Jacques Aleaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Aleaume
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Jacques Aleaume Aleaulme, Aléaume, ou Alleaume, né en 1562, fils de Pierre Aleaume, né à Orléans, mort à Paris et enterré le 3 octobre 1627 à Charenton, est un mathématicien français, élève de François Viète et de Simon Stevin. Il se rattache à l'école de l'Algèbre nouvelle.

Traces biographiques[modifier | modifier le code]

Huguenot, élève de Viète[1], dont son père est l'ami et le secrétaire, Jacques Aleaume entre vers 1600 en correspondance avec Paolo Sarpi, que lui fait connaître un des autres élèves de Viète, le ragusain Marino Ghetaldi[2]. Mathématicien du prince Maurice d'Orange, à la cour de Bréda (avec Stevin, David d'Orléans et Johan van Rijswijck), il est admis comme ingénieur au service des États dès 1605[3]. Appointé en 1607 comme déchiffreur extraordinaire, il orthographie alors son nom Jacques a Le haulme[4]. Il se fait nommer lui-même Jacques le déchiffreur[5].

Place de France

En dépit de son crédit auprès du prince d'Orange, Aleaume repart pour Paris vers 1608-1609 à la veille de la « trêve de douze ans ». Le roi Henri IV lui cède une maison dans les galeries du Louvre[6]. Il est pressenti pour seconder Claude Chastillon dans le projet d'édification de la Place de France, ils en dessinent les plans (novembre 1609), mais leur projet ne voit pas le jour[7],[8] et l'année suivante, Aleaume revient en Hollande en tant qu'ingénieur et déchiffreur. Il semble qu'il ait vécu ainsi, à cheval entre la France et les Pays-Bas. En 1610, une lettre de Paolo Sarpi apprend à Jacques Aleaume, alors à Paris, les observations faites au télescope par Galilée). Aleaume est d'ailleurs pressenti pour succéder à Galilée à l'Université de Padoue[5].

Maurice d'Orange

Aleaume est un grand amateur d'instruments. Il fait fabriquer ses lentilles par Jean Ferrier (le même tailleur de verre parisien qui travailla aussi pour Descartes). Louis Aubery du Maurier dit de lui, 20 ans après sa disparition[9] :

« Le Prince Maurice aimait fort les mathématiciens & ingénieurs : & entre tous ceux du temps, il estima le plus Monsieur Aleaume excellent en cette profession et lui donnait une grosse pension, quoi qu'il en eût une fort bonne du Roi. Mais il n'y avoit personne qui pût rien apprendre au Prince en cette science-là, ayant inventé de belles machines pour passer les rivières, & pour servir aux sièges des villes. Enfin, de son temps il a servi de modelle aux ingénieurs et aux capitaines. »

On doit également à Aleaume des travaux d'optiques et de défense militaire[10]. Par son père, Pierre Aleaume d'Orléans, il hérite des œuvres de Viète[11] et publie quelques-uns de ses travaux. Il semble qu'il soit à l'origine de la rencontre d'Alexander Anderson et des manuscrits de leur maître. Son œuvre contribua à l'édition de Frans Van Schooten. En revanche, il est peu assuré qu'il connaît Descartes à Leyde ou à Bréda. Le cartésien Gustave Cohen dit à ce propos[12] :

« Voila donc à quoi s'occupait Descartes, a l'école de Maurice, dans cette sorte d'Academie militaire comme il en existe encore une aujourd'hui au même lieu, a la même place, et où des maîtres de choix, peut-être Stevin, David d'Orléans et Jacques Aleaume, enseignaient aux jeunes nobles, venus de partout, le dessin, l'architecture militaire ou l'art des fortifications… »

En 1613, Aleaume se déclare comme un ardent admirateur de Galilée. Dans les années qui suivent, et notamment en 1617,1618 et 1621, il est doublement pensionné, par le roi de France - notamment comme concessionnaire des eaux minérales, et, à la reprise des hostilités entre les Provinces-Unies et l'Espagne, en tant qu'officier de guerre par les états de Hollande[13]. Il est alors premier ingénieur ordinaire du roi[14] et intendant des fortifications en Champagne et Picardie[15].

