Draveur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Draveur
Sorting logs on the Ottawa River.jpg

Triage des grumes sur la rivière des Outaouais, vers 1884

Appellation
draveurs, cageurs, cageux, raftsmen.

Les draveurs (cageurs) (cageux) (raftsmen) sont principalement des bûcherons qui, après un hiver complet en forêt, descendent, lors du dégel (la débâcle), les bois qu'ils ont entreposés sur les lacs et digues de fortune en bois et glace. Le moyen de transport s'appelait la cage pour le transport de bois ou de la marchandise. Sous les commandes du maître de cage, leurs tâches consistent à manœuvrer la cage à l'aide de longues rames, tirer la cage dans des chaloupes en absence de vent et surveiller les roches et les rives afin d'éviter de s'échouer. Les hommes gardent leurs sens en alerte pour pouvoir réagir rapidement aux dangers : l'eau mouvementée des rapides, un coup de sifflet, un feu ou le son d'un cornet de brume d'une autre équipe de cageux annonçant un obstacle, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorsque le temps se réchauffait, on faisait "sauter" la digue et les draveurs armés de leur "pique" ou "drave" poussaient le bois au gré du courant. Ils habitaient sur des radeaux avec une sorte de tente longée de bois appelée hutte. La drave pouvait durer plusieurs semaines. Arrivé le long du fleuve Saint-Laurent ou de ses principaux affluents, le bois était amené directement à la papetière (le moulin à papier) situé en bord d'eau où des aires de stockage dans l'eau étaient préparées.

Cette méthode présentait l'avantage d'être très économique, puisque le bois s'en trouvait ramolli et souvent presque entièrement écorcé sans frais, cependant sous des conditions de travail très difficiles (risques de maladie, hypothermie, noyades). Le développement de la drave a amené l'acidification et la libération de métaux lourds dans l'eau (mercure, principalement), contenus dans les écorces des résineux. Le cours des rivières étant dérangé, cela pouvait être désastreux pour les poissons ainsi que pour les nations autochtones qui dépendaient de la pêche.

Jos Montferrand, draveur

La rivière Saint-Maurice fut la dernière rivière dravée au Québec. Il existe encore de la petite drave en Colombie-Britannique, dans les rivières de montagne près de la mer mais les bateaux prennent vite le relais des draveurs journaliers.

Ce métier, mal payé et miséreux, était généralement exercé par des agriculteurs inactifs l'hiver et pauvres (Canadien français (Québec, Ontario), Acadiens, Irlandais, Écossais et même Anglais, bien que ces derniers fussent souvent contremaîtres ("foremen") du fait de leur connaissance de la langue du patron. Les Anglais propriétaires-commerçants les surnommaient les "castors" (du fait de leur hutte, leur ingéniosité, leur tempérament et leur acharnement) et le castor est ensuite devenu, en partie pour cette raison l'emblème animalier du Canada.

Le plus célèbre des draveurs est sans aucun doute le légendaire Jos Montferrand ayant vécu à Hull et dont la mémoire reste dans la culture populaire québécoise par une chanson.

La microbrasserie Unibroue a lancé une bière du nom de « Raftman » en leur honneur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

L'Homme-rivière, à côté de l'Édifice Price

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :