Fosse n° 2 des mines d'Azincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fosse no 2 des mines d'Azincourt
Le terril no 129 et le carreau de la fosse no 2, vus depuis le terril no 222.
Le terril no 129 et le carreau de la fosse no 2, vus depuis le terril no 222.
Puits n° 2
Coordonnées 50,31662, 3,188535[BRGM 1]
Début du fonçage 1888
Profondeur 395 mètres
Étages des accrochages 395 mètres
Arrêt 1936
Remblaiement ou serrement 1936
Administration
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Commune Erchin
Caractéristiques
Compagnie Compagnie des mines d'Azincourt
Ressources Houille
Concession Azincourt

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fosse no 2 des mines d'Azincourt

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Fosse no 2 des mines d'Azincourt

La fosse no 2 de la Compagnie des mines d'Azincourt est un ancien charbonnage du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, situé à Erchin. Le puits est entrepris sur un carreau isolé au milieu des champs, non raccordé au réseau ferré, et situé à un peu plus de 1 200 mètres à l'ouest de la fosse Saint-Roch, nommée dès lors fosse no 1. La fosse no 2 n'a que pour seule utilité de servir à l'aérage et à la remonte des terres, d'où la formation au sud du carreau de fosse d'un terril no 129. La Compagnie des mines d'Aniche ouvre en 1904 à quelques centaines de mètres un puits ayant une situation similaire : la fosse Sébastopol. La fosse no 2 est définitivement arrêtée en à la suite de la faillite de la compagnie survenue en septembre. le puits est alors remblayé en fin d'année, puis les installations détruites. Le terril est en grande partie exploité.

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise la tête du puits no 2, qui est situé à quelques mètres d'une habitation.

La fosse[modifier | modifier le code]

Fonçage[modifier | modifier le code]

Le fonçage de la fosse no 2 est entrepris en 1888 à Erchin, à 1 220 mètres à l'ouest[note 1] de la fosse Saint-Roch qui devient alors la fosse no 1[A 1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

La fosse no 2 assure l'aérage et la remonte des terres de la fosse no 1[A 1]. Le diamètre du puits est de 2,60 mètres[Y 1]. Le cuvelage est en fonte de quinze à 61 mètres[Y 1]. Le terrain houiller a été atteint à la profondeur de 144 mètres[Y 1].

En 1904, la Compagnie des mines d'Aniche construit la fosse Sébastopol 675 mètres au nord-nord-est[note 1], à Erchin[A 2]. Le puits no 2 est profond de 307 mètres en 1906. La fosse est arrêtée en [A 1],[1] à la suite de la faillite en septembre de la compagnie[A 3], sa profondeur atteint alors 395 mètres[Y 1], profondeur à laquelle se situe le dernier étage de recette[Y 1]. Le puits est alors remblayé à la fin de l'année 1936[A 3].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise la tête du puits no 2. Le BRGM y effectue des inspections chaque année[2]. Une habitation a été bâtie sur le carreau de fosse.

Le terril[modifier | modifier le code]

Les restes du terril en 2011.
50° 18′ 57″ N, 3° 11′ 18″ E

Le terril no 129, 2 d'Azincourt, situé à Erchin, est le terril de la fosse no 2 des mines d'Azincourt, dont le carreau est situé au nord, dans le jardin d'une habitation. De petite taille, il a été exploité, et il n'en subsiste quasiment plus rien. Il culmine à cinq mètres et s'étend sur 1,67 hectare[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. a et b Les distances sont mesurées grâce à Google Earth. Dans le cas de puits, la distance est mesurée d'axe en axe, et arrondie à la dizaine de mètres la plus proche. Les têtes de puits matérialisées permettent de retrouver l'emplacement du puits sur une vue aérienne.
Références
Références aux fiches du BRGM
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,
  1. a b et c Dubois et Minot 1991, p. 68
  2. Dubois et Minot 1991, p. 63
  3. a et b Dubois et Minot 1991, p. 69
Référence aux dossiers concernant la renonciation à la concession d'Azincourt par Charbonnages de France
  1. a b c d et e Renonciation, Fosse no 2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 63, 68-69. 
  • Charbonnages de France, Renonciation à la concession d'Azincourt.