Eduard Streltsov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eduard Streltsov
Image illustrative de l’article Eduard Streltsov
Eduard Streltsov sur un timbre postal russe (2015).
Biographie
Nom Eduard Anatolievitch Streltsov
Nationalité Drapeau : URSS Soviétique
Naissance
Lieu Perovo, URSS
Décès (à 53 ans)
Lieu Moscou, URSS
Taille 1,82 m (6 0)
Période pro. 19531970
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
Drapeau : URSS Fraser Moscou
1952-1954Drapeau : URSS Torpedo Moscou
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1954-1958Drapeau : URSS Torpedo Moscou096 (54)
1965-1970Drapeau : URSS Torpedo Moscou160 (63)
Total 256 (117)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1955-1968Drapeau : URSS Union soviétique038 (25)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Pièce de 2 roubles où figure le portrait de Streltsov, émise en 2010.

Edouard Anatolievitch Streltsov (en russe : Эдуард Анатольевич Стрельцов) est un footballeur soviétique, né le à Perovo (quartier de Moscou), décédé le à Moscou.

Streltsov est considéré, avec Lev Yachine, comme le plus grand joueur soviétique de tous les temps. Maître émérite des sports de l'URSS (1957), surnommé Pelé russe, il aurait pu prétendre au titre de meilleur joueur du monde, si sa carrière n'avait été interrompue durant sept ans à la suite d'une accusation de viol, qui semble être un complot ourdi par le KGB, en 1958[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8].

Biographie[modifier | modifier le code]

Eduard Streltsov commença sa carrière au Torpedo Moscou, en 1953 (junior), et intégra l'équipe fanion en 1954[9]. En 1956, il fut champion Olympique au tournoi de Melbourne (sans pour autant disputer la finale, quoi qu’ayant qualifié son équipe pour celle-ci). En 1958, à la veille du championnat du Monde en Suède, Streltsov totalisait 18 buts pour 21 sélections nationales officielles (en incluant les rencontres olympiques et amicales, le total était de 37 buts pour 30 sélections). On pourrait porter le total à 41, si quatre buts - valables - marqués contre la Hongrie (1955, 1956, 1957) et l'Allemagne (1956) avaient été validés. De même, si l'on inclut le nombre total de rencontres disputées (informelles et officielles) avec la sélection soviétique, du 5 février 1955 au 24 mai 1958, on arrive à un total de 63 buts pour 39 rencontres, soit une moyenne de 1,61 but/match. De ce point de vue, on peut parler de record mondial pour l'époque (plus d'un but par match).

Arrêté pour un viol présumé, avec Boris Tatushin, Mikhaïl Ogonkov, il est condamné à douze ans de camp disciplinaire[10] (le procureur en avait demandé dix-huit) en juillet 1958[11]. Après quatre ans et demi de camp disciplinaire, Streltsov fut libéré en février 1963, rejoue pour son ancien club Torpedo Moscou, en 1964 (équipe réserve), et 1965 (équipe première), avant de rejoindre, en octobre 1966, la sélection nationale. En 1965, lors de son retour, il conduisit son équipe au titre de champion d'URSS (cette même année, il fut classé meilleur joueur soviétique à égalité avec Valeri Voronine, son partenaire de club). Streltsov a manqué la Coupe du monde de football de 1966 en Angleterre parce que sous la loi soviétique de l'époque, il lui était interdit de quitter le pays après avoir purgé une peine de prison[12]. En 1967 et 1968, il fut sacré meilleur joueur d'URSS (il l'avait déjà été en 1957), meilleur buteur en 1968 (21 buts), vainqueur de la Coupe d'URSS la même année. Il mit fin à sa carrière en 1970, à la suite d'une blessure (rupture du tendon d'Achille). En 1974, il devint entraîneur des jeunes du Torpedo. De même, il continua la pratique du football avec la sélection des anciens internationaux soviétiques.

Il est décédé à l'âge de 53 ans d'un cancer de la gorge (peut-être contracté à Tchernobyl, en 1986, après un match de charité au profit des victimes). Streltsov est enterré au cimetière Vagankovo.

En 1997, le club de Torpedo (pour lequel il marqua plus de 100 buts) a décidé de donner le nom de Streltsov au stade maison.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques d'Eduard Streltsov
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B C M B M B
1954 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 22 4 2 0 - - - 24 4
1955 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 22 15 1 0 - - - 23 15
1956 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 22 12 - - - - - 22 12
1957 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 15 12 4 6 - - - 19 18
1958 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 8 5 - - - - - 8 5
Sous-total 89 48 7 6 - - - 96 54
1965 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 26 12 - - - - - 26 12
1966 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 31 12 5 5 C1 2 0 38 17
1967 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 20 6 3 1 C2 4 3 27 10
1968 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 33 21 6 3 C2 3 0 42 24
1969 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 11 0 2 0 - - - 13 0
1970 Drapeau de l'URSS Torpedo Moscou D1 12 0 2 0 - - - 14 0
Sous-total 133 51 18 9 - 9 3 160 63
Total sur la carrière 222 99 25 15 - 9 3 256 117

Palmarès[modifier | modifier le code]

URSS

Torpedo Moscou

Récompenses individuelles

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Mouton, Hors-Jeu - 22 matchs de foot qui ont marqué l'histoire: 1872-2017, Armand Colin, (ISBN 9782200619114, lire en ligne)
  2. (en) Kevin O'Flynn, « Loyal fans fight to clear name of Russia's Pele », sur theguardian.com, The Guardian, (consulté le 25 juin 2018)
  3. (en) Jonathan Wilson, « Was Streltsov really the martyr Russian football demands?  », sur theguardian.com, The Guardian, (consulté le 25 juin 2018)
  4. (en)Jonathan Wilson, Behind the Curtain: Football in Eastern Europe, Hachette UK, (ISBN 9781409109044, lire en ligne)
  5. (en) Nicola Sellitti, « Streltsov, Russia’s Pelè in the gulag », sur rbth.com, (consulté le 25 juin 2018)
  6. Jean-Christophe Collin, Le livre noir du sport russe, Éditions Stock, (ISBN 9782234084179, lire en ligne)
  7. (en) Donn Risolo, Soccer Stories: Anecdotes, Oddities, Lore, and Amazing Feats, University of Nebraska Press, (ISBN 9780803233959, lire en ligne), p. 143
  8. (en) Simon Kuper, Football Against The Enemy: Football Against The Enemy, Hachette UK, (ISBN 9781409137856, lire en ligne)
  9. Eduard Streltsov, le footballeur martyr, Les Cahiers du football
  10. (en)Robert Edelman, Spartak Moscow: A History of the People's Team in the Workers' State, Cornell University Press, (ISBN 9780801466137, lire en ligne), p. 235
  11. « Eduard Streltsov, ou quand l’URSS sacrifia son plus grand talent », sur PKFoot.com,
  12. (en)Gennady Fyodorov, « Russian Soccer Honors the 'Pele' It Lost », Jul. 16 1997 sur old.themoscowtimes.com

Liens externes[modifier | modifier le code]