Ferme fortifiée de Charbogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ferme fortifiée de Charbogne
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Propriétaire
Privée
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte des Ardennes
voir sur la carte des Ardennes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La ferme fortifiée de Charbogne est une ancienne ferme située à Charbogne, en France.

Description[modifier | modifier le code]

Pour Suzanne Briet, cet édifice est un exemple typique des bâtiments défensifs du XVIe siècle. C'est un quadrilatère simple, avec peu d'ouvertures, bâti en plaine, muni de tours d'angles, d'une porte charretière, ancien pont-levis, au nord, et de douves en partie disparues. Il faut remarquer également les cheminées : dans la tour au sud-est se trouve la plus importante et dans la tour au sud-ouest la mieux conservée[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

La ferme fortifiée est située sur la commune de Charbogne, dans le département français des Ardennes. Elle est le long de l'axe de la D 14 ou Grande Rue, dans le centre du village.

Historique[modifier | modifier le code]

Son origine remonterait au XIIe siècle. Vers la fin du XVIe siècle, Henriette de Clèves, veuve de Louis de Gonzague vend la seigneurie de Charbogne à un militaire Jean de Guiot, gouverneur de Mézières qui fait construire un château. Celui-ci comprenait un corps de logis, les murs d'enceinte, les deux tours nord, le pont-levis et les douves. En 1676 l'édifice est vendu à Antoine de Wignacourt.

À partir de la fin du XVIIe siècle l'édifice est peu entretenu et à la Révolution il est vendu comme « bien national », puis à partir du XIXe siècle le château est rénové puis transformé en ferme : le corps de logis devient écurie ; la tour sud-est, grenier à grain et les deux tours nord, des bergeries.

Pendant la Première Guerre mondiale, la tour nord-est est détruite, ainsi qu'une partie des étables.

La ferme n'est finalement plus entretenue et en 1989, le corps de logis s'écroule, suivi rapidement par la grange et des deux tours est[2]. Laissé à l'abandon, l'ensemble est racheté en 2006 par un privé qui entreprend sa rénovation pour transformer l'ensemble en gîte touristique[3]. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1948[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Briet 1963, p. 47.
  2. Les Ardennes en marche, Département des Ardennes, , p. 17
  3. Berthion 2008.
  4. « Ferme fortifiée », notice no PA00078360, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Briet, Châteaux des Ardennes, Société des écrivains ardennais, coll. « Les cahiers ardennais » (no 17), , 68 p., « Charbogne », p. 47-48
  • Jean Marchal, « Charbogne », Revue Historique Ardennaise, t. 11,‎ , p. 115-124
  • Philippe Seydoux, Gentilhommières et Maisons fortes en Champagne : Marne et Ardennes, t. 1, Paris, Éditions de La Morande, , 320 p. (ISBN 2-902091-30-3), « Charbogne », p. 226-228
  • Jacques Berthion, « Le château de Charbogne renaît », L'Union,‎ (lire en ligne).
  • Pascal Remy, « Et le château devint gîtes : réhabilitation d'une ancienne maison seigneuriale à Charbogne », L'Union,‎ .
  • « Vis ma vie de château à Charbogne », Ardennes en marche,‎ , p. 16-17 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :