Eberhard van der Laan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir van der Laan.
Eberhard van der Laan
Image illustrative de l'article Eberhard van der Laan
Fonctions
Bourgmestre d'Amsterdam
En fonction depuis le
Prédécesseur Lodewijk Asscher
Ministre de l'Habitat, des Quartiers et de l'Intégration des Pays-Bas
Ministre-président Jan Peter Balkenende
Prédécesseur Ella Vogelaar
Successeur Eimert van Middelkoop
Biographie
Nom de naissance Eberhard Edzard van der Laan
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Leyde, Pays-Bas
Parti politique PvdA
Diplômé de Université libre d'Amsterdam
Profession Avocat

Eberhard van der Laan
Bourgmestres d'Amsterdam

Eberhard Edzard van der Laan est un avocat et homme politique néerlandais, né le 28 juin 1955 à Leyde, membre du parti PvdA (Partij van de Arbeid, Parti travailliste) et bourgmestre d'Amsterdam à partir du 7 juillet 2010. Il fut ministre du Logement, des Quartiers et de l'Intégration dans le Cabinet Balkenende IV du 14 novembre 2008 au 23 février 2010.

Positionnement vis-à-vis du cannabis[modifier | modifier le code]

Le 1er novembre 2012, il annonce à la presse néerlandaise qu'il renonce à fermer les portes des coffee shops aux touristes. Le dispositif de la fameuse carte cannabis (wietpass en néerlandais) prévoyait en effet que seuls les résidents des villes dans lesquelles les coffee shops sont installés y aient accès. Une limitation censée lutter contre les nuisances liées au tourisme de la drogue déjà en vigueur à Maastricht, et qui devait être étendue au reste du pays à compter du 1er janvier 2013. Il s'en est expliqué en affirmant que la fermeture des échoppes aux touristes profiterait aux dealers de rue.

Positionnement vis-à-vis de la prostitution[modifier | modifier le code]

Avec son adjoint Lodewijk Asscher, Van der Laan prolonge durant son mandat le « Projet 1012 », lancé par son prédécesseur. Ce projet a pour objectif de rendre le centre-ville aux habitants, en encadrant notamment urbainement les coffee shops et les vitrines de prostituées. Alors que certaines associations dénoncent le fait que ces dernières soient mises en vitrine, les autorités rappellent que cela fut mis en place pour leur éviter le « froid », et leur assurer une sécurité. En effet, dans nombre d'autres pays européens, la prostitution reste un sujet tabou, et les prostituées sont souvent agressées ou enrôlées de force dans des réseaux de trafic humain. Van der Laan met en place un système des visites médicales obligatoires pour celles-ci, et projette de réduite la superficie du Red Light District d'environ 40 %.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]