Disaster Girl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

icône image Image externe
La photo, largement connue sous le nom de "Disaster Girl", montre une fille souriant à l'appareil photo alors qu'un bâtiment brûle en arrière-plan. L'image a été fréquemment utilisée comme mème sur Internet.

Disaster Girl en français : « jeune fille à la catastrophe » désigne un mème utilisant la photographie d'une jeune fille regardant l'objectif alors qu'une maison brûle derrière elle[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

Au premier plan à droite apparaît le visage d'une jeune fille regardant l'objectif de l'appareil, la tête légèrement orientée vers la scène, de manière souriante. Derrière elle, stationne un fourgon d'incendie avec l'inscription « 38 » en rouge et deux tuyaux jaunes se rattachent à un hydrant, dont l'un pour le fourgon visible. Sur le trottoir d'en face, trois personnes, dont un pompier, observent l'incendie d'une maison de couleur blanche et à un niveau.

On interprète souvent son sourire comme « narquois »[3], mais que ça n'a pas été l'intention à ce moment comme l'explique Zoë Roth dans une entrevue pour BuzzFeed[4] :

My dad was taking pictures of the house and everything going on, and then he said it was my turn to smile. He was like "Ok, smile.". So that's why I made that face, just because that was my smile at that time. Any picture from that period I feel like you could look at it and be like "oh, like, this definitely looks like the same girl" because I just had an evil smile.

— Zoë Roth

« Mon père prenait des photos de la maison et de tout ce qui se passait, puis il a dit que c'était à mon tour de sourire. Il m'a lancé quelque chose comme « Ok, souris. ». C'est pourquoi j'ai fait cette tête, simplement parce que c'était mon sourire à ce moment-là. N'importe quelle photo de cette période, j'ai l'impression qu'on pourrait la regarder et se dire « oh, genre, ça ressemble vraiment à la même fille » parce que j'ai juste eu un sourire démoniaque. »

Situation de la scène[modifier | modifier le code]

Localisation et disposition des éléments de la scène

La scène s'est déroulée à Mebane, dans la Caroline du Nord, aux États-Unis[5]. Le terrain de la maison en feu est situé au 112 rue Holt Ouest (anglais : 112 West Holt Street), au croisement avec la 4e rue Sud (anglais : South 4th Street). L'incendie a été allumé par les pompiers de la ville dans le cadre d'un exercice[6].

La photographie a été prise par un photographe amateur, Dave Roth, qui demande à sa fille de 4 ans de sourire[6].

Vente de la photographie[modifier | modifier le code]

En , la photographie a été mise aux enchères sous forme de jeton non fongible. Elle est vendue le à 180 Ether[7],[8].

Zoé Roth, la jeune femme représentée sur la photographie, compte utiliser les bénéfices de la vente pour couvrir ses frais universitaires[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Benoit Le Corre, « La gamine du mème « Disaster Girl » a bien grandi », sur nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le )
  2. Nicolas Hasson-Fauré, « Disaster Girl, la photo de cette fillette a fait le tour du web, voici son étonnante histoire - Edition du soir Ouest-France - 28/04/2021 », sur ouest-france.fr, Ouest France, (consulté le )
  3. Pierre Bazin, « Vendu en NFT, le mème "Disaster Girl" a fait flamber les enchères », sur arts.konbini.com, Konbini Arts, (consulté le )
  4. (en) [vidéo] BuzzFeedVideo, I Accidentally Became A Meme: Disaster Girl sur YouTube, (consulté le )
  5. (en-US) Marie Fazio, « The World Knows Her as ‘Disaster Girl.’ She Just Made $500,000 Off the Meme. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  6. a b et c Katia Dansoko Touré, « «Disaster Girl», mème pasmal », Libération, no 12408,‎ , p. 47 (ISSN 0335-1793, lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) Maddie Ellis, « After years as a meme, ‘Disaster Girl’ takes control of her image — with a hefty payoff », sur newsobserver.com, The News & Observer (en), (consulté le )
  8. « Une photographie devenue un «mème» viral vendue plus de 400.000 dollars », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]