Fabrique Giscard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fabrique Giscard
Céramique Giscard 25 avenue de la colonne.jpg
Façade de la fabrique Giscard
Présentation
Type
Construction
1855
Propriétaire
Mairie de Toulouse
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
25 avenue de la ColonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Haute-Garonne
voir sur la carte de Haute-Garonne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Toulouse
voir sur la carte de Toulouse
Red pog.svg

La fabrique Giscard, aussi appelée manufacture Giscard ou Maison Giscard, situé au no 25, avenue de la Colonne à Toulouse, est l'ancien atelier de la famille de statuaires Giscard.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fabrique est créée en 1855 par le fondateur de la fabrique, Jean-Baptiste Giscard[1]. À l'apogée de l'entreprise, celle-ci fait travailler une cinquantaine d'ouvriers et ouvrières[1]. La fabrique alimente aussi bien le mobilier des édifices religieux de la région[1] que les hôtels particuliers ou les maisons « Toulousaines »[2].

Les façades sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1975 et la fabrique en entier est inscrite dans son ensemble le 13 mars 1998[2],[3].

En 2005, la mairie de Toulouse reçoit la fabrique du legs de Joseph Giscard, arrière-petit-fils de Jean-Baptiste[4]. En 2012, suite aux journées du patrimoine est fondée l’Association Manufacture Giscard visant à faire connaître le patrimoine de la fabrique[5]. Fin 2013, le musée Paul-Dupuy organise une exposition temporaire autour de la maison Giscard[6].

Description[modifier | modifier le code]

La façade est entièrement décorée de terre cuite, une manière pour la fabrique d'exposer son savoir-faire[1]. La décoration comprend notamment trois singes aux angles, sans doute une référence au terme d'argot « singe » désignant le patron ou chef d'atelier peu disposé à payer ses ouvriers[2], une frise d'antéfixes et deux clefs d'arcs au-dessus des fenêtres reprenant de nombreux symboles reliés au travail de la sculpture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Hélène Kemplaire, « Marengo, Jolimont : Les hauteurs de la ville », dans Le guide du promeneur de Toulouse, Les Beaux Jours, (ISBN 9782-35179--110-3)
  2. a, b et c Clément, Corrine et Ruiz, Sonia, Toulouse secret et insolite, Les Beaux Jours, (ISBN 978-2-35179-015-1)
  3. « Fabrique de céramique Giscard », notice no PA31000016, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Giscard : fabrique familiale en art familier », cultures.toulouse.fr
  5. « Association Manufacture Giscard », site officiel de l'association
  6. « Exposition : La Fabrique Giscard, Histoire d'une famille de statuaires Toulousains », musees-midi-pyrenees.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]