Dona Tututa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dona Tututa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
SalVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
TututaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument

Epifânia de Freitas Silva Ramos Évora née à Mindelo, le , morte sur l'île de Sal, le , connue sous le nom de Dona Tututa ou Tutura Évora, est une pianiste et une compositrice du Cap-Vert.

Considérée comme une figure légendaire dans son pays, elle a composé des thèmes tels que le Grito d’ DorSentimento, la Mãe Tigre e Vida et la Vida Torturada, entre autres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de António da Silva Ramos, encore appelé Anton Tchiche. Son frère, Tchufe (Pedro de Alcântara Silva Ramos), est un guitariste et un chanteur.

Au début de l'adolescence, Tututa commence à étudier le piano, puis à jouer dans des lieux publics. Elle est la première femme à Sao Vicente à jouer en soirée,  brisant un tabou, cette vie nocturne étant traditionnellement réservé aux hommes. Musicalement, elle remet en question les conventions en fusionnant musique classique et musique traditionnelle du Cap-Vert[1],[2],[3].

Après s'être mariée, elle déménage à l'Île de Sal, avec son mari et suspend temporairement sa carrière artistique. Ils ont 12 enfants, dont certains deviennent à leur tour des artistes comme Magda Evora et Milú Évora[4].

En 1966,  à l'âge de 47 ans, elle enregistre son premier et seul disque. Un voyage aux États-Unis, à l'invitation de Bana, lui permet d'enregistrer Rhapsody Tututa & Taninho avec le guitariste Taninho. Elle effectue ensuite des  voyages aussi espacés que possible en France, en Guinée et au Portugal. Cesária Évora[5], Bana[6], Humbertona, et sa fille, Magda Evora sont quelques-uns des artistes qui ont repris et enregistré certaines de ses compositions.

Elle meurt d'une pneumonie en 2014[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1966 - Rhapsody Tututa & Taninho

Hommages[modifier | modifier le code]

En 2013, João Alves da Veiga réalise le documentaire Dona Tututa, sur la vie et l'œuvre de la pianiste. Ce documentaire reçoit le prix du meilleur film Festival International du Film du Cap-Vert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (pt) « Tututa Évora completa 95 anos de idade », RTC (Radiotelevisão Caboverdiana),‎ (lire en ligne)
  2. a et b (pt) « Faleceu a pianista cabo-verdiana Tututa Évora », África 21,‎ (lire en ligne)
  3. (pt) « Morreu a pianista Tututa Évora », Visão News,‎ (lire en ligne)
  4. (pt) « S. Vicente canta parabéns a Tututa Évora », Cape Verdean Embassy in Brazil,‎ (lire en ligne)
  5. Véronique Mortaigne, « Dans le panier de mère Cesaria », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. (pt) Carlos Filipe Gonçalves, Kab Verd Band, Instituto do Arquivo Histórico Nacional, , p. 89