Effets de la lumière bleue sur le sommeil et les rythmes circadiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Personne consultant son smartphone et éclairée par sa lumière

L’horloge circadienne définit un temps subjectif chez un organisme, avec une période d’environ 24 heures. Cette horloge génère les rythmes circadiens qui se synchronisent aux signaux de l’environnement[1].

Les émissions de lumière bleue peuvent affecter l’horloge circadienne, qui module le rythme éveil-sommeil par l’entremise de la mélatonine. C’est par une exposition à la lumière qu’un certain niveau d’alerte peut être maintenu chez l’individu[2]. La lumière émise par les diodes électroluminescentes (DEL) classiques apparaît blanche, mais elle a en fait une émission dans les longueurs d’onde correspondant à la lumière bleue, entre 450 et 470 nm[3]. Les appareils électroniques ont donc un effet sur le sommeil en émettant de la lumière bleue[4].

Effets de la lumière bleue sur le sommeil[modifier | modifier le code]

Effet de la mélatonine sur le rythme circadien du sommeil[modifier | modifier le code]

La mélatonine, aussi appelée hormone du sommeil, est sécrétée par la glande pinéale[5]. Régulant le sommeil, la sécrétion de mélatonine est élevée la nuit et faible le jour chez pratiquement toutes les espèces[6],[7],[8]. Cette sécrétion serait supprimée ou décalée lors de l’exposition à la lumière artificielle[9].

Le rythme circadien est généré par les noyaux suprachiasmatiques (NCS) de l’hypothalamus et il est entraîné par l’alternance entre le jour et la nuit[10],[11],[12],[13]. Les NSC, où se situe l’horloge circadienne centrale, sont directement connectés à la rétine et lorsque cette voie est perturbée, le cycle éveil-sommeil ne peut être synchronisé avec le cycle jour/nuit (LD) . La mélatonine est un synchroniseur endogène des rythmes circadiens, de température et d’éveil-sommeil en particulier[14],[15],[16]. Il y a donc une voie neuronale qui s’étend du NSC à la glande pinéale[10],[17].

Chez l’homme, il a été observé que la régulation de la mélatonine est contrôlée par des photorécepteurs qui diffèrent des photorécepteurs connus pour la vision. En effet, selon une étude, un seul photopigment a été identifié comme principal responsable de la suppression de la mélatonine[18] . Il s'agit d'un photopigment d’opsine, la mélanopsine, qui intervient dans la photoréception circadienne[19]. La mélanopsine, trouvée dans la rétine, est responsable de l’entraînement du cycle circadien[20] et de la régulation lumière-dépendante de la mélatonine chez l’humain[18]. Les signaux lumineux envoyés aux structures du cerveau[21] contenant l’horloge circadienne centrale sont en partie médiés par la mélanopsine[19]. Cela entraîne l’activité neuronale des NSC et ceux-ci entraînent à leur tour la sécrétion rythmique de mélatonine[7],[8].

Effet de la lumière bleue sur les taux de mélatonine[modifier | modifier le code]

Il a été possible de quantifier la baisse de mélatonine causée par la lumière bleue en exposant divers individus à 6 longueurs d’onde différentes en pleine nuit (à 2 h du matin). Ce sont les longueurs d’onde de 476 nm, 509 nm et 542 nm qui ont causé les plus grandes baisses des niveaux de mélatonine, en moyenne de 26 %, 64 % et 20 % respectivement. Ces trois longueurs d’onde vont du bleu au vert, 509 nm étant un intermédiaire[22]. La lumière bleue a donc une forte incidence sur les taux de mélatonine avec un effet plus prononcé que d’autres longueurs d’onde[18],[23],[24].

Cependant, l’intensité lumineuse est aussi un facteur important dans les effets de la lumière sur la mélatonine. La longueur d’onde 509 nm trouvée dans l’étude précédente a été appliquée à différentes intensités pour y voir les variations du niveau de mélatonine. Ces intensités partaient de 0,01 µW/cm3 et allaient jusqu’à 13 µW/cm3, une valeur au moins 100 fois plus grande que la valeur moyenne de l’éclairage d’une pièce. L’intensité critique déclenchant une baisse de mélatonine se trouvait entre 1,6 et 5 µW/cm3 chez tous les sujets et une augmentation de cette intensité apportait toujours une baisse plus importante des niveaux de mélatonine durant la nuit. Il est important de noter qu’un humain est équipé de mécanismes pour réduire l’intensité de la lumière mécaniquement, notamment par la contraction de l’iris. Les intensités critiques sont donc peut-être sous-estimées, mais une baisse de la mélatonine est réellement observée[25].

