Come to Daddy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Come to Daddy

EP de Richard D. James
Sortie
Enregistré 1996-1997
Durée 33:25
Genre Drum and bass, breakcore
Producteur Richard D. James
Label Warp Records

Albums de Richard D. James

Come to Daddy
Compilation des critiques
PériodiqueNote
AllMusic4 étoiles sur 5[1]
Pitchfork7.2/10 étoiles[2]
The A.V. ClubFavorable[3]

Come to Daddy est un maxi d'Aphex Twin sorti en 1997 sur le label britannique Warp.

La genèse de Come To Daddy, l'un des titres les plus connus d'Aphex Twin, est entourée de rumeurs de fans : certains prétendent que James aurait reçu une lettre d'une fan qui disait : « I want your soul... » (« Je veux ton âme... »), phrase répétée en boucle dans le morceau ; d'autres pensent qu'il voulait parodier The Prodigy dont il reprend une partie du style et des codes[1],[4].

D'un point de vue musical, Come To Daddy, Pappy Mix est un titre de jungle agressif qui ne ressemble pas à ce qu'Aphex Twin a pu faire auparavant (à moins de remonter à la compilation Classics).

Clip[modifier | modifier le code]

Le clip de Chris Cunningham, tourné en 1997, met en scène des adultes déguisés en enfants difformes, arborant le sourire diabolique de James. Ils courent dans une banlieue industrielle sinistre, emportant avec eux une télévision et terrorisant des adultes. Ils sont sous le contrôle d'un démon, qui à un moment-clé du clip, sort du poste de télévision et pousse un hurlement glacial. Cette vidéo, baignée d'une atmosphère étrange et terrifiante, a été acclamée et souvent citée par les critiques et professionnels. Le clip a été sujet à de nombreuses interprétations et analyses de la part des fans car il est possible d'y voir beaucoup de métaphores à plusieurs niveaux.

Liste des morceaux[modifier | modifier le code]

Les pistes 5 à 11 sont absentes des éditions "vinyle" (hors disques promo).

Come To Daddy
No Titre Durée
1. Come To Daddy (Pappy Mix) 4:22
2. Flim 2:57
3. Come To Daddy (Little Lord Faulteroy Mix)[Notes 1] 3:50
4. Bucephalus Bouncing Ball[Notes 2] 5:44
5. To Cure A Weakling Child (Contour Regard) 5:10
6. Funny Little Man[Notes 3] 3:58
7. Come To Daddy (Mummy Mix)[Notes 4] 4:24
8. IZ-US 2:57
33:25
Pistes bonus de la réédition de 2017
No Titre Durée
9. forgotten life path 2:28
10. bank lullaby 1:49
11. 28 organ 1.1 [ru,ec,+9] 6:40
43:52

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La voix du morceau dit « Looking at the swans and hearing the birds singing; watching the water flow past in the canal. » (« Regarder les cygnes et entendre les oiseaux chanter ; observer le flot de l'eau descendre le canal. »). Ce sample est issu du film Little Lord Fauntleroy tiré du livre du même nom, et il est aussi utilisé dans le Girl/Boy (£18 Snare Rush mix) du Girl/Boy EP. Dans le Little Lord Faulteroy mix, on entend aussi un sample disant : « Oh, you dirty little boy! »
  2. Le morceau contient des sons extraits du jeu vidéo Defender.
  3. La voix trafiquée de la fin du morceau dit quelque chose comme : « I would like to fuck you up the bunghole, and then I will sneak into your room and cut your cock off and stuff it in my mouth, and chew them up with my little pearlies. » Traduction : « Je voudrais te défoncer la rondelle, puis je me glisserais furtivement dans ta chambre, te couperais la bite, la fourrerais dans ma bouche et la mâchouillerais avec mes petites quenottes. » Ce speech figure aussi à la fin de l'album Without You I'm Nothing de Placebo. Il est joué plusieurs fois à différentes vitesses à la fin du morceau bonus
  4. Au début du morceau, la personne qui dit « You've got so many machines, Richard. » n'est autre que la mère de Richard. À 1 minute 30, une petite voix très distordue dit « Aphex Twin ». Les sons de whooshing qu'on entend pendant le morceau sont tirés du jeu vidéo Robotron 2084 (cf. Humanoid Must Not Escape inclus dans Compilation).
    On peut entendre aussi un Snare Rush qui débute à 2 minutes 56 de ce morceau, où l'on entend : « Come on, give us a Snare Rush. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Stephen Thomas Erlewine, « AllMusic Review », sur allmusic.com (consulté le 9 février 2019)
  2. (en) Ryan Schreiber, « Aphex Twin Come to Daddy », sur pitchforkmedia.com (consulté le 9 février 2019)
  3. (en) Stephen Thompson, « Aphex Twin: Come To Daddy EP », sur music.avclub.com,
  4. « Come To Daddy - Les Inrocks », sur lesinrocks.com (consulté le 9 février 2019)