Famille de Nattes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

de Nattes
Image illustrative de l’article Famille de Nattes
Armes

Blasonnement De gueules (d'azur), à trois nattes d'or mises en fasces.
Période XIVe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Rouergue
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Charges Député
Conseiller général
Conseiller municipal
Fonctions militaires Officiers

La famille de Nattes est une famille noble française actuellement subsistante.

Elle est originaire du Rouergue où elle a été anoblie en 1369 par lettres du roi Charles V.

Au Moyen Âge, elle est l'une des principales familles de Rodez avec les Rességuier, les Boissière, les Vigouroux, les Laparra et quelques autres.

Elle a formé dans le Rouergue de nombreux rameaux qui sont considérés comme éteints.

Elle compte également parmi ses membres un député de l'Aude et un directeur du musée Fabre à Montpellier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Nattes s'est illustrée dans le consulat de la ville de Rodez. Lors de l'invasion du Rouergue par les Anglais au XIVe siècle, l'un de ses membres (conjointement avec un membre d'une autre famille de Rodez, les Rességuier) mobilise les ruthénois contre l'envahisseur et sera anobli par le roi de France Charles V en récompense de son action[1].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Bérenger de Nattes, anobli par le roi Charles V en 1369
  • Pierre-Béranger de Nattes, conseiller général de l'Aude après le 18 brumaire an VII, élu député de l'Aude le 6 germinal an X
  • Ferdinand de Nattes (1795-1881), conseiller municipal de Montpellier et nommé directeur à vie du Musée Fabre le 1er avril 1837

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Nattes sont : de Laparra, de Bénavent, de Rames (1471), de Blanchefort (1573), de Cancéris (1587), de Fontanges (1601), de Rességuier (1630), de Senneterre (1670), de Fargues (1702), de Julien de Pégueyroles (1712), de Beaumevieille (1712), d'Hortet de Tessan (1755), de Gayon (1759), de Montvalat d'Ussel (1803), etc.

Armes, blasons, devises[modifier | modifier le code]

  • de Nattes : De gueules (d'azur), à trois nattes d'or mises en fasces ou De gueules, à trois nattes d'or, traversées par une épée d'argent, garnies d'or[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hippolyte de Barrau, Documents historiques sur le Rouergue, sur ses familles et ses hommes remarquables dans les temps anciens et modernes, tome 3, pages 527 à 536.
  2. Nouveau traité historique et archéologique de la vraie et parfaite science des armoiries, Claude Drigon Magny, A. Aubry, 1856, page 172.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hippolyte de Barrau, Documents historiques sur le Rouergue, sur ses familles et ses hommes remarquables dans les temps anciens et modernes, tome 3, pages 527 à 536
  • Archives historiques du Rouergue, XXVII
  • Baron de Gaujal, Études historiques sur le Rouergue

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]