Franz Kegeljan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Franz Kegeljan
Kegeljan - De Rijn bij Keulen.jpg
Le Rhin à Cologne
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ProfondevilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Franz Kegeljan, né à Namur (Belgique) en 1847 et décédé à Profondeville (Belgique) en 1921, est un peintre, dessinateur, pastelliste et graveur belge. Il a peint des paysages de la Belgique, la France, l'Allemagne et l'Italie. Une grande partie de son œuvre est consacrée à des vues du bord de la Meuse, de l'Ourthe et de la Semois. Il a notamment peint l'histoire de Namur en une quarantaine de toiles.

Biographie[modifier | modifier le code]

On dispose de peu d’informations sur les jeunes années de Franz Kegeljan.

Asthmatique, il doit souvent partir en cure dans sa jeunesse et visite l’Allemagne, la France et l’Italie, sans oublier la Belgique. Il faut dire que la fortune de son père, qui est banquier et dirige une entreprise de distribution, l’y aide. Il en profite pour cultiver sa passion de l’art en visitant de nombreux musées, en découvrant les vieux quartiers de certaines villes, en dessinant et en peignant. En 1868, il épouse Louise Godin, également fortunée, ce qui leur permet de vivre en rentiers. En 1878, ils se feront construire un hôtel de maître de style néo-Renaissance par Henri Beyaert à Namur, au no 42 de la rue de Fer (actuel Hôtel de Ville). Participant à la vie namuroise, il fera partie de la garde civique, dont il deviendra le chef l’année de son mariage.

Cependant, quoi qu’il arrive, Franz Kegeljan s’adonne toujours à la peinture et assouvit aussi une seconde passion : Namur et son histoire, qu’il se décide un jour à peindre. Il lit les différents historiens de Namur, dont Borgnet, et fréquente les Archives de l’État. Membre de la Société archéologique, il se renseigne aussi beaucoup auprès d’Adrien Oger, alors conservateur du Musée archéologique. Il fera de même plus tard auprès de Ferdinand Courtoy.

En 1900, il fait don à la Ville de vingt tableaux évoquant Namur, de la préhistoire au xviiie siècle. Une brochure explicative complète l’ensemble en 1905, lorsque celui-ci est exposé temporairement aux Musées royaux d’Art et d’Histoire (Cinquantenaire) à Bruxelles. Présentées à l’Hôtel de Ville de Namur parmi les collections communales, les œuvres partiront en fumée lors de l’incendie de la Grand’Place, en . Kegeljan a peint cet épisode (Destruction de l’Hôtel de Ville et de la place d’Armes par les barbares (sic !) en ).

Sur base de ses notes et croquis, il se remet patiemment à la tâche et, en 1921, lègue une seconde fois son œuvre, considérablement augmentée. Il décédera peu de temps après, victime d’une affection cardiaque. À la dispersion de son atelier, en 1924, d’autres toiles et dessins viendront encore s’y ajouter, et ce sont aujourd’hui plus de 100 œuvres de l’artiste que la Ville possède.

Franz Kegeljan ne peignit pas que l’histoire de Namur. On lui doit aussi des marines, des vues de clairières, des vues de villes ou encore des paysages, de Belgique et d’ailleurs.

Namur à travers les âges[modifier | modifier le code]

Namur perd son statut de place forte militaire en 1860 et les remparts de la ville sont peu à peu démolis. Franz Kegeljan peint une quarantaine de toiles, notamment sur les anciennes fortifications de la ville, et réalise donc une œuvre historique pour garder la mémoire du passé de Namur. Il intitule son œuvre Namur à travers les âges. Il ne se contente pas de fixer sur ses toiles les paysages contemporains, il illustre également le passé en remontant le temps au gré de nombreux dessins qui fixent les époques successives de l’évolution urbaine.

La plupart des toiles sur Namur brûlèrent dans l'incendie de l'hôtel de ville en 1914. Il les a recommencées pour les offrir à sa ville natale.

Espace Fernand Kegeljan[modifier | modifier le code]

Franz Kegeljan se marie en 1868 à Louise Godin. Ils ont un fils, Fernand, qui meurt à l'âge de 17 ans. En souvenir de son fils prématurément perdu, Louise fonde l'hospice Fernand Kegeljan en faveur des enfants pauvres de la ville atteints de tuberculose osseuse, rachitisme ou malformation des os.

En , l'hospice est reconverti en un institut médico-pédagogique accueillant de jeunes handicapés mentaux dans le but de leur donner une formation professionnelle. Le lieu est actuellement occupé par le siège fédéral du parti ecolo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. & V. Berko: Dictionnaire des peintres belges nés entre 1750 & 1875, Knokke 1981, p. 346-347.
  • Vincent Bruch & Jean Baudhuin: Franz Kegeljan, 72 pages, 32 illustrations noir et blanc et couleurs grand format. Éditions Les Amis de la Citadelle de Namur, Namur, 1986.

Lien externe[modifier | modifier le code]