D'après l'historien Adrien Baillet, et au vu des confidences de Descartes, Isaac Beeckman, quitte assez souvent Middelbourg vers 1617 pour venir à la cour de Maurice de Nassau et rendre visite à Jacques Aleaume[16],[17].

la même année, Willebrord Snell dans son Eratosthène Batave, lui rend hommage comme au plus illustre et au plus ingénieux de ses amis ; Snell affirme qu'il lui doit la pratique du compas de proportion[18]

La reddition de Breda (1625) (Velázquez)

En 1627, le prince Maurice étant mort, et la ville de Breda ayant accepté sa reddition, Aleaume revient à Lyon. Il meurt peu de temps après à Paris. Nicolas Peiresc, avec qui il est en correspondance, considère que sa mort est une grande perte[19]. Ses livres et ses instruments sont dispersés et vendus. Les manuscrits de François Viète, dont Aleaume est l'héritier par son père qui en a été le secrétaire, sont détenus par les frères Dupuy (gardes de la Bibliothèque du Roi), auxquels écrit Peiresc, le 11 novembre 1627[20]. On perd pendant leur vente la trace de l'Harmonicon céleste (entre les mains d'Ismaël Boulliau).

«  Je plains infiniment la mort du pauvre Mr Aleaume, écrit Peiresc aux frères Dupuy, et que ses livres et instruments n'ayent pu tomber en mains de persones qui en pussent avoir le soing qu'ils meritoient. Il falloit que le Roy acheptast tout cela pour en mettre à la Bibliothèque ce qu'il y avoit de plus rare et pour le moings les ouvrages de feu Mr Viète... C'est une grande perte pour ce siècle, et pour la postérité n'en sera pas moins si ces papiers ne tombent entre des mains charitables et soigneuses d'en faire ayder le public... »

Une partie de ces livres sont acquis par le père Mersenne.

Après sa mort, Melchior Tavernier et le père Dubreuil reprochent à Girard Desargues de s'être inspiré sans les citer des travaux d'Aleaume et de Jean-Louis Vaulezard pour ce qui est de la perspective[21].

Frédéric Ritter lui prête comme élève Albert Girard[22].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Très influencé par son maître Simon Stevin, on doit à Aleaume un livre sur les fortifications, un Livre sur les lunettes et les Miroirs, ainsi qu'un livre sur la perspective, qu'il était prêt à mettre sous presse lorsqu'il mourut. Ce livre sur la perspective fut édité par Estienne Mignon, sur commande de Louis XIII, avec une Introduction à la perspective, ensemble l'utilisation du compas et des tableaux sur la longitude.

  • Confutatio problematis ab Henrico Monantholio… proposiiti. Quo conatus est demonstrare octavam partem diametri circuli aequalem esse lateri polygoni aequilateri & aequianguli eidem circulo inscripti, cuius perimeter ad diametrum rationem habet triplam sesquioctavam… Paris, David le Clerc, 1600[5]. Aleaume y réfute une fausse démonstration d'Henri de Monantheuil sur la construction d'un polygone régulier inscrit dans un cercle, ce qui devait conduire à sa quadrature.
  • la traduction du latin en français d'un Traité Astrologique des jugements des thèmes généthliaques, d'Henry de Rantzau, Vième duc Cimbrique, édité à titre posthume, en 1653, chez P. Ménard, par le professeur es mathématiques et astrologue Alexandre Baulgite[24], traité, essentiellement constituée d’aphorismes.

La perspective Aleaume[modifier | modifier le code]

À sa mort, Aleaume laisse un manuscrit inachevé traitant de perspective. Il est racheté par les imprimeurs-libraires Pierre Recollet et Charles Hulpeau, qui obtiennent le privilège royal de le faire imprimer. Ils demandent au mathématicien Estienne Mignon de l'éditer et de l'étoffer. Le manuscrit original s'est perdu mais le livre ainsi produit, La perspective spéculative et pratique de l'invention du seigneur feu Aleaume, ingénieur du roy, est un ouvrage unique pour son temps[25].

Pour repérer les points du plan, Aleaume et Mignon, dont le travail semble indissociable, utilisent un repère orthonormé, une « grille » munie d'une origine et d'un système de coordonnées (à la Frans van Schooten). Ils s'y montrent les héritiers de Guidobaldo del Monte, mais ils font preuve d'invention. On retiendra en particulier les notations pour désigner deux points de projeté identique, et la notation pour abréger « A est image de B ». Quoique les méthodes "projectives" de Desargues soient plus générales que celles d'Aleaume et Mignon, leur traité de perspective spéculative offre parfois des solutions plus simples que celles du Lyonnais[25].

