Essertes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Essertes
Blason de Essertes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Lavaux-Oron
Commune Oron
NPA 1078
No OFS 5788
Démographie
Population
permanente
390 hab. (31 décembre 2020)
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 45″ nord, 6° 47′ 20″ est
Altitude 737 m
Superficie 1,65 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Essertes
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Essertes
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
City locator 14.svg
Essertes
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Essertes est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Lavaux-Oron. Elle a fusionné le avec la commune d'Oron.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Essertes, dérivé de l'ancien français essart, signifie « terre défrichée ». Les plus anciennes mentions du village remontent aux XIIe et XIIIe siècles, avec in Sartis (1141) ; terram de Sartis (1154) ; Essertes (1155 env.) ; de Sertes (1218) ; Essertes (1271)[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

De gueules au tronc d'arbre arraché et écoté d'or, sommé d'un coucou au naturel. Ces armoiries ont été adoptées par la commune en 1921. Le tronc arraché rappelle l'étymologie du lieu, ce toponyme signifiant « terrain défriché »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1162, le comte Amédée Ier de Genève donne à l'abbaye de Haut-Crêt tout ce qu'il possède à Essertes. Dès lors, Essertes fait partie des biens de Haut-Crêt. Autour de la grange du couvent, des maisons sont construites et forment peu à peu un village[5].

Jusqu'en 1814, Essertes, Châtillens et Les Tavernes ne formaient qu'une seule commune[5].

Le , le Conseil général de la commune d’Essertes a accepté le principe d’engager des pourparlers en vue d’une fusion avec la commune d’Oron. Les deux municipalités travaillent dès lors sur un projet de convention de fusion[6]. Le , la convention est acceptée par le Conseil communal d'Oron et le Conseil général d'Essertes[7]. L'objet est soumis au vote de la population des deux communes le qui l'acceptent à près de 88 % des voix[8]. La fusion est mise en œuvre le [7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. Florence Cattin (et al.), Dictionnaire toponymique des communes suisses, Neuchâtel, Frauenfeld, Lausanne, Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel et Huber, , 1102 p. (ISBN 3-7193-1308-5), p. 338.
  4. Olivier Dessemontet et Louis F. Nicollier, Armorial des communes vaudoises, Lausanne, Spes, , 270 p., p. 190.
  5. a et b Eugène Mottaz, Dictionnaire historique, géographique et statistique du canton de Vaud : Jable-Yvorne, t. I, Genève, Slatkine, réimpression de l’édition de 1921, , 866 p. (ISBN 2-05-100437-4), p. 692.
  6. « Commune d'Oron - Fusion avec Essertes  », sur www.oron.ch (consulté le )
  7. a et b Le Courrier, « Oron – Un programme fusionnel à valeur architecturale – Le Courrier » (consulté le )
  8. « Commune d'Oron - Votations du 29 novembre 2020  », sur www.oron.ch (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :