Discussion:Homéostasie

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives

La notion d'homéostasie s'applique à tout système (et pas seulemnt aux organismes) qui tend à une recherche d'équilibre. Elle est alors associée à celle de feed-back ou rétroaction. Dans la première cybernétique, le feed-back négatif est considéré comme élément favorisant la recherche de cette homéostasie en réduisant sans cesse les tensions qui parcourent le système pour les ramener vers une "ligne" d'équilibre. Le feed-back positif apparaît quant à lui comme risquant de conduire à une sorte d'implosion du système qui ne parvient plus à réguler ces tensions. Dans la seconde cybernétique le feed-back positif est en quelque sorte réhabilité. La recherche systématique de l'équilibre peut aboutir à l'inefficacité ou à l'inertie. Un exemple emprunté à la psychologie sociale peut illustrer le propos. Un groupe social est un système gouverné par des régles qui ont pour objet de maitriser les inévitables tensions et de préserver "l'équilibre" du groupe. Le conformisme, ou respect des règles, que l'on peut associer au feed-back négatif, semble à première vue favoriser ce nécessaire équilibre. La déviance, que l'on peut associer au feed-back positif, semble elle dangereuse, dans la mesure où elle met en danger l'existence des règles sociales. Mais le ou les déviants sont souvent dans un groupe ceux qui perçoivent avant les autres l'obsolescence des règles observées. La déviance prévient la nécrose. Loin d'être dangereuse, elle est alors nécessaire. pmf sept 2004


J'ai répondu à cet appel en même pas un an :-D. J'ai changé la base mais n'hésitez pas à me corriger car je n'ai toujours pas compris l'ancienne définition.--;-) 1 jul 2005 à 22:58 (CEST)

Contribution à la définition[modifier le code]

La notion d' Homéostasie décrite en début d'article emploie un vocabulaire ambigü et incomplet, non généralisable.

- le mot fonctionnement implique le mot système, parce qu'il y a de l'énergie. - le mot fonctionnement implique le mot mouvement, donc dynamique. - qui dit fonctionnement , dit EXISTENCE, plus explicite qu'équilibre. - qui dit existence implique la notion de Durée de vie, donc de temps. - associée à celle d'homéostasie, la notion de convergence des éléments favorables à cette situation de NON gaspillage de l'énergie disponible.

Suggestion de définition : " L'Homéostasie est l'état d'un système en fonctionnement dans une situation de déperdition minimale d'énergie."

On peut dire : un système homéostatique est un système qui possède la capacité de se mettre dans un état de consommation minimale d'énergie.

Exemples : - une goutte d'eau sur une plaque chaude - un animal qui hiberne.

Tous les systèmes ne sont pas homéostatiques. Angibeaud 5 novembre 2007 à 22:27 (CET)

Il faut faire très attention! 1-

  1. élément 1 Je pense que l'humeur n'est pas un bon exemple étant donné qu'il n'y a pas, à l'heure actuelle, un paramèttre biologique avec quoi on peut le quantifier.


  1. élément 2 L'histoire de la courbe de Gauss n'est pas adaptée non plus car comme vous l'avez mentionné, la distribution peut aller jusqu'à l'extême qui est le contraire même du principe du milieu interieur, de l'homéostasie et surtout de la Biologie du système intégré. Dans un cas extrême, on parle de la Physiopathologie mais pas de Physiologie.


!! Attention !! Confusion dnas le vocabulaire:

Le code génétique est un système de correspondance permettant la traduction des ARN messagers en protéines. Il est commun à tout être vivant sur terre. Le code génétique n'est pas plus simple chez l'homme que chez la grenouille. C'est l'information génétique qui moins importante.

"avantage sélectif"[modifier le code]

La dernière section de l'article me semble parfaitement délirante. Ni la "complexité du génome" (terme qui n'a pas de signification) ni la quantité d'information présente dans un génome ne me semblent avoir de rapport avec l'étude des équilibres dynamiques d'un système vivant. De plus, les phénomènes d'homéostasie, si on cherche à les relier à la notion de détermination génétique du développement tendraient plutôt à nous faire observer des tendances exactement inverses de celle décrites dans l'article: la présence de cycles homéostatiques relativement robustes, résistant aux conditions extérieures, correspondrait à une information développementale non génétique. Mais le moins qu'on puisse dire, est que tout ceci est vaseux.