Ce livre eut quelques épigones, notamment Grégoire Huret (1610-1670), Charles Bourgoing[26], augustin de la communauté de Bourges, dans sa perspective affranchie (en 1661) et plus tard le mathématicien Jacques Ozanam (1640-1717)[27] et l'astronome Johann Heinrich Lambert (1728-1777)[25], qui leur emprunte deux problèmes.

Un des exemplaires de sa perspective spéculative et pratique est annoté de la main du philosophe-mathématicien Leibniz ; pour autant il semble désormais impossible de décider quelles idées et quelle part reviennent à l'un et à l'autre des deux auteurs. Certains commentateurs ont daté de la parution de ce livre la transformation du compas de proportion en un compas optique ou compas de perspective[28]. En effet, il précède de peu, le traité de Jean-Louis Vaulezard, Abrégé ou racourcy de la perspective par l'imitation, paru en 1631 où ce compas est défini[29].

Le traité astrologique[modifier | modifier le code]

.

Son titre exact, est Traité Astrologique des jugements des thèmes généthliaques pour tous les accidents qui arrivent à l'homme après sa naissance, pour connoistre des tempéraments et inclinaisons, selon tous les meilleurs et plus anciens autheurs par l'industrie de Henri Rantzau fait en français par Jacques Alleaume (d'Orléans) ingénieur du roy. Paris. Mis en ordre ou augmenté d'aphorismes et annotations universelles sur les 12 signes pour les 12 maisons célestes, colliges de divers auteurs et traduits par Alexandre Baulgite

Rantzau y affirme avoir trouvé cet ancien traité astrologique en sa bibliothèque. Il s'agit donc d'un commentaire par Baulgite d'une traduction par Alleaume d'un commentaire par Rantzau d'un livre supposé plus ancien.

