Conversation sacrée (Vivarini)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Conversation sacrée
Accademia - Madonna in trono con il Bambino tra i santi Anna, Gioachino, Ludovico da Tolosa, Antoinio da Padova, Francesco et Bernardino da Siena - Alvise Vivarini Cat607.jpg
Artiste
Date
Type
Matériau
tempera sur panneau de bois (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dimensions (H × L)
175 × 196 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Collection
N° d’inventaire
Cat.607Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

La Conversation sacrée d'Alvise Vivarini est une peinture à la détrempe sur bois de 175 × 196 cm que le peintre a réalisée en 1480 et conservée aux Gallerie dell'Accademia à Venise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le retable se trouvait dans l'église San Francesco à Trévise. Il est arrivé dans les Galeries de l'Académie de Venise au début du XIXe siècle avec les suppressions napoléoniennes.

Description[modifier | modifier le code]

Marie est assise au centre, sur un trône surélevé d'un empilement de cubes et de cylindres[1], avec l'Enfant debout sur ses genoux. Sur les côtés sont disposés symétriquement deux groupes de trois saints chacun : à partir de la gauche, on trouve saint Louis de Toulouse en habit d'évêque, saint Antoine de Padoue, avec l'habit franciscain et le lys, sainte Anne, puis sur la droite saint Joachim, saint François montrant ses stigmates et saint Bernardin de Sienne portant le monogramme du Christ[1].

Le fond est composé d'un tissu vert, inspiré par Giovanni Bellini, dont les rayons X ont confirmé qu'il s'agissait d'un ajout ultérieur à la première ébauche. Au-dessus, de part et d'autre du haut dossier du trône, deux intrados d'ouvertures laissent paraître un ciel clair avec quelques nuages, qui s'éclaircit à mesure qu'il s'approche de l'horizon, comme à l'aube.

L'œuvre montre l'évolution d'Alvise Vivarini qui intègre dans son style les nouveautés apportées par Antonello de Messine présent à Venise de 1474 à 1476[1], adoucissant son propre style jusqu'alors dominé par les graphismes et les couleurs émaillées d'Andrea Mantegna et des « Squarcioneschi  ». Les gestes des personnages restent cependant figés et cristallins, les volumes géométriquement simplifiés et la lumière qui reste froide.

L'œuvre est signée et datée (ALVVLXE VITA RINR MCCCCLXXX) sur un panneau de marbre chiqueté du premier gradin de l'estrade du trône[1].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Pierluigi De Vecchi ed Elda Cerchiari, I tempi dell'arte, volume 2, Bompiani, Milan, 1999 (ISBN 88-451-7212-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Virgin and Child Enthroned with Saints (Sacra Conversazione) », sur ga.hu (consulté le 25 octobre 2020).