David Van Orliens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les défenses du fort de Liefkenshoek

David van Orliens ou David van Orléans, né en 1579, (parfois 1570) mort en 1652 (parfois 1641) est un ingénieur militaire néerlandais du XVIIe siècle, compagnon de Simon Stevin et de Jacques Aleaume.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtient le titre d'ingénieur en 1598 (Il publie un traité de fortification, chez Hoefer, en décembre 1598), et travaille dès janvier 1599 avec Simon Stevin. Il travaille de nouveau avec Stevin en 1604[1].

Deux lettres du prince Maurice d'Orange, et de Nassau, mentionnent son titre d'ingénieur en 1619 et 1620[2],[3] :

Il entre au service de l'État en 1622 et demeure en poste 30 ans, jusqu'à sa mort en 1652. Capitaine de compagnie, il devient maire de Sluis ; il se marie avec Catharina Nicolai. On le connaît à l'époque, à la cour et à la ville, sous le surnom de « Pélican doré[4] ».

Travaux[modifier | modifier le code]

Les défenses du fort de Lillo

Parmi ses ouvrages, on cite les bornages de la Belgique et de Muiden[5], en compagnie de Jacob Herbault, vers 1609. Il forma les plans définitifs des fortifications de Deventer[6] où il remplace l'ingénieur Raeff Dester le 31 janvier 1604[7]. Il participe aux travaux défensifs du siège de Bergen op Zoom[8]. Parmi ses plus belles réalisations, les systèmes défensifs de Fort Liefkenshoek et de Fort Lillo.

Il fut plus souvent consulté que Simon Stevin par la cour du prince d'Orange[9]. Isaac Beeckman le cite dans son journal.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. In 't land van belofte in de nieue stadt : ideaal en werkelijkheid van de stadsuitleg in de Republiek 1580-1680 pages 57 et 422, Gary Schwartz, 1978
  2. Archives voor kerkelijke en wereldsche geschiedenissen inzonderheid, Volume 4 (Johannes Jacobus Dodt van Flensburg, Herman Johan Royaards), page 128 Bosch en zoon, 1844
  3. Archives voor kerkelijke en wereldsche geschiedenissen inzonderheid, Volume 6, (Johannes Jacobus Dodt van Flensburg, Herman Johan Royaards), page 288
  4. De Navorscher. Een middel tot gedachtenwisseling en letterkundig verkeer tuschen allen, die iets weten, iets te vragen habben of iets kunnen oplossen, Volume 61 page 25, 1912.
  5. H. Q. Janssen, St. Anna ter Muiden, beschouwd als plaats, sedert het ontståan der stad Mude page 122.
  6. Maarten Roy Prak, Diane Webb, The Dutch Republic in the seventeenth century: the golden age, page 66, (ISBN 0521843529) Cambridge university press.
  7. Écrivains Français en Hollande, Page 99
  8. Collection de meḿoires relatifs a l'histoire de Belgique, siège de Bergen op Zoom (1622) page 89
  9. Principal Works: The art of war. Edited by W. H. Schukking page 105