Daniel Estulin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Daniel Estulin
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Vilnius, République socialiste soviétique de Lituanie, Union soviétique
Nationalité Lituanie
Pays de résidence Drapeau du Canada Canada
Profession

Daniel Estulin, né le à Vilnius, République socialiste soviétique de Lituanie en URSS, est un essayiste et conférencier d’origine lituanien résidant en Canada. Ses essais et ses interventions se focalisent sur le Groupe Bilderberg, qu'il qualifie de « maîtres du monde. » Proche de l’extrême droite américaine, il fait partie de la sphère complotiste et est dénoncé en ce sens par Conspiracy Watch.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Estulin est présenté par El Periódico de Catalunya comme étant un ancien agent du KGB[1].

Idéologiquement proche de Lyndon LaRouche, Daniel Estulin est un ancien rédacteur du journal d’extrême droite American Free Press et un collaborateur du présentateur de radio américain Alex Jones. Il a publié un ouvrage sur le Groupe Bilderberg, intitulé La véritable histoire du Groupe Bilderberg (titre original : Los Secretos del Club Bilderberg), édité en plus de quarante langues, « best-seller de la littérature conspirationniste contemporaine[2]. » Selon Conspiracy Watch, l'auteur affirme dénoncer un plan de réduction de la population mondiale par le biais d'une famine organisée par un « gouvernement mondial » occulte[3],[4].

Durant l'été 2010, il dédicace son livre à l'ancien dirigeant cubain Fidel Castro lors d'une rencontre à La Havane, puis répond à une invitation officielle du régime vénézuelien de Hugo Chávez afin de participer à un cycle de conférences sur le Club Bilderberg. Après avoir vécu au Canada, Estulin s'installe en Espagne en présentant ce changement de cadre comme un « exil » propre à assurer sa sécurité[3],[4]

Par ailleurs, Estulin voit la main de la franc-maçonnerie dans les attentats du 11 septembre 2001[4]. Il soutient que le terrorisme islamiste est utilisé pour déstabiliser et balkaniser les pays arabes[5]. D'après l'essayiste, les principales organisations terroristes islamiques seraient le résultat d'objectifs politiques à long terme conçus par Washington et Londres et seraient financées par des organismes de bienfaisance saoudiens[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Français[modifier | modifier le code]

  • La véritable histoire du Groupe Bilderberg.
  • Qui nous affame ? De la crise financière à la famine organisée.

Anglais[modifier | modifier le code]

Espagnol[modifier | modifier le code]

DVD vidéo[modifier | modifier le code]

  • Shadow government : how the global elite plan to destroy democracy and your freedom, by Grant R Jeffrey; Katherine Albrecht; G. Edward Griffin; Daniel Estulin; Gary H. Kah; Chuck Missler; Joan Veon; Bradley S O'Leary. Publisher: United States: Cloud Ten Pictures, 2009. OCLC 466168154.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Estulin: "La CIA montó Wikileaks para cerrar el acceso libre a internet", entretien, elperiodico.com, 21 juin 2011
  2. Pierre-André Taguieff, « La pensée conspirationniste : origines et nouveaux champs », dans Emmanuelle Danblon et Loïc Nicolas (dir.), Les rhétoriques de la conspiration, Paris, CNRS Éditions, coll. « CNRS éditions @ », , 348 p. (ISBN 978-2-271-06999-3, présentation en ligne), p. 314, n. 72.
  3. a et b « Bilderberg 2010 : ce que vous ne lirez pas ailleurs », sur Conspiracy Watch, (consulté le ).
  4. a b et c « Le Venezuela déroule le tapis rouge pour le conspirationniste Daniel Estulin », sur Conspiracy Watch, (consulté le ).
  5. a et b (es) Daniel Estulin: "El Che Guevara era un mongólico cualquiera", entretien, huffingtonpost.es, 7 octobre 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Evgenia Paparouni, « La notion de « théorie du complot » : plaidoyer pour une méthodologie empirique », dans Emmanuelle Danblon et Loïc Nicolas (dir.), Les rhétoriques de la conspiration, Paris, CNRS Éditions, coll. « CNRS éditions @ », , 348 p. (ISBN 978-2-271-06999-3, présentation en ligne), p. 97-117.

Liens externes[modifier | modifier le code]