Administration de Saint-Malo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Claude Renoult)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'hôtel de ville de Saint-Malo situé dans le château de Saint-Malo.

L'administration municipale de Saint-Malo est dirigée depuis le par son maire, Claude Renoult.

La stagnation du nombre de ses habitants après la Seconde Guerre mondiale a amené Saint-Malo[réf. nécessaire] à fusionner en 1967 avec deux communes limitrophes, Paramé et Saint-Servan-sur-Mer, malgré la vieille rivalité entre Saint-Servan et Saint-Malo. Le nom de Saint-Malo a été appliqué à l'ensemble[1].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La ville est une sous-préfecture de l'Ille-et-Vilaine et a été le chef-lieu du canton de Saint-Malo de 1793 à 1967, année où celui-ci est scindé. La commune devient alors le chef-lieu des cantons de Saint-Malo-Nord (formé d'une partie de Saint-Malo) et de Saint-Malo-Sud (autrefois canton de Saint-Servan-sur-Mer) formé d'une partie de Saint-Malo et des communes de La Gouesnière et Saint-Jouan-des-Guérets[2].

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Saint-Malo est désormais le bureau centralisateur de deux nouveaux cantons, celui de Saint-Malo-1 et celui de Saint-Malo-2[3].

Pour l'élection des députés, Saint-Malo fait partie depuis 1988 de la septième circonscription d'Ille-et-Vilaine.

Saint-Malo est jumelée avec Port-Louis, capitale de l'Île Maurice, depuis 1999[4].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2005, les recettes de fonctionnement se montaient à 69 924 283 euros.

En 2006, les taux d'imposition locale étaient de 17,10 % pour la taxe d’habitation, 23,76 % pour le foncier bâti et 39,67 % pour le foncier non bâti[5].

Liste des maires de Saint-Malo sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

L'office de maire est créé en 1692.

Liste des maires depuis 1790[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Saint-Malo avant la fusion[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Claude Guy Louvel du Parc
(1725-1793)
  Avocat et notaire
premier « maire constitutionnel » de Saint-Malo
1791 1793 Bernard Thomas Tréhouart[7]
(1754-1804)
  Armateur
Député à la Convention nationale (1793 → 1795)
Commandant de la garde nationale de Saint-Malo
Adjoint au ministre de la Marine (1793)
1793 1793 Nicolas Perruchot de Longeville   Exécuté en 1794
1793 1794 Charles Moullin Jacobin Apothicaire à l'amirauté de Saint-Malo
Président du Comité révolutionnaire
1794 1795 Laurent Louvel   Avocat et notaire
Fils de Claude Guy Louvel du Parc
1795 1797 Nicolas de Brecey   Magistrat
1797 1799 Louis-Pierre Martin    
1799 1800 Henri-Louis Hovius (1756-1822)   Imprimeur-libraire, magistrat.
1800 1801 Charles Augustin Étienne Dolley
(1760-1803)
  Négociant-armateur
Commandant de la Garde nationale de Saint-Malo fin 1797
Démissionnaire
1801 1808 Nicolas de Brecey   Magistrat
1808 1815 Augustin Thomas
(1765-1861)
  Négociant-armateur, armateur-corsaire
Président de la chambre de commerce de Saint-Malo en 1808
Révoqué à la Restauration
1815 1815 Louis Thomazeau
(1766-1834)
  Armateur-corsaire
Beau-frère d'Augustin Thomas
Maire par interim après la chute de Napoléon 1er
1815 1829 Auguste Jean-Marie Bizien du Lézard
(1777-1852)
Légitimiste Conseiller général d'Ille-et-Vilaine[réf. nécessaire] (1829 → 1831)
1829 1830 Henri Jean Joseph
Apuril de Kerloguen
(1776-1875)
   
