Discussion:Prosélytisme

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives


Afin d'amléiorer la lisibité de cette page, je me suis permis d'intituler les 4 interventions de cette intéressante discussion (Crocy 2 avril 2006 à u08:36 (CEST))

commerciaux[modifier le code]

J'ai enlevé: Les commerciaux ne sont pas considérés comme étant des prosélytes, car ils utilisent des méthodes plus subtiles puisque çà devient caduc (à mon avis) après avoir défini prosélytisme comme "action en vue de rallier à une cause" (une "cause", c'est plus qu'un surcroit temporaire d'attirance pour une marque de savon sur une autre). --FvdP 4 aoû 2003 à 23:32 (CEST)

étonnement[modifier le code]

Cet article est extrèmement bizarre, voire même louche. Le prosélytisme n'est pas un mouvement religieux. On ne peut pas parler des "techniques des prosélytes" comme s'il s'agissait d'une secte New Age. Certes, le mot a de nos jours souvent un sens péjoratif. Mais faut-il pousser la "religiophobie" aussi loin ? Le dernier paragraphe laisse croire que toute conversion vers une religion quelle qu'elle soit, est le fruit d'un matraquage intellectuel primaire et peu subtil. Cette affirmation à l'emporte-pièce ne viole t-elle pas la neutralité de point de vue' ? Uqbar 1 sep 2004 à 19:03 (CEST)

Pour moi, oui cela viole le neutralité. Mathounette 1 sep 2004 à 19:11 (CEST)

Poser la question :y-a-t'il du prosélytisme en publicité et y répondre est interressant. Ici le but est objectif , identifiable malgré les effets d'appréciations, facteurs d'envies ou rejets donc affirmer qu'il n'y a pas de prosélytisme en publicité me parait viable . Les Superstitions(13+-,sous l'échelle,heureu-horoscope) les Légendes voir les Comtes et veuillez excuser j'ose le Père Noël sont-ils ou peuvent-ils être en affaire(mot coquin en rapport 1phrase) de prosélytisme? Si cela viole la neutalité je suis dans le vague il faut développer en quoi?,cet acte fort en intensité est très intru-sif.Questions d'un utilisateur de wikipédia merçi d'y répondre.

Si le mot prosélyte vient du Nouveau Testament, ce n'est pas la Septante qui l'a popularisé. La Septante est une traduction grecque de l'Ancien Testament...

Réflexion[modifier le code]

Oui, tu as raison : tous prosélytisme n'est pas forcement un matracage d'arguments débiles avalés par un crétin. Quand Pascal, par exemple -mais il y a bien d'autre philosophe qui croient en Dieu- fait du prosélytisme, il utilise des arguments plutôt costauds. Il est bien certain que si la question de Dieu pouvait être évacué aussi facilement, cela ferait belle lurette qu'il n'y aurait plus de religion théophile -je laisse de coté les religions séculaire moderne, tel le Socialisme ou ce qu'on voudra.

Au passage, je suis curieux de savoir quelles sont ces "propositions connues pour être fausses depuis des siècles" ? Si l'auteur pouvez être plus explicite, plus précis, ca serait sympa. Bonne continuation !

Décision[modifier le code]

Je suis tombé par hasard sur cet article incohérent et sur cette page de discussion où personne ne semblait défendre ce fatras de propos de café du commerce non fondés et cette tentative désespérée de théoriser sur le prosélytisme ("On peut, par exemple, chercher à susciter des émotions qui agiront alors sur l'intellect de la personne à convertir") sans aucune référence, j'ai pris sur moi de faire un "Gros ménage". --EdC 12 octobre 2005 à 22:42 (CEST)

C'est sûr que cet article est archi mal fichu, j'ai presque honte de mentionner le Doyen Philippe Greiner dans un tel fatras ! A réécrire ! --Plijno (d) 20 juin 2010 à 01:05 (CEST)

Conclusion[modifier le code]

Le sujet du prosélytisme fait partie des "tabou" de notre société : pas question, donc, de violer les préjugés habituels, ci-avant cernés, en essayant de ramener à la raison, contre leur gré, ceux qui ne veulent pas ou ne savent pas raisonner. En revanche, il me paraît légitime de suggérer un rapprochement entre les notions de "prosélytisme" (connotation négative) et de "militantisme" (connotation positive) d'une même ligne d'action (invitation argumentée) par la création de liens sur les pages respectives. Crocy 2 avril 2006 à 08:47 (CEST)

Rapport de la photo ?[modifier le code]

