Cleofide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cleofide est un opéra en trois actes écrit par Johann Adolph Hasse pour Frédéric Auguste, roi de Pologne et électeur de Saxe, créé avec succès à Dresde, le .

Il est ensuite repris à Milan en 1732, puis au San Giovanni Crisostomo de Venise, en 1736, dans une nouvelle version et sous le titre d'Alessandro nell'Indie. Le livret est tiré de l'Alessandro nell'Indie de Métastase, adapté par Michelangelo Boccardi.

L'histoire se déroule en 325 av. J.-C., et met en scène les conflits qui agitent les souverains de l'Inde, conquise par Alexandre le Grand. Poros, le roi défait, soupçonne son amante Cleophis de vouloir le trahir au profit du vainqueur. Alexandre montre sa grandeur d'âme en refusant d'asservir les vaincus. Cleophis flatte les sentiments qu'éprouve Alexandre à son égard, pour tenter de sauver son royaume. Eryxène, sœur de Poros, et elle-même éprise d'Alexandre, rejette aussi bien Timagène, général macédonien, que Gandartès, général et ami de Poros. Celui-ci est jaloux, Timagène trahit, Gandartès se dévoue, la mort s'apprête à le frapper… et tout se termine bien grâce à la générosité d’Alexandre.

Cleofide est le premier opéra composé par Hasse pour la Cour de Dresde, par lequel le compositeur entend convaincre celle-ci de l'engager avec son épouse, la cantatrice italienne Faustina Bordoni. Les révisions du livret métastasien effectuées par Boccardi visent ainsi largement à accroître le poids du rôle de Cleofide, créé par Faustina, qui chante dans l'opéra six airs, un duo et un duettino. Hasse quant à lui réalise dans Cleofide une anthologie de sa production napolitaine antérieure : la musique de la moitié des airs est ainsi reprise de l'Attalo (1728), de La Sorella amante (1729) et de Tigrane (1729), moyennant parfois de légères adaptations. Dans les arias nouvelles, le compositeur s'attache à mettre en évidence sa capacité à tirer parti des ressources de l'orchestre de Dresde : ainsi l'aria d'Alessandro "Cervo al bosco" de l'acte III, écrite pour le castrat Domenico Annibali, se distingue-t-elle par son accompagnement orchestral inhabituel, avec cor et théorbe concertants. L'opéra, particulièrement spectaculaire et composé dans le nouveau style lyrique napolitain, est un succès pour Hasse, qui s'impose ainsi durablement à la Cour de Dresde[1].

La reprise vénitienne du 28 janvier 1736, sous le titre d'Alessandro nell'Indie, est un opéra nettement distinct, où Hasse revient pour l'essentiel à la version originale du livret métastasien et ne maintient identiques qu'une aria, la marche et le duettino de la version de Dresde. L'opéra est interprété notamment par le ténor Angelo Amorevoli dans le rôle d'Alessandro (chanté à Dresde par le castrat Annibali) et par la contralto Vittoria Tesi dans le rôle de Cleofide (chanté à Dresde par la soprano Faustina Bordoni). L'opéra rencontre un grand succès et est repris, toujours à Venise, dans une version révisée, le , avec le ténor Francesco Tolve dans le rôle d'Alessandro[1].


Il existe un enregistrement discographique paru chez Capriccio en 1988, avec :

Emma Kirkby : Cléofide, Derek Lee Ragin : Poro, Agnès Mellon : Erissena, Dominique Visse : Alessandro, Randall K. Wong : Gandarte, David Cordier : Timagène, orchestre de la Cappella Coloniensis sous la direction de William Christie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) Raffaele Mellace, Johann Adolf Hasse, Palerme, L'Epos, , 517 p. (ISBN 88-8302-248-3), pp. 56, 68-72 et 233-237