Changements de phases affectant le sommeil et provoqués par la lumière bleue[modifier | modifier le code]

En fonction du moment de la journée, un signal de l’environnement a des effets différents sur la phase du rythme[1]. Une exposition à la lumière bleue le matin cause une avance de phase du rythme de sécrétion de la mélatonine, c’est-à-dire une baisse du taux de la mélatonine[26]. En effet, comme dit précédemment, la mélatonine est moins présente dans le sang pendant la journée, par rapport à la nuit. De plus, la mélatonine atteint son taux maximal entre 2 h et 4 h du matin[6]. Ainsi, une exposition à la lumière bleue le soir provoque un délai de phase, ce qui correspond également à un taux moins élevé de mélatonine[24]. Par conséquent, en retardant l’augmentation du taux de mélatonine et en décalant ainsi l’arrivée de la fatigue le soir, la lumière bleue a un effet sur le sommeil.

Appareils électroniques et le sommeil[modifier | modifier le code]

Les appareils électroniques sont omniprésents dans notre société et sont, pour la plupart, rétroéclairés par des diodes électroluminescentes[27].

Les appareils électroniques autolumineux émettent un rayonnement optique à de courtes longueurs d’onde proches de la sensibilité maximale de la suppression de la mélatonine. Cette sensibilité maximale est proche de 450 nm[28]. Les différentes tablettes, les cellulaires et plusieurs autres objets courants ont donc un effet non négligeable sur les niveaux de mélatonine et donc le sommeil. Par l’exposition d’individus à des tablettes électroniques durant des périodes d’une heure et de deux heures il a été possible de quantifier l’effet de ces appareils électroniques sur les niveaux de mélatonine. Après une heure d’exposition, aucune baisse significative ne fut observée, mais après deux heures une baisse moyenne de 23 % du niveau de mélatonine a été observée. Il est important de noter qu’avec un filtre orangé devant les yeux des participants, aucune baisse n’a été observée[29].

Comme il est dit précédemment, l’exposition à la lumière bleue le soir et au début de la nuit a un effet suppresseur sur la production de la mélatonine. La lumière transmise par les livres électroniques a une émission dans les longueurs d’onde correspondantes à la lumière bleue. Ainsi, il a été observé que la lecture d’un livre électronique diminue drastiquement les niveaux de mélatonine contrairement au livre papier, ce qui a été associé à une diminution de l’envie de dormir et de fatigue. Il fallait dix minutes de plus pour s’endormir comparativement au livre papier. De plus, le lendemain matin, les personnes ayant lu un livre électronique la veille se sentaient plus fatiguées que les personnes ayant lu un livre papier et il leur a fallu beaucoup plus de temps pour atteindre le même niveau d’alerte. Ceci est dû au décalage du rythme circadien associé à leur phase de sommeil. La phase circadienne de mélatonine était décalée d’une heure et demi pour les lecteurs de livres électroniques comparativement aux lecteurs de livres papier[30]. Il a également été démontré que l’utilisation d’un écran pendant plus de deux heures était associé de manière significative à un déficit de sommeil[31].

