Discussion:Childéric III

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Retrait de la phrase suivante[modifier le code]

Childéric III a été surnommé l’Insensé. Il est le dixième et dernier Roi dit Fainéant.

Surnom inconnu des sources et sans fondement historique. --Clodion 19 décembre 2012 à 12:18 (CET)

Retrait du paragraphe suivant :

L'heritage Merovigien[modifier le code]

Il serait injuste de reduire la dynastie merovingienne a Clovis, Dagobert et aux rois fainéants. Dans cette période troubles qui succédent a l'Empire Romain, ni la Gaule, ni la France n'ont d'existence, et les notion de "royaume", d'état, de "nation" tels quel seront définies par les capétiens (il faudra attendre le regne de Philipe IV, dit le bel pour voir le nom de "France" apparaitre), n'existe pas. Dans la tradition merovigienne, le "royaume des francs" est un "domaine", une "propriété", que l'on partage au moment de l'héritage. Cette notion perdurera chez les Carolingiens, héritiers des pipinides, qui administrèrent puis complotèrent pour acquèrir ce domaine. La dynastie merovingienne préfigure une certaines federations de l'europe de l'ouest, contre de nouvelles invasion barbares. Le catholicisme devient peu a peu la religion officielle, au detriments des croyance "payennes". Les images de Clovis et Dagobert, seront maintes fois reprisent (tout comme Vercingetorix et Charlemagne), pour représenter une version linéaire de l'histoire de France (un roi en succédant a un autre, dans une france au frontière bien définie). Les rois fainéants n'en ont probablement que le noms. De "Ces rois qui ont fait neant" (qui n'ont rien fait dans le sens ni agrandir ni enrichir le royaume), appellation forgée par Eginhard, biographe de Charlemagne, dans sa Vita Karoli (Vie de Charlemagne), écrite au IXe siècle. qui légitimait ainsi la prise de pouvoir carolingienne, car, dit-il, les Mérovingiens « n'avaient plus de roi que le nom », a "rois fainéants" se déplaçant dans de lourds chariots bâchés tirés par des bœufs, confortablement allongés sur des coussins moelleux, tel que decris dans les manuels scolaires de Jules Ferry, cette époque a était sévérement jugée et resumée. Pendant plus d’un siècle, les derniers rois, accusés de fainéantise et d’incapacité par les historiens ; n'etaient que orphelins couronnés dont l'education était confiée aux hommes qui voulaient s’emparer de leur trône. Si ces rois qui n'ont rien fait, que parce qu'il ne pouvait agir. La structure, les fondements et les traditions de cette dynastie étaient certainement plus fort que nous ne l'imaginons, car elle survecut durant dix régnes et plus d'un siécle de delabrements.

Cette analyse n'a rien à faire dans l'article sur Childéric III, elle dépasse ce modeste roi... De plus il n'y a pas de source, dans l'état c'est du travail inédit. --Clodion 19 décembre 2012 à 13:41 (CET)