Fonction zêta locale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

En mathématiques et dans la théorie des nombres, une fonction zêta locale est une fonction génératrice pour le nombre de solutions d'un ensemble d'équations définies sur un corps fini F, dans les extensions de corps de F.

L'analogie avec la fonction zêta de Riemann ζ vient de la considération de la dérivée logarithmique .

Étant donné F, il existe, à un isomorphisme près, un seul corps tel que , pour k = 1,2, ... . Étant donné un ensemble d'équations polynomiales - ou une variété algébrique V - définie sur F, nous pouvons compter le nombre des solutions dans et créer la fonction génératrice

.

La définition correcte pour Z(t) est de rendre log Z égal à G, et donc .

Nous aurons Z(0) = 1 puisque G(0) = 0, et Z(t) est a priori une série formelle.

Exemples[modifier | modifier le code]

Supposons que tous les sont égaux à 1; ceci se produit par exemple, si nous démarrons avec une équation comme X = 0, c’est-à-dire que géométriquement, nous prenons pour V un point. Alors

est le développement d'un logarithme (pour |t| < 1). Dans ce cas, nous avons

.

Pour prendre quelque chose de plus intéressant, soit V la droite projective sur F. Si F possède q éléments, alors elle a q + 1 points, incluant comme nous devons, le point à l'infini. Par conséquent, nous aurons

et

,

pour |t| suffisamment petit.

Dans ce cas, nous avons

.

Le rapport entre les définitions de G et Z peut être expliqué de nombreuses manières. En pratique, cela rend Z une fonction rationnelle de t, quelque chose qui est intéressant même dans le cas où V est une courbe elliptique sur un corps fini.

C'est les fonctions Z qui sont conçues pour multiplier, pour obtenir les fonctions zêta globales. Celles-ci impliquent différents corps finis (par exemple la famille entière de corps Z/p.Z lorsque p parcourt l'ensemble des nombres premiers. Dans ce rapport, la variable t subit la substitution par , où est la variable complexe traditionnellement utilisée dans les séries de Dirichlet.

Article détaillé : fonction zêta de Hasse-Weil.

Ceci explique aussi pourquoi on utilise la dérivée logarithmique par rapport à .

Avec cet arrangement, les produits de Z dans les deux cas sortent comme et .

Hypothèse de Riemann pour les courbes sur les corps finis[modifier | modifier le code]

Pour les courbes projectives C sur F qui sont non singulières, on peut montrer que

,

avec P(t) un polynôme, de degré 2gg est le genre de C. L'hypothèse de Riemann pour les courbes sur les corps finis établit que les racines de P ont pour module q–1/2, où q = |F|.

Par exemple, pour le cas des courbes elliptiques, il y a deux racines, et il est facile de montrer que leur produit est q−1. Le théorème de Hasse établit qu'elles ont le même module et ceci a des conséquences immédiates pour le nombre de points.

Weil a démontré ceci pour le cas général, aux environs de 1940 (CRAS, avril 1940) : il passa beaucoup de temps, dans les années qui suivirent, à préparer la géométrie algébrique impliquée. Ceci l'a conduit aux conjectures de Weil générales, finalement démontrées une génération plus tard.

Article détaillé : cohomologie étale, pour les formules de base de la théorie générale.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Local zeta-function » (voir la liste des auteurs).