Composé organométallique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un composé organométallique est un composé chimique comportant au moins une liaison covalente entre un atome de carbone et un métal (métal de transition y compris[1]).

L'atome de carbone peut appartenir à un composé inorganique, tel le monoxyde de carbone (CO), qui forme les « carbonyles métalliques », considérés comme des organométalliques. Plus souvent, l'atome de carbone lié au métal appartient à un groupe hydrocarbure, tel les groupements éthyle, propyle et butyle.

Parmi les composés organométalliques, on compte aussi les métallocènes (tels les ferrocènes) de formule (C5R5)2M. Ces derniers sont par exemple utilisés dans certaines synthèses (méthodes CVD) des nanotubes de carbone.

Différents types[modifier | modifier le code]

Les composés organométalliques sont souvent désignés par le préfixe « organo- ».

Cette famille comprend principalement :

Les composés organométalliques sont, entre autres, utilisés comme catalyseurs dans les réactions chimiques. C'est par exemple le cas de certains dérivés du platine, du palladium, du ruthénium et d'autres métaux rares.

Exemples d'utilisations[modifier | modifier le code]

Les composés organométalliques sont souvent plus toxiques que leur métal pur. En raison de cette toxicité, de nombreux composés organométalliques ont été utilisés (et parfois le sont encore) comme biocides, pesticides, antifooling ou poisons.

On leur a trouvé de nombreux autres usages, dont voici quelques exemples :

Références[modifier | modifier le code]

  1. De Montauzon, D., Poilblanc, R., Lemoine, P., & Gross, M. (1978) Electrochimie des composes organometalliques des metaux de transition. Electrochimica Acta, 23(12), 1247-1269.
  2. Cornils, B., & Herrmann, W. A. (1996). Applied homogeneous catalysis with organometallic compounds (Vol. 2). Weinheim etc.: VCH.
  3. Long N.J (1995) Organometallic Compounds for Nonlinear Optics—The Search for En‐light‐enment!. Angewandte Chemie International Edition in English, 34(1), 21-38 (résumé).
  4. Dosnon A (1997) Réactifs de fluoration inorganiques et organométalliques de l'antimoine ; premières applications en catalyse (Thèse de Doctorat).
  5. Payen, O. (2007). Synthèse d'anti-androgènes organométalliques non stéroïdiens et application au traitement du cancer de la prostate (Doctoral dissertation, Chimie ParisTech) (résumé).
  6. CHAVAIN, N., & BIOT, C. La chimie médicinale des composées organométalliques. Biofutur, 294, 3506.
  7. Douard A (2006) Dépôt de carbures, nitrures et multicouches nanostructurées à base de chrome sous pression atmosphérique par dli-mocvd: nouveaux procédés et potentialités de ces revêtements métallurgiques (Doctoral dissertation).
  8. Keil, G., Le Métayer, M., Cuquel, A., & Le Pollotec, D. (1982). Étude du dopage de l'arséniure de gallium par la technique d'épitaxie en phase vapeur aux organométalliques. Revue de Physique Appliquée, 17(7), 405-413.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. A. Carey, R. J. Sunberg (1996) Advanced organic chemistry (Plenum press).
  • J. March (2006) Advanced Organic Chemistry (J. Wiley).
  • P. Laszlo (1993) Logique de la synthèse organique ; Cours de l'École polytechnique (Ellipses).
  • J.-M. Campagne, D. Prim (2001), Les complexes de palladium en synthèse organique : initiation et guide pratique,, Ed. Lavoisier.
  • N. N. Greenwood, A. Earnshaw (1986) hemistry of the elements (Pergamon Press).
  • F. Diederich and P. J. Stang (2004) Metal-catalyzed Cross-coupling Reactions, Edited, Wiley-VCH, New York
  • Schlosser, M. (2002) Organometallics in Synthesis. A manual, Second Edition, Wiley, New York, 2002.