Discussion:Villebéon

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Le texte suivant provient d'un copier/coller à partir du site http://www.adeva-villebeon.org/decouvrir/semaines/060109.php

193.251.22.154 13 octobre 2006 à 09:58 (CEST)


<< Au Moyen Age, Villebéon était une seigneurie dont sont issus plusieurs chambellans illustres sous les règnes des rois Louis VII (Le Jeune), Philippe II Auguste, Louis VIII (Cœur de Lion) et Louis IX (Saint Louis). Un chambellan était un gentilhomme de la cour chargé du service de la chambre du souverain, de l'administration de la Maison du Roi, et à qui était confié le sceau secret. Vivant dans l'intimité du souverain, il pouvait devenir très influent.

Le premier seigneur de Villebéon mentionné dans l'histoire est Gauthier Ier de Villebéon (1130-1205). Gendre du châtelain Orson Ier de Nemours (1098-1148), il fut chambellan de France sous les rois Louis VII et Philippe II Auguste.

Ses trois fils furent également chambellans : Philippe de Nemours (1155-1191) fut chambellan du roi, Orson II de Nemours (1165-1233) grand-chambellan de France, et Gauthier II de Villebéon (1160-1221) succéda à son père dans les fonctions de seigneur de Villebéon et de chambellan de France sous Philippe II Auguste.

Son petit-fils, Adam Ier de Villebéon (1185-1235), fut également chambellan de France et seigneur de Villebéon.

Son arrière-petit-fils, Pierre de Villebéon dit Pierre le Chambellan, accompagna le roi Saint Louis dans deux croisades, tout comme le chroniqueur Jean sire de Joinville. Celui-ci exprime son estime pour le chambellan dans son Histoire de Saint Louis :

« [...] li roys fu revenus en sa chambre de la messe, et appela son consoil qui estoit demourez avec li : c'est à savoir monsignour Perron le Chamberlain, qui fu li plus loiaus hom et li plus droituriers que je veisse onques en hostel de roy ; [...] »'

'« [...] le roi revint en sa chambre de la messe, et appela son conseil, qui était demeuré avec lui : c'est à savoir monseigneur Pierre le chambellan, qui fut l'homme le plus loyal et le plus droit que j'eusse jamais vu en hôtel de roi ; [...] »

Traduit par N. de Wailly. Paris : Librairie Didot, 1874. Pages 238 et 239.

Après sa mort à Tunis en 1270, Pierre de Villebéon fut enterré dans la basilique de Saint-Denis, aux pieds du roi Saint Louis. >>