Delanne 70

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Delanne 70 est un projet d'hydravion transatlantique conçu en France dans les années 1930 par l'ingénieur aéronautique français Maurice Delanne.

Conception[modifier | modifier le code]

En France, durant les années 1930, une des principales préoccupations des avionneurs français était de réaliser un avion de ligne capable de traverser sans escale l'océan Atlantique, et de remplacer les paquebots utilisés pour le transport de passagers, de courrier et de fret entre l'Europe et les États-Unis[1]. La compagnie Air France dépensa beaucoup d'argent à financer ces études. Pour des raisons de sécurité, la formule de l'hydravion était préférée, car on pensait qu'en cas de problème mécanique, il pourrait toujours se poser sur l'eau. De plus, il pourrait desservir les villes non dotées d'un aéroport moderne (seules les grandes capitales en étaient alors dotées) mais situées sur la côte. Latécoère réalisa ainsi le Laté 631, la SNCASE le SE.200[2], et Potez le Potez-CAMS 161[3].

Maurice Delanne voulut participer aussi à cette compétition, et dessina le DL-70. C'était un hydravion à coque gigantesque, de 50 mètres d'envergure, accueillant 50 passagers sur deux ponts superposés. Il devait traverser l'Atlantique nord à 500 km/h, propulsé par six moteurs de 1 500 ch[2]. Bien entendu, il reprenait la formule des ailes en tandem chère à Maurice Delanne, qui lui attribuait beaucoup d'avantages. Mais jusqu'à présent il n'avait essayé cette formule que sur de petits monomoteurs. Le plan horizontal de l'empennage, disproportionné, était presque aussi large que la voilure principale. Il n'était pas implanté tout à fait à la pointe arrière du fuselage, mais juste derrière la cabine passagers, à hauteur du pont inférieur. Il portait à ses extrémités deux dérives arrondies. La construction de ce monstre des airs ne fut même pas entamée[2], et la Seconde Guerre mondiale mit fin à tous les projets d'hydravion de ligne transatlantique[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gérard Hartmann, « L’hydravion le plus rapide du monde fut conçu à Argenteuil » [archive du ], Dossiers historiques et techniques aéronautique française, (consulté le 3 octobre 2008)
  2. a b et c François Delassale, « Les avions de Maurice Delanne », Aeromed, no 71,‎ , p. 4-9 (lire en ligne).
  3. Gérard Hartmann, « Polytechnicien et pilote, Jacques Lecarme ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]