Confessions d'un barjo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le film qui en est l'adaptation, voir Confessions d'un barjo (film).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Confessions d'un barjo
Auteur Philip K. Dick
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Roman
Version originale
Langue Anglais américain
Titre Confessions of a Crap Artist
Éditeur Entwhistle Books
Lieu de parution États-Unis
Date de parution 1975
Version française
Traducteur Janine Hérisson
Éditeur Robert Laffont
Collection Pavillons
Lieu de parution Paris
Date de parution 1978
Type de média Livre papier
Couverture Martin Veyron
Nombre de pages 320

Confessions d'un barjo (titre original : Confessions of a Crap Artist) est un roman de Philip K. Dick écrit en 1960, publié aux États-Unis pour la première fois en 1975 et en France en 1978. Il s'agit de l'unique roman publié de son vivant n'appartenant pas à la science-fiction. Il est pour une bonne part autobiographique.

Résumé[modifier | modifier le code]

Jack Isidore est un simple d'esprit. Collectionneur d'objets farfelus et de phénomènes étranges, il passe plus de temps à répertorier et à étudier « scientifiquement » les événements troublants qu'à s'occuper de sa propre vie.

Le voilà bientôt pris en charge par Fay, sa sœur, et Charley, son beau-frère. Hébergé dans leur grande maison des environs de San Francisco, il devient rapidement l'esclave de Fay, s'occupe de ses enfants, de son ménage, de ses animaux. Sous son regard enfantin, le vernis de la famille modèle s'efface rapidement. Charley bat son épouse, Fay se révèle être une femme dépensière, insensible, incapable de s'intéresser à toute autre personne qu'elle-même. Et lorsque Charley se retrouve à hôpital suite à une crise cardiaque, Jack est le seul à prendre en main la grande maison pendant que sa sœur noue des relations avec Nathan, jeune étudiant marié fraîchement installé dans la région.

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

Le roman a également été publié sous le titre Portrait de l'artiste en jeune fou chez 10/18 en 1982 et a connu une nouvelle traduction pour l'édition J'ai Lu de janvier 2013.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Le roman a fait l'objet d'une adaptation cinématographique : Confessions d'un barjo, film français de Jérôme Boivin, avec Hippolyte Girardot, sorti en 1992.

Voir aussi[modifier | modifier le code]