David Roentgen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
David Roentgen
David Roentgen - table.JPG

Une table réalisée par David Roentgen (ca 1780-1790), au musée Nissim-de-Camondo à Paris (France)

Naissance
 +
Herrnhaag (en) +
Décès
Nationalité

David Roentgen (né en 1743 à Herrnhag (en), mort en 1807) est un ébéniste allemand, qui a travaillé pour la cour de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Abraham Rœntgen (1711-1793) est un ébéniste réputé[1] qui a son atelier à Neuwied, une ville sur le Rhin, non loin de Coblence.

David Roentgen né à Herrnhag, une communauté des frères moraves (une branche du protestantisme) dont sa famille fait partie[1]. La vie y est communautaire et austère et l'esprit d'entrepreneur et le luxe de la production du père puis du fils créés quelques tensions avec les autres membres de la communauté[1]. David Roentgen débute probablement à l'atelier de son père et voyage beaucoup. Il se rend ainsi en Russie, en Hollande, en Autriche et en France[1]. En 1769, il reprend la direction de l'atelier paternel, peu après avoir organisé à Hambourg une grande vente aux enchères de meubles qu'il a fabriqués avec son père[1].

Après une première visite en 1774[1], ce virtuose de la marqueterie retourne à Paris en avec plusieurs meubles de sa fabrication et en compagnie de l'horloger Peter Kinzing. La Reine Marie-Antoinette et le comte d'Artois, frère du Roi (futur Charles X), lui achètent des meubles.

Ses confrères parisiens, jaloux, l'obligent à rejoindre la jurande des Menuisiers-Ébénistes. Il est reçu maître en 1780 bien que contrairement aux nombreux ébénistes allemands installés à Paris, il n'y aura lui jamais d'atelier[1]. S'il tente d'obtenir le privilège de vendre ses meubles auprès des membres de la cour sans être assujetti à la corporation des ébénistes, sa demande est rejetée et il est contraint de soumettre ses productions à la jurande qui pourra apposer son sigle aux côtés de sa signature. Étrangement, un seul meuble est aujourd'hui porteur de son estampille à chaud, un grand nombre est signé à l'encre et le sigle de la jurande est toujours absent, ce qui démontre un contrôle relatif de la corporation des ébénistes. Certaines signatures sont marquetées ou réduites au sigle R4 : r pour Roentgen et le 4 pour désigner la quatrième lettre de l'alphabet et désigner son initiale de prénom.

Il a fourni au roi Louis XVI, le meuble le plus cher jamais commandé. Ce « cabinet du Roi », tout à la fois commode, boite à musique et pendule, fut dépecé au XIXe siècle et transformé en petits meubles plus facilement négociables.[réf. nécessaire]

Il participera avec Peter Kintzing à la création de l'automate joueur de tympanon vers les années 1785.

Ses productions offrent une diversité de matériaux précieux et un art de la marqueterie atteignant une perfection rarement égalée. De nombreuses tables et cabinets montrent une articulation de multiples tiroirs, casiers, plateaux ingénieusement encastrés et pouvant se déployer à l'aide de mécanismes internes savamment dissimulés. Certaines serrures actionnent différents mécanismes par des tours de clés successifs dans des sens parfois inversés. Les ornements des garnitures de bronze font parfois office de boutons poussoir libérant des petits tiroirs secrets.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont conservées dans les grandes Collections privées et publiques et notamment dans les Collections royales anglaises, à Versailles, au Louvre, à l’Hermitage de Saint-Pétersbourg, dans diverses résidences royales allemandes et dans les principaux musées américains.

Un musée dans la ville de Neuwied, le Roentgen-Museum (aussi dénommé Kreiss-Museum) regroupe un certain de ses oeuvres.

Au château de Versailles, on peut voir une table dont le plateau est un morceau du "Cabinet du Roi".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Pierre Kjellberg, Le mobilier français du XVIIIe siècle : Dictionnaire des ébénistes et des menuisiers, Les éditions de l'amateur,‎ , 887 p., p. 718 à 728

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :