Domaine du Lys-Chantilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Domaine du Lys-Chantilly
Rue du lotissement
Rue du lotissement
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Commune Lamorlaye/Gouvieux
Démographie
Population 5 000 hab. (2015)
Densité 658 hab./km2
Revenu moyen 46 000 €
Fonctions urbaines résidentielle et loisirs
Étapes d’urbanisation 1925 à nos jours
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 00″ nord, 2° 23′ 12″ est
Superficie 760 ha = 7,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Domaine du Lys-Chantilly

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Domaine du Lys-Chantilly

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Domaine du Lys-Chantilly

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Domaine du Lys-Chantilly
Liens
Site web www.lyschantilly.fr/

Le Domaine du Lys-Chantilly est un domaine privé à caractère d’habitation au sein d’un site boisé, situé sur les communes de Gouvieux et de Lamorlaye dans le département de l'Oise.

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé au sud de l’Oise en bordure de la forêt de Chantilly, le Lys-Chantilly est à 36 km de Paris.

Le Domaine est à cheval sur les communes de Lamorlaye (pour 90% de sa surface) et de Gouvieux.

Historique[modifier | modifier le code]

 Domaine du Lys-Chantilly, Grande Avenue
Domaine du Lys-Chantilly, Grande Avenue

L’histoire du domaine du Lys-Chantilly[1] est intimement liée à celle des deux communes de Lamorlaye et Gouvieux ainsi qu’à l’Abbaye de Royaumont.

L’origine remonte probablement à la fondation de la Ferté de la Villeneuve de Lamorlaye à la fin du XIIe siècle av. J.-C.. Lamorlaye sera le siège d’une seigneurie dans le premier tiers du XIIIe siècle, possédée par Philippe Hurepel, comte de Danmartin.

Gouvieux est une ancienne terre de l’état carolingien (an mille) devenu capétienne puis normande.

En 1196, Philippe-Auguste échangea des biens d’Île-de-France (dont Gouvieux) contre la seigneurie normande de Vernon. C’est un chevalier normand, Richard de Vernon qui devint seigneur de Gouvieux.

Au XIIe siècle, le fief appartenait à des chevaliers dits « de Lis » vassaux du Comte Mathieu de Beaumont : Girard puis Guillaume de Lis.

Vers 1350, la terre du Lys appartient à Messire Jacques de Belloy à la suite d'une alliance entre Robert du Lis et Blanche de Belloy.

La seigneurie du Lys est ensuite propriété de la famille de Belloy du XIVe siècle jusqu’à la fin du XVIe siècle. Jeanne de Belloy l’avait apportée lors de son mariage avec François le Maire de Boullan.

En novembre 1599, Dame Jeanne de Belloy et François Le Maire de Boullan cèdent les terres à leur gendre Charles de Marcq, écuyer, seigneur de Montcrépin, marié à leur fille Françoise demeurant au manoir du Lys.

Vers l’an 1600, le village du Lys se compose d’un manoir seigneurial, d’une église et son cimetière, d’une vingtaine de maisons, et à l’ouest relevant de Royaumont la grande ferme située dans un enclos dite « ferme de Royaumont ».

Charles de Marcq mourut le 7 janvier 1632, et sa veuve, Françoise le Maire de Boullan, le 22 janvier 1638. Ils furent inhumés dans l’église Saint-Vaast.

La seigneurie du Lys revint à leur troisième fils Henri de Marcq marié à damoiselle Louise de Boullan.

Vers 1650, Henri de Marcq décède. La seigneurie du Lys revint à Louise et Jeanne de Boullan. À sa mort, le 7 mai 1659, Jeanne de Boullan cède la terre du Lys à Louise de Boullan qui épouse en secondes noces Henry de Belloy. Louise de Boullan ne semble pas avoir eu d’enfant de ce second mariage car à son décès, Le Lys devint la propriété d’un membre de sa famille: René Le Maire de Boullan, seigneur de Parisis-Fontaines, Bercourt et Longueil. Il mourut peu après, laissant trois enfants, Antoine, Benoît et Geneviève, dont le premier était majeur. Antoine Le Maire de Boullan reprit la seigneurie du Lys.

Le 30 septembre 1688, Antoine Le Maire de Boullan vendit la terre et seigneurie du Lys à Henri-Jules de Bourbon, prince de Condé, seigneur de Chantilly de 1686 à 1709, fils du Grand Condé (Louis II de Bourbon).

En 1830, à la mort de Louis VI Henri Joseph de Bourbon, le Duc d’Aumale Henri d’Orléans hérite de son immense fortune estimée à 66 millions de francs-or dont le Château de Chantilly et sa forêt. En 1886, le Duc d’Aumale lègue la nue-propriété du Domaine de Chantilly mais en garde l’usufruit.

Le 12 février 1894, le Duc d’Aumale vend pour 1 million de francs au Baron Henri de Rotschild la forêt du Lys.

Le 5 juillet 1919, la forêt du Lys est vendue à Monsieur Cerf Adolphe Bernard.

Le 7 février 1924, les terres sont vendues à la Société Anonyme Immobilière du LYS-CHANTILLY dont le président directeur est Monsieur Manin.

Le 10 février 1925, le préfet de l’Oise autorise le morcellement de la forêt du Lys et la création d’une Ville de parcs.

En juin 1937, Constitution de l’Association Syndicale Libre du Lys-Chantilly.

En avril 1947 : Par l’arrêté préfectoral, l’Association Syndicale des propriétaires du Lys-Chantilly, avec de nouveaux statuts, devient une association syndicale autorisée.

Description[modifier | modifier le code]

Le Domaine du Lys-Chantilly regroupe 1515 propriétaires sur 680 ha et compte 45 km de voies. L'ensemble du domaine privé est ouvert à la circulation publique. Le Lys-Chantilly est un véritable poumon vert aux portes de la région parisienne.

Administration[modifier | modifier le code]

Les propriétaires du domaine du Lys-Chantilly sont réunis en Association Syndicale Autorisée, l'Association Syndicale des propriétaires du Lys-Chantilly (ASLC), établissement public administratif. L'ASLC est composée de 15 propriétaires élus lors de l'Assemblée ordinaire des propriétaires qui se réunit annuellement, ceux-ci forment le conseil syndical. Le conseil syndical élit un président pour un mandat d'un an. Les fonctions de membres du conseil syndical et de président son bénévole. Depuis juin 2014, le président de l'ASLC est Nicolas Moula. L'ASLC emploie 5 agents pour gérer son domaine: deux agents administratifs et 3 agents techniques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Mahieu et Catherine Jarige, « Une terre cistercienne, le Lys : contribution à l’histoire de la fondation et du premier temporel de l’abbaye de Royaumont », Les Cahiers de Chantilly, , no 2, 2009
  • « Le Lotissement le Lys », Les Cahiers de l'Oise, no 77, mai 2007 [lire en ligne]
  • « Le Lys-Chantilly combat son image de ghetto de riches », Le Parisien, 13 juin 2015 [lire en ligne]
  • Edith Lasry-Segura, « La présidentielle vue du «ghetto des riches» où François Fillon s’impose », Le Parisien, 13 mars 2017 [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Genèse du domaine du Lys | Domaine du Lys Chantilly », sur www.lyschantilly.fr (consulté le 4 octobre 2015)