Ce traité fut partiellement réédité en 1947 par l'astrologue russe Alexandre Volguine, aux Éditions des Cahiers Astrologiques, mais amputé de sa première partie sur la domification[30].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Christiaan Huygens : Œuvres complètes. Tome XXII. Supplément à la correspondance page 546.
  2. Angelo Bianchi, Lacroix-Verboeckhoven, Biographie de Fra Paolo Sarpi, Librairie internationale, 1863, p. 121 [lire en ligne (page consultée le 21 octobre 2010)].
  3. On a conservé trace de ses émoluments vers 1619 ; Gustave Cohen Écrivains Français en Hollande Champion 1920, page 373, note qu'il reçoit une somme double de Simon Stévin.
  4. On lit dans Gustave Cohen : Écrivains français en Hollande dans la première moitié du 17e siècle que le Haulme, déchiffreur extraordinaire et ingénieur au service des États, reçut ordonnance de 6 200 florins en 1607 avec 75 florins par mois, et 1.200 florins par an.
  5. a, b et c (nl) Cité dans la Bibliographie de Jacques Alleaume Niew Nederlandsch Biografisch Woordenboek (le nouveau dictionnaire biographique de Hollande) par Cornelis de Waard.
  6. P. L. Jacob : XVIIe siècle; lettres, sciences et arts, France, 1590-1700; ouvrage illustré de 17 chromolithographies et de 300 gravures sur bois (dont 16 tirées hors texte) d'après les monuments de l'art de l'époque (1882) page 26?
  7. Alain Berthoz, Roland Recht, Augustin Berque : Les espaces de l'homme: Symposium annuel page 286, donnent un aperçu de ce qu'aurait pu être cette place.
  8. Ballon (Hilary), The Urbanism of Henry the Fourth, The Architectural History Foundation, 1991
  9. On lit ce jugement dans les mémoires pour servir à l'histoire de Hollande et des autres Provinces-Unies : où l'on verra les véritables causes des divisions qui sont depuis soixante ans dans cette république & qui la menacent de ruine de Louis Aubery, imprimées chez Jean Vilette en 1647, qu'Aleaume était fort estimé à la cour de Maurice d'Orange
  10. En fait, il se constitue autour d'Aleaume une véritable école militaire d'ingénieurs de défense, auquel on adjoint les noms de Jean Fabre, Antoine Deville, Claude Flamand, Honorat de Meynier, Blaise de Pagan et Jacques Perret selon Émilie d’Orgeix Fortifications et traités d’architecture militaire français (XVIIe-XVIIIe siècles, article des Nouvelles de l’INHA, no 35, juillet 2009
  11. Joël Biard, Rushdī Rāshid : Descartes et le Moyen Âge, Vrin, 1997 (ISBN 2711613402)
  12. On lit dansÉcrivains français en Hollande dans la première moitié du 17e siècle quelles étaient selon Gustave Cohen les occupations de Descartes sous le nom du Sieur du Perron à Bréda.
  13. Molhuysen, Blok, dictionnaire biographique de la Hollande, seconde partie. Leyde 1912 [lire en ligne].
  14. Sous Henri IV, on compte une douzaine d'ingénieurs d'état. En 1602 naît le titre d’ingénieur ordinaire du roi. Sous Louis XIII, ils sont une cinquantaine, Voir l'histoire de ces ingénieurs avant Vauban, Hugues Paucot, sur le site du CRDP de Bordeaux
  15. a et b Nicolas Claude Fabri de Peiresc, Jean-François Lhote, Lettres à Cassiano dal Pozzo, 1626-1637, Adosa, 1989 p. 190, (ISBN 2866390792).
  16. Article de G. Monchamp, correspondant de l'académie in Bulletins de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique (1834)1895, Chez Hayez, page 120
  17. Paul Tannery pense différemment et note dans l'édition des Œuvres de Descartes, par Adam et Tannery tome 10 page 24, que le nom d'Alleaume n'apparaît nulle part dans les carnets de Beeckman.
  18. Lynn Thorndike, History of Magic and Experimental Science, Partie 12 p. 105 [lire en ligne (page consultée le 21 octobre 2010)].
  19. Cette douleur est citée par Gassendi, viri ill. Peiresc Vita (1651) 321
  20. Lors de la séance de l'Académie des Sciencesdu 14 février 1816 présidée par Camille Jodran, Monsieur Bigourdan, à propos de l'harmonicon celeste, œuvre perdue de François Viète, évoque cette lettre de Pereisc aux frères Dupuy où l'ami de Gassendi rend un hommage appuyé à Aleaume et à Viète
  21. On lit dans Les œuvres de Girard Disargues réunies et analysées par M. Poudra, page 190 et suivante que l'édition du manuscrit de la perspective d'Aleaume fut complété par Mignon, en utilisant les résultats de Disargues (seule les premières pages du livre édité en 1643 et les idées développées par la suite étant d'Aleaume)
  22. Étude sur la vie du mathématicien François Viète (1540-1603), son temps et son œuvre, par Frédéric Ritter, polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées : tome I disponibles sous forme de microfilm (87Mi/1) auprès du CARAN
  23. Recollet fut également l'éditeur d'Antoine Vasset et de son algèbre nouvelle selon Viète.
  24. Le père Jean François s'opposa particulièrement à cette publication de Baulgite.
  25. a, b et c Kirsti Andersen : The geometry of an art: the history of the mathematical theory of chez シュプリンガー・ジャパン株式会社, 2007, (ISBN 0387259619), page 420-439
  26. On ne doit pas confondre le père Charles Bourgoing du Convent du Faubourg de Saint Germain et le père François Bourgoing, né en 1585, supérieur général de l'Oratoire et confesseur du duc d'Orléans, mort le 4 décembre 1662, dont Bossuet fit l'oraison funèbre le 20 décembre. l'évêque de Meaux évoque à cette occasion, dans cette première oraison, « le dessein du grand architecte ». Les œuvres du Père Charles Bourgoing, augustin, ont été éditées en 1657. On lui doit également un traité de gnomonique. Voir J. Thomas, Universal Pronouncing Dictionary of Biography, p. 416 [lire en ligne].
  27. Particulièrement dans La Perspective Théorique et Pratique, où l’on enseigne la manière de mettre toutes sortes d’objets en perspective, tirée du Cours de Mathématique, publié à Paris, chez Claude Jombert en 1711. Voir Kirsti Andersen, The geometry of an art: the history of the mathematical theory p. 407 [lire en ligne]
  28. Filippo Camerota : [Nel segno di Masaccio] Giunti Editore Firenze Italy, 2001; page 211, (ISBN 8809023293)
  29. Jean-Louis Vaulezard : brégé ou racourcy de la perspective par l'imitation dans lequel est traicté du moyen de changer une perspective en une autre semblable… ensemble l'invention d'approprier deux ou plusieurs perspectives, ou parties d'icelles en une mesme, et souz une mesme distance d'œil. Le tout par l'ayde d'un compas de perspective]
  30. Rantzau y appenait à construire les maisons astrales selon les méthodes de Regiomontanus d'Ibn Ezra, de Ptolémée revus par Cardan, Campanus de Novare, Alcabitius et Luc Gauric

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]