Epes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Epes
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de l'Alabama Alabama
Comté Comté de Sumter
Type de localité Town
Code ZIP 35460
Code FIPS 01-24256
GNIS 0118012
Indicatif(s) téléphonique(s) local (locaux) 205
Démographie
Population 206 hab. (2000)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 41′ 25″ Nord 88° 07′ 27″ Ouest / 32.69028, -88.12417
Altitude 50 m
Superficie 500 ha = 5 km2
· dont terre 5 km2 (100 %)
· dont eau 0 km2 (0 %)
Fuseau horaire CST (UTC-6)
Localisation
Carte du comté de Comté de Sumter
Carte du comté de Comté de Sumter

Géolocalisation sur la carte : Alabama

Voir sur la carte administrative de l'Alabama
City locator 14.svg
Epes

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Epes

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Epes
Liens
Site web http://www.cityofepesalabama.com/

Epes est un village du comté de Sumter, en Alabama, aux États-Unis. Sa population en date de l'an 2000 était de 206 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Epes est situé près de Jones Bluff, qui donne sur la rivière Tombigbee. Le village est situé au coordonnées 32° 41' 26" N 88° 7' 27" W. Le village a une superficie de 1,9 miles carrés (4,9 km2).

Histoire[modifier | modifier le code]

Epes trouve ses origines avec le Fort Tombeche l'une des plus importantes fortifications construites sous le règne du roi de France Louis XIV au début du XVIIIe siècle[1].

En janvier 1736, Jean-Baptiste Le Moyne, Sieur de Bienville, le gouverneur de Louisiane, recruta un officier suisse pour, avec le Français Joseph Christophe de Lusser, construire un fort sur la rivière Tombigbee. Le fort a été construit au sommet d'une falaise de 80 pieds, il avait pour but de soutenir la campagne contre les indiens Chickasaws. Bienville a visité le site en avril de la même année et a pris la direction de la construction. Après un séjour de 26 ans, durant lesquels le Français a utilisé le fort pour stopper l'expansion anglaise en Louisiane et pour consolider les relations de la France avec les indiens Choctaws, les plus puissants alliés des Français dans la région, la France a cédé le fort ainsi que la plupart de son territoire nord-américain aux Britanniques comme le dit le traité de Paris. Les Anglais l'ont rebaptisé Fort York, mais il a été inoccupé jusqu'en 1766, lorsque les hostilités ont repris entre les indiens Choctaws et Creek.

Ensuite les Britanniques ont abandonné le fort, le laissant aux Choctaws qui 1792, l'ont cédés aux Espagnols dans le cadre du traité de Bonfouca. Les Espagnols ont choisi de bâtir une plus petite structure, en terre qu'ils ont nommé Fort Confederacion. La construction a été achevée en 1796, à temps pour apporter un soutien aux Espagnols durant la guerre anglo-espagnole. Le traité de San Lorenzo céda le fort et le territoire espagnol aux dessus du 31e parallèle aux États-Unis, cela marqua la fin de la période coloniale en Alabama.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2000, on a relevé 206 habitants, 80 ménages et 46 familles habitant dans la ville. La densité de population est de 107,1 personnes par mile carré (41,4 /km2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]