Les appareils électroniques font désormais partie intégrante de la vie des adolescents et des adultes. Ceux-ci affectent directement le sommeil en augmentant l’excitation psychophysiologique provoquée par le contenu stimulant ou par l’exposition à la lumière vive inhérente[32]. Cette lumière vive peut donc avoir une incidence sur le sommeil de deux façons. D’une part en retardant le rythme circadien lors de l’exposition le soir[33], d’autre part en provoquant elle-même une stimulation immédiate par l’activation du système nerveux central[34].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Aschoff, Jürgen., Biological rhythms, New York/London, Plenum Press, , 563 p. (ISBN 0-306-40585-7 et 9780306405853, OCLC 6649154, lire en ligne)
  2. D. J. Dijk et C. A. Czeisler, « Contribution of the circadian pacemaker and the sleep homeostat to sleep propensity, sleep structure, electroencephalographic slow waves, and sleep spindle activity in humans », The Journal of Neuroscience: The Official Journal of the Society for Neuroscience, vol. 15, no 5 Pt 1,‎ , p. 3526–3538 (ISSN 0270-6474, PMID 7751928, lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018)
  3. (en) Shuji Nakamura et Shigefusa F. Chichibu, Introduction to Nitride Semiconductor Blue Lasers and Light Emitting Diodes, CRC Press, , 386 p. (ISBN 978-0-7484-0836-8, lire en ligne)
  4. Mariana G. Figueiro, Brittany Wood, Barbara Plitnick et Mark S. Rea, « The impact of light from computer monitors on melatonin levels in college students », Neuro Endocrinology Letters, vol. 32, no 2,‎ , p. 158–163 (ISSN 0172-780X, PMID 21552190, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  5. (en) Aaron B. Lerner, James D. Case, Yoshiyata Takahashi et Teh H. Lee, « ISOLATION OF MELATONIN, THE PINEAL GLAND FACTOR THAT LIGHTENS MELANOCYTES1 », Journal of the American Chemical Society, vol. 80, no 10,‎ , p. 2587–2587 (ISSN 0002-7863 et 1520-5126, DOI 10.1021/ja01543a060, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  6. a et b B. Claustrat, J. Brun, P. Garry et B. Roussel, « A once-repeated study of nocturnal plasma melatonin patterns and sleep recordings in six normal young men », Journal of Pineal Research, vol. 3, no 4,‎ , p. 301–310 (ISSN 0742-3098, PMID 3783414, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  7. a et b R. J. Reiter, « Pineal melatonin: cell biology of its synthesis and of its physiological interactions », Endocrine Reviews, vol. 12, no 2,‎ , p. 151–180 (ISSN 0163-769X, PMID 1649044, DOI 10.1210/edrv-12-2-151, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  8. a et b J. Arendt, « Melatonin and the pineal gland: influence on mammalian seasonal and circadian physiology », Reviews of Reproduction, vol. 3, no 1,‎ , p. 13–22 (ISSN 1359-6004, PMID 9509985, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  9. (en) « Mélatonine et troubles du rythme veille-sommeil », Médecine du Sommeil, vol. 6, no 1,‎ , p. 12–24 (ISSN 1769-4493, DOI 10.1016/j.msom.2009.02.001, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  10. a et b Klein, D. C. (David C.), Moore, Robert Y. et Reppert, Steven M., Suprachiasmatic nucleus : the mind's clock, Oxford University Press, (ISBN 0-19-506250-7 et 9780195062502, OCLC 22388270, lire en ligne)
  11. Y. Ibata, H. Okamura, M. Tanaka et Y. Tamada, « Functional morphology of the suprachiasmatic nucleus », Frontiers in Neuroendocrinology, vol. 20, no 3,‎ , p. 241–268 (ISSN 0091-3022, PMID 10433864, DOI 10.1006/frne.1999.0180, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  12. (en) Takashi Ueyama, Karl E. Krout, Xay Van Nguyen et Vladimir Karpitskiy, « Suprachiasmatic nucleus: a central autonomic clock », Nature Neuroscience, vol. 2, no 12,‎ , p. 1051–1053 (ISSN 1097-6256 et 1546-1726, DOI 10.1038/15973, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  13. S. Point, Synthèse: lumière et santé, Yearbook 2018 http://www.yearbook-ers.jle.com/rubrique.phtml?code_classif_sel=2%2Frayon_non_io
  14. R. J. Strassman, C. R. Qualls, E. J. Lisansky et G. T. Peake, « Elevated rectal temperature produced by all-night bright light is reversed by melatonin infusion in men », Journal of Applied Physiology (Bethesda, Md.: 1985), vol. 71, no 6,‎ , p. 2178–2182 (ISSN 8750-7587, PMID 1778910, DOI 10.1152/jappl.1991.71.6.2178, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  15. D. P. Cardinali et P. Pévet, « Basic aspects of melatonin action », Sleep Medicine Reviews, vol. 2, no 3,‎ , p. 175–190 (ISSN 1087-0792, PMID 15310500, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  16. Bruno Claustrat, Jocelyne Brun et Guy Chazot, « The basic physiology and pathophysiology of melatonin », Sleep Medicine Reviews, vol. 9, no 1,‎ , p. 11–24 (ISSN 1087-0792, PMID 15649735, DOI 10.1016/j.smrv.2004.08.001, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  17. L. P. Morin, « The circadian visual system », Brain Research. Brain Research Reviews, vol. 19, no 1,‎ , p. 102–127 (PMID 7909471, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  18. a b et c G. C. Brainard, J. P. Hanifin, J. M. Greeson et B. Byrne, « Action spectrum for melatonin regulation in humans: evidence for a novel circadian photoreceptor », The Journal of Neuroscience: The Official Journal