrault et Cie, 1871, Texte intégral.
  • Notice sur les professeurs Sédillot et Michel, impr. de Berger-Levrault, Nancy, 1884, disponible sur Gallica.


En collaboration
  • avec Victor Stoeber, Hydrographie médicale de Strasbourg et du département du Bas-Rhin, Treuttel et Wurtz, Strasbourg, 1862, disponible sur Gallica.
  • avec Eugène-Emile Hepp[1], Essai d'un nouvel anesthésique, le bichlorure de méthylène, impr. de G. Silbermann, Strasbourg, 1868, disponible sur Gallica.
  • avec Edmond Metzquer,Traité de médecine légale théorique et pratique, Asselin et Houzeau, Paris, 1896, disponible sur Gallica.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Labrude Pierre, « Le pharmacien Eugène-Emile Hepp (1819-1871) : J. Heran, Il y a 150 ans : le rapport de Persoz sur l'étudiant Hepp. » In: Revue d'histoire de la pharmacie, 82ᵉ année, n°300, 1994. p. 110 intégral

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]