Drapeau de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de Paris
Drapeau de Paris
Drapeau de Paris
Utilisation Drapeau civil Version officielle
Caractéristiques
Proportions 2:3
Adoption ?
Éléments Bicolore de bandes verticales bleue et rouge

Le drapeau de Paris est un drapeau bicolore bleu et rouge avec les armoiries de la ville au centre[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le drapeau est divisé verticalement en deux bandes portant les couleurs traditionnelles de Paris : bleu à gauche et rouge à droite. Le bleu ferait référence à sainte Geneviève ou saint Martin[réf. nécessaire], le rouge à saint Denis[réf. nécessaire].

Il est de tradition d'expliquer que les couleurs de Paris sont à l'origine des bandes bleue et rouge du drapeau de la France réunies au blanc, symbole traditionnel de la monarchie en France[3] mais cette origine est controversée. On continue de raconter que les couleurs du drapeau français ont pour origine la cocarde tricolore inventée par La Fayette, chef de la Garde nationale ou Bailly, maire de Paris. Cette cocarde aurait été créée ou présentée au roi Louis XVI qui se rend à l’Hôtel de ville de Paris le vendredi , trois jours après la prise de la Bastille, le monarque recevant ce symbole appelé alors « cocarde royale et bourgeoise »[4]. Une autre légende veut que le roi ait posé la cocarde bleu et rouge sur sa propre cocarde blanche, scellant la réconciliation entre la royauté et Paris. En réalité, plusieurs tentatives sont faites : cocarde verte de Camille Desmoulins, cocarde bleu-blanc-rose[5] mentionnée par le libraire Hardy dans son Journal daté du 14 juillet[4]. Selon l'historien Michel Pastoureau, les origines du drapeau français sont énigmatiques et doivent être recherchées plus en amont de la Révolution Française. Si le bleu et le rouge représentent bien Paris au XVIe siècle, ces couleurs en 1789 ne représentent plus que marginalement la ville de Paris, pour laquelle on utilise alors beaucoup plus le rouge et tanné (rouge-marron)[6]. De plus les couleurs bleu et rouge de Paris ont probablement été choisies pour refléter les couleurs royales. De même, le blanc ne représente le roi qu'aux armées. L'origine plus probable de ces couleurs adoptées par les Révolutionnaires remonte aux habitudes chromatiques de la dynastie des Bourbons qui use épisodiquement d'une livrée tricolore et du côté de la Révolution américaine (1765-1783) avec son drapeau adopté en 1777 et qui arbore les trois couleurs bleu, blanc, rouge. Si les Mémoires de La Fayette sont à l'origine de la légende de la cocarde tricolore créée en 1789, il est avéré que les partisans français de l'indépendance américaine portent déjà volontiers, dès le début des années 1780, des vêtements ou des emblèmes tricolores (cocardes, flots de rubans)[7].

Le choix des couleurs du drapeau américain sont inconnues mais il est probable que les Révolutionnaires américains ont choisi les mêmes couleurs que le drapeau du Royaume-Uni, lequel est créé en 1606, après l'Union des Couronnes d'Écosse (bannière bleue avec un sautoir blanc) et d'Angleterre (bannière rouge à croix blanche avec un sautoir) sous leur monarque commun Jacques Stuart (Jacques VI en Écosse et Jacques Ier d'Angleterre)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Paris » (consulté le 26 juillet 2017)
  2. « Le Président a signé le parchemin de l'Hôtel de Ville, comme le veut la tradition lors d'une visite d'un nouveau chef de l'État. », sur BFMTV (consulté le 26 juillet 2017)
  3. « Emblème national de la Cinquième République, le drapeau tricolore est né de la réunion, sous la Révolution française, des couleurs du roi (blanc) et de la ville de Paris (bleu et rouge). Aujourd'hui, le drapeau tricolore flotte sur tous les bâtiments publics. Il est déployé dans la plupart des cérémonies officielles, qu'elles soient civiles ou militaires. » Source : Le drapeau français, sur le site officiel du palais de l’Élysée, siège du président de la République française.
  4. a et b La révolution française, Édition Historique de Verrières, , p. 196
  5. La couleur étant la livrée du comte d'Artois, Les Révolutionnaires remplacèrent cette couleur par le rose.
  6. Bernard Richard, Petite histoire du drapeau français, CNRS Édition, , p. 57.
  7. Michel Pastoureau, Dictionnaire des couleurs de notre temps: symbolique et société, Christine Bonneton Éditeur, 2007 p. 32-37
  8. Bernard Richard, Petite histoire du drapeau français, CNRS Édition, , p. 58.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]