of the Society for Neuroscience, vol. 21, no 16,‎ , p. 6405–6412 (ISSN 1529-2401, PMID 11487664, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  19. a et b I. Provencio, I. R. Rodriguez, G. Jiang et W. P. Hayes, « A novel human opsin in the inner retina », The Journal of Neuroscience: The Official Journal of the Society for Neuroscience, vol. 20, no 2,‎ , p. 600–605 (ISSN 1529-2401, PMID 10632589, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  20. T. Yoshimura et S. Ebihara, « Spectral sensitivity of photoreceptors mediating phase-shifts of circadian rhythms in retinally degenerate CBA/J (rd/rd) and normal CBA/N (+/+)mice », Journal of Comparative Physiology. A, Sensory, Neural, and Behavioral Physiology, vol. 178, no 6,‎ , p. 797–802 (PMID 8667293, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  21. R. Y. Moore et V. B. Eichler, « Loss of a circadian adrenal corticosterone rhythm following suprachiasmatic lesions in the rat », Brain Research, vol. 42, no 1,‎ , p. 201–206 (ISSN 0006-8993, PMID 5047187, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  22. G. C. Brainard, A. J. Lewy et M. Menaker, « Effect of light wavelength on the suppression of nocturnal plasma melatonin in normal volunteers », Annals of the New York Academy of Sciences, vol. VOL. 453,‎ , p. 376–378 (ISSN 0077-8923, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  23. K. Thapan, J. Arendt et D. J. Skene, « An action spectrum for melatonin suppression: evidence for a novel non-rod, non-cone photoreceptor system in humans », The Journal of Physiology, vol. 535, no Pt 1,‎ , p. 261–267 (ISSN 0022-3751, PMID 11507175, PMCID PMC2278766, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  24. a et b Helen R. Wright, Leon C. Lack et David J. Kennaway, « Differential effects of light wavelength in phase advancing the melatonin rhythm », Journal of Pineal Research, vol. 36, no 2,‎ , p. 140–144 (ISSN 0742-3098, PMID 14962066, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  25. G. C. Brainard, A. J. Lewy, M. Menaker et R. H. Fredrickson, « Dose-response relationship between light irradiance and the suppression of plasma melatonin in human volunteers », Brain Research, vol. 454, nos 1-2,‎ , p. 212–218 (ISSN 0006-8993, PMID 3409004, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  26. Victoria L. Warman, Derk Jan Dijk, Guy R. Warman et Josephine Arendt, « Phase advancing human circadian rhythms with short wavelength light », Neuroscience Letters, vol. 342, nos 1-2,‎ , p. 37–40 (ISSN 0304-3940, PMID 12727312, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  27. Gianluca Tosini, Ian Ferguson et Kazuo Tsubota, « Effects of blue light on the circadian system and eye physiology », Molecular Vision, vol. 22,‎ , p. 61–72 (ISSN 1090-0535, PMID 26900325, PMCID PMC4734149, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  28. Mark S. Rea, Mariana G. Figueiro, John D. Bullough et Andrew Bierman, « A model of phototransduction by the human circadian system », Brain Research. Brain Research Reviews, vol. 50, no 2,‎ , p. 213–228 (PMID 16216333, DOI 10.1016/j.brainresrev.2005.07.002, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  29. Brittany Wood, Mark S. Rea, Barbara Plitnick et Mariana G. Figueiro, « Light level and duration of exposure determine the impact of self-luminous tablets on melatonin suppression », Applied Ergonomics, vol. 44, no 2,‎ , p. 237–240 (ISSN 1872-9126, PMID 22850476, DOI 10.1016/j.apergo.2012.07.008, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  30. Anne-Marie Chang, Daniel Aeschbach, Jeanne F. Duffy et Charles A. Czeisler, « Evening use of light-emitting eReaders negatively affects sleep, circadian timing, and next-morning alertness », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 112, no 4,‎ , p. 1232–1237 (ISSN 1091-6490, PMID 25535358, PMCID PMC4313820, DOI 10.1073/pnas.1418490112, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  31. (en) Mari Hysing, Ståle Pallesen, Kjell Morten Stormark et Reidar Jakobsen, « Sleep and use of electronic devices in adolescence: results from a large population-based study », BMJ Open, vol. 5, no 1,‎ , e006748 (ISSN 2044-6055 et 2044-6055, PMID 25643702, DOI 10.1136/bmjopen-2014-006748, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  32. Neralie Cain et Michael Gradisar, « Electronic media use and sleep in school-aged children and adolescents: A review », Sleep Medicine, vol. 11, no 8,‎ , p. 735–742 (ISSN 1878-5506, PMID 20673649, DOI 10.1016/j.sleep.2010.02.006, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  33. Sat Bir S. Khalsa, Megan E. Jewett, Christian Cajochen et Charles A. Czeisler, « A phase response curve to single bright light pulses in human subjects », The Journal of Physiology, vol. 549, no Pt 3,‎ , p. 945–952 (ISSN 0022-3751, PMID 12717008, PMCID PMC2342968, DOI 10.1113/jphysiol.2003.040477, lire en ligne, consulté le 2 décembre 2018)
  34. S. S. Campbell, D. J. Dijk, Z. Boulos et C. I. Eastman, « Light treatment for sleep disorders: consensus report. III. Alerting and activating effects », Journal of Biological Rhythms, vol. 10, no 2,‎ , p. 129–132 (ISSN 0748-7304, PMID 7632986, DOI 10.1177/074873049501000205, lire en ligne, consulté le 2 décembre 2018)