Eric Corley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eric Corley
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Pseudonyme
Emmanuel GoldsteinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web

Eric Gordon Corley (né le ), aussi fréquemment désigné par son nom de plume Emmanuel Goldstein, est une figure emblématique de la communauté des hackers. Il dirige l'organisation à but non lucratif 2600 Enterprises, Inc.[1], et publie un magazine appelé 2600: The Hacker Quarterly. Son pseudonyme est dérivé du héros de 1984, le roman dystopique de George Orwell.

En 1993, Corley est entendu par le sous-comité des télécommunications de  la Chambre des représentants des États-Unis. Corley est alors interrogé sur le contenu du magazine 2600 dans le cadre de discussions relatives au projet de loi sur la  téléphonie numérique,  également appelé Communications Assistance for Law Enforcement Act[2],[3].

En 2001, Corley est entendu en cours d'appel dans une affaire l'opposant à plusieurs studios de cinéma d'Hollywood concernant la publication dans le magazine 2600 d'un program permettant de dévérouiller les sécurités digitales de disques DVD[4].

Corley est l'éditeur du  The Best Of 2600: A Hacker Odyssey, publié en juillet 2008. Le livre est une compilation d'articles du magazine 2600: The Hacker Quarterly qui montre l'évolution de l'Internet et de la technologie[5]. Une suite du livre, Dear Hacker. Letters to the Editor of 2600, paraît en 2010[6].

Corley est le présentateur de deux émissions hebdomadaires de radio: Off the Hook sur WBAI-FM et Off the Wall sur WUSB-FM. Off the Hook se concentre principalement sur l'actualité technologique et les hackers. Off the Wall couvre un large éventail de sujets et inclut régulièrement des enregistrements sonores ramenés de voyages effectués par Corley et son co-présentateur Kayle. Off the Hook existe depuis 1988 sans interruptions[7],[8].

Corley dirige en 2001 le documentaire Freedom Downtime. Le film relate l'incarcération de Kevin Mitnick et de Bernie S et expose les biais possibles avec lesquels l'affaire Mitnick a été couverte par les médias[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « NYS Corporation », Appext20.dos.ny.gov, (consulté le )
  2. « Off The Hook June 1993 », 2600 (consulté le )
  3. (en) Emmanuel Goldstein, The Best of 2600, Collector's Edition : A Hacker Odyssey, John Wiley & Sons, , 912 p. (ISBN 978-0-470-47469-3, lire en ligne)
  4. (en) Amy Harmon, « Judges Seek Answers on Computer Code as Free Speech », New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. « THE BEST OF 2600 », 2600.com, (consulté le )
  6. (en) « Dear Hacker. Letters to the Editor of 2600 », Lp.wileypub.com (consulté le )
  7. http://wbai.org/pdf/WBAI_program_schedule_July26.2011.pdf « Copie archivée » (version du 23 juillet 2018 sur l'Internet Archive)
  8. (en) « Off the Wall | WUSB 90.1 FM Stony Brook, New York », Wusb.fm (consulté le )
  9. « Freedom Downtime (2001) - IMDb » [vidéo], sur Internet Movie Database (consulté le ).

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]