Quel est le rapport de la photo ? Peut-être qu'il y a un rapport avec le prosélytisme de voir un homme politique dévorer une pastèque, mais celui m'échappe totalement. Sois je suis plus idiot que la moyenne -ce qui n'est pas à exclure, je préfère considérer tous les cas possibles- soit je ne suis pas le seul à saisir la subtilité. Pourrait-il donc y avoir un commentaire sous la photo pour éclairer un peu ? — Le message qui précède, non signé, a été déposé par Matthieu.bertin (discuter).

même commentaire ... Je la supprime, si quelqu'un trouve que c'etait une mauvaise idée, rétablissez, je vous en prie. — Le message qui précède, non signé, a été déposé par 131 254 14 109 (discuter).

precisionS[modifier le code]

bonjour j'ai ajouté une modification dans "Controverses et législations" mais je tenais a preciser que le prosélytisme dont je parle ne traite pas d'une religion particuliére car j'ai vu dans la case de discussion que cette page faisant partie de Wikiprojet Christianisme merci

Votre ajout se présentait comme un commentaire personnel non sourcé. ll a donc été supprimé. --A t a r a x i e--d 9 septembre 2009 à 07:18 (CEST)

Distinguer prosélytisme "de bon aloi" et prosélytisme "de mauvais aloi"[modifier le code]

Distinction faite par Philippe Greiner dans sa Thèse de doctorat sur ce sujet, thèse qui date de 2005 (Univ. Paris XI et Inst. Cath. de Paris). Depuis, ce docteur est devenu Doyen de la Faculté de Droit canonique de l'Institut catholique de Paris. Il y a donc un bon prosélytisme, qui consiste à faire connaître aux autres ce qu'il y a de meilleur en nous : notre recherche de la Vérité et du Bien, et le faire connaître par des moyens honnêtes ; et un mauvais prosélytisme, qui consiste à utiliser des moyens déloyaux ou injustes ou condamnables pour répandre ses idées.

Le prosélytisme est donc a priori une chose bonne (si on se garde des dérives et abus), et tout chrétien est tenu par l'ordre de Jésus d'évangéliser : un chrétien est nécessairement un missionnaire.

La connotation péjorative mise sur ce terme est bel et bien de la religiophobie.

Au surplus, la liberté religieuse comporte la liberté de changer de religion : comment peut-on changer de religion si personne n'avait le droit de faire connaître ses convictions religieuses ? --Plijno (d) 20 juin 2010 à 00:49 (CEST)

J'ai supprimé la phrase car les prosélytes prêchaient dans des nouveaux pays (où leur religion n'était pas établie)[réf. nécessaire]) qui est un contresens. --Plijno (d) 2 septembre 2010 à 06:06 (CEST)

langage cohérent[modifier le code]

On suscite quelquechoses et l'on sollicite quelque'un : du point de vue de la langue, on ne peut pas "susiter un prosélyte" mais on peut "le solliciter" ; et on peut "susciter l'adhésion à une doctrine". On pourrait aussi la solliciter, avec ou sans effet. je corige l'article en conséquence. Merci, Crocy (d) 10 août 2011 à 16:43 (CEST)

Retrait prochain de la partie « Exemples »[modifier le code]

Telle qu'elle existe, la partie sur les exemples n'a pas beaucoup d'intérêt et en outre, contrevient à la neutralité de point de vue en ce sens qu'il s'agit de considérations partant implicitement ou explicitement de l'idée qu'avoir une opinion et en faire part dans certains contextes est, d'une part un cas de prosélytisme, de l'autre condamnable ou au moins sujet à caution.

Il est intéressant de constater que la personne qui a placé l'« exemple religieux » à mis en référence une page plus que douteuse dans laquelle le problème pointé n'est pas un supposé prosélytisme mais la diffusion, prosélyte ou non, d'une religion ou d'un dogme autres que la religion ou le dogme majoritaire.

Pour le reste, il y a une confusion évidente, pour les deux premiers exemples, entre prosélytisme et propagande, qui est un des moyen du prosélytisme et non la chose elle-même. Et pour les troisième, il est trop général et tient pour acquis qu'un public scolaire ou universitaire est « religieusement neutre » : quand « un professeur enseigne des convictions religieuses comme des vérités absolues » il n'est prosélyte que pour autant que ses élèves n'ont pas les mêmes, or dans bien des endroits maîtres et élèves ont justement les mêmes convictions.

Je propose donc la suppression de cette partie et ferai ça d'ici la fin de la semaine, sauf arguments contraires convaincants. -O.--M.--H.- 15 novembre 2012 à 15:42 (CET)