Friedrich Maximilian Klinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Klinger.
Friedrich Maximilian Klinger
Friedrich Maximilian von Klinger.jpg
Friedrich Maximilian Klinger, gravure de Karl August Senff.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
TartuVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activités
Autres informations
Grade militaire
Mouvement
Distinction
Chevalier de l'ordre de Saint-Georges de la quatrième classe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Friedrich Maximilian Klinger, né le 17 février 1752 à Francfort-sur-le-Main et mort le 9 mars 1831 à Tartu, est un poète et dramaturge allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une famille modeste, il est très tôt orphelin ; mais il se distingue par son intelligence et, aidé par des bienfaiteurs, commence à étudier le droit. Cependant, il se sent attiré par le théâtre. En 1774, il écrit sa première tragédie, Otto, bientôt suivie de La Femme souffrante, Les Jumeaux, La Nouvelle Arria, Simonse Grisaldo. Mais l'ouvrage qui lui vaut sa renommée est la tragédie Sturm und Drang, qui donne son titre au mouvement littéraire Sturm und Drang.

En 1776, Klinger passe quelque temps à Weimar pour vivre près de Goethe; mais il se brouille avec celui-ci, et s'unit alors, comme dramaturge, à la troupe de Seyler. En 1778 cependant, il embrasse la carrière des armes. Deux ans plus tard, il passe au service de la Russie et est nommé officier d'ordonnance du grand-duc Paul. Ses vertus militaires lui valent une rapide carrière : en 1798, il est général, Directeur de l'École des Cadets, curateur de l'Université de Dorpat, et de surcroît très bien vu à la Cour. Il continue dans l'intervalle à écrire des tragédies, mais pendant la période russe, le meilleur de sa production est constitué par ses romans, dont La vie de Faust, ses exploits et comment il fut précipité en Enfer (de). L'aboutissement de sa contribution littéraire est rassemblé dans sept cent quatre-vingt-quatre aphorismes rassemblés sous le titre Considérations et réflexions sur différents sujets du monde et de la littérature (Betrachtungen und Gedanken über verschiedene Gegenstände der Welt und Literatur) (1803-1805).

En 1790, il épouse Elisaveta Alexandrovna Alexeïev, fille de Grigori Orlov et de l'impératrice Catherine II, dont il a trois enfants ; deux meurent précocement, le troisième, officier lui aussi, décède à la suite d'une amputation du pied, rendue nécessaire par une blessure qu'il avait reçue lors de la bataille de la Moskowa. Klinger en est profondément atteint ; il n'écrit plus et est poussé par une cour qui s'adonne au mysticisme à quitter toutes ses charges.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ses œuvres les plus marquantes sont :

  • Les Jumeaux (Die Zwillinge), écrit en 1775 ;
  • Tempête et passion (Sturm und Drang (de)), écrit en 1776 et dont le titre allemand donna son nom au mouvement romantique allemand ;
  • La vie de Faust, ses exploits et comment il fut précipité en Enfer (de) (Fausts Leben, Thaten und Höllenfahrt), roman écrit en 1791, complété dans une deuxième édition en 1794 et qui est considéré, avec les Faust de Marlowe et de Goethe comme un chef-d'œuvre dans ce domaine. Traduction française de François Colson chez Grèges éditeur (2005).
  • Voyages avant le déluge (Reisen vor der Sündfluth), publié anonymement en 1795. Traduction française de François Colson, éditions Ressouvenances 2001, Cœuvres-et-Valsery.
  • Le Faust oriental (Der Faust der Morgenländer, oder Wanderungen Ben Hafis Erzählers der Reisen vor der Sündfluth), roman publié anonymement en 1797. Traduction française de François Colson chez Grèges éditeur (2007).
  • Histoire d'un allemand de la période toute récente (Geschichte eines Teutschen der neusten Zeit), roman publié en 1798. Traduction française de François Colson chez Grèges éditeur (2009).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]