1830 1855 Louis-François Hovius[8]
(1788-1873)
Majorité
ministérielle
Armateur
Fils de Henri-Louis Hovius, gendre d'Augustin Thomas
Député d'Ille-et-Vilaine (1830 → 1832)
1855 1870 Charles Pierre Rouxin[9]
(1814-1891)
Bonapartiste Avocat
Député au Corps législatif (1869 → 1870)
1870 1871 Achille Jouaust
(1825-1889)
  Avocat
Maire provisoire à la chute du Second Empire
1871 1878 Armand Houitte de La Chesnais
(1801-1888)
  Magistrat
Conseiller général de Saint-Malo et Saint-Servant (1848 → 1864)
Maire de La Gouesnière (1881 → 1888)
1878 1882 Auguste Hovius[10]
(1816-1896)
Républicain Fils de Louis-François Hovius
Armateur, président du tribunal de commerce et président de la chambre de commerce de Saint-Malo en 1875
Député d'Ille-et-Vilaine (1878 → 1889)
Conseiller général de Saint-Malo (1877 → 1896)
1882 1883 Louis Félix Martin
(1843-1891)
Républicains
progressistes
Avocat
Conseiller général d'Ille-et-Vilaine[réf. nécessaire]
Démissionnaire
1884 1887 Paul Follen
(1812-1887)
  Capitaine au long cours puis négociant
Président du Tribunal de Commerce
1887 1887 Jean-Marie Hamon (1823-1903)   Maire par intérim
1887 1891 Louis Félix Martin
(1843-1891)
Républicains
progressistes
Avocat
Conseiller général d'Ille-et-Vilaine[réf. nécessaire]
Décédé en fonctions
1892 1896 Jean-Marie Hamon
(1823-1903)
  Commerçant, juge puis président du tribunal de commerce
Président de la Sté d'histoire et d'archéologie de l'arrdt de Saint-Malo (1900 → 1901)
1896 1902 Charles Jouanjan
(1852-1913)
Républicain Avocat
Conseiller général de Saint-Malo (1900 → 1913)
1902 1904 Auguste Le Ny[11] (1857-1906)   Officier d'Infanterie de Marine
1904 1912 Charles Jouanjan
(1852-1913)
Républicain Avocat
Conseiller général de Saint-Malo (1900 → 1913)
1912 1941 Alphonse Gasnier-Duparc[12] radical-socialiste Avocat
Ministre de la Marine (1936 → 1937)
Sénateur d'Ille-et-Vilaine (1932 → 1940)
Président de la délégation spéciale qui gère Saint-Malo à la Libération (1944 → 1945)
Destitué par le gouvernement de Vichy
1941 1944 Auguste Briand
(1884-1972)
  Capitaine au long cours
Nommé par le gouvernement de Vichy[13]
1945 1947 René Delannoy    
1947 1965 Guy La Chambre[14] CNIP Maire de Saint-Servan-sur-Mer (1932 → 1940)
Député d'Ille-et-Vilaine (1928 → 1940 et 1951 → 1958);
Conseiller général de Dinanrd (1930 → 1940 et 1951-1958)
Ancien ministre
1965 1967 Maurice Callame (1905-1984)    
Liste des maires successifs depuis la fusion de 1967[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1967 1977 Marcel Planchet[15],[16]   Entrepreneur du BTP,
Maire de Saint-Servan-sur-Mer (1965 → 1967)
Conseiller général de Saint-Malo-Sud (1967 → 1998)
Conseiller régional (1972 → 1976)
1977 1983 Louis Chopier[17] PS Agriculteur
Président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine[Quand ?]
Conseiller général de Saint-Malo-Nord (1982 → 1994)
Parlementaire européen (1988 → 1989)
1983 1989 Marcel Planchet[15],[16] DVD Entrepreneur du BTP,
Conseiller général de Saint-Malo-Sud (1967 → 1998)
1989 avril 2014 René Couanau UMP (2002-2011),
puis DVD
Inspecteur général de l'administration de l'éducation nationale
Député d'Ille-et-Vilaine (7e circ.) (1986 → 2012);
Conseiller régional de Bretagne (1986 → 1989)
Président de Saint-Malo Agglomération (2001 → 2007)
avril 2014[18],[19] En cours
(au 19 avril 2018)
Claude Renoult DVD Retraité Ingénieur EDF
Président de Saint-Malo Agglomération (2014 → )

Le maire actuel[modifier | modifier le code]

À la suite des élections municipales de 2014, Claude Renoult est depuis avril 2014 le maire de Saint-Malo.

Né à Macey (Manche) le [20], dans la ferme de ses grands-parents, il est l'ainé d'une fratrie de quatre garçons[20]. Ses parents étaient agriculteurs.

Diplômé de l'École nationale d'ingénieurs de Brest (ENIB)[21] puis de l'École supérieure d'ingénieurs de Toulouse (aujourd'hui l'ENSEEIHT), il entre en 1972[21] à EDF-GDF où il fera toute sa carrière[20].

Parmi ses postes occupés, celui de directeur pour la Corse dans les années 1980 lui vaudra deux séquestrations par des salariés et des nationalistes, dont l'une très médiatisée[20]. Entre 1987 et 1993[21], il est directeur d'EDF-GDF pour la région de Saint-Malo[20]. Il poursuit ensuite sa carrière en pilotant des projets internationaux et finira au siège comme directeur pour la Corse et les départements d'outre-mer[20].

Il prend sa retraite en 2008 et s'installe alors définitivement à Saint-Malo[20]. Il devient président de la Société nautique de la baie de Saint-Malo (SNBSM)[20]. Il est, la même année, élu sur la liste du maire sortant René Couanau et devient 3e adjoint, chargé des grands projets[20], du développement durable et des affaires maritimes[21]. Il affirmera que celui-ci l'avait fait venir auprès de lui avec le souhait qu'il lui succède[20]. René Couanau annonce d'ailleurs en 2012 qu'il ne se représentera pas aux municipales de 2014 avant de revenir sur sa décision un an plus tard. Claude Renoult monte alors sa propre liste et l'emporte au second tour dans une triangulaire face à la liste menée par René Couanau et celle menée par le radical de gauche Stéphane Perrin[18],[19].

Dans le cadre de la mise en œuvre des municipales de 2014, le conseil communautaire de Saint-Malo Agglomération nouvellement élu l'a également désigné président de la communauté d'agglomération le [22], où il succède au maire-adjoint de Saint-Malo Henri-Jean Lebeau.

Claude Renoult est marié et père de deux enfants[20]. Il est chevalier de l'ordre national du Mérite[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brigitte Hug, « Il y a 50 ans naissait le grand Saint-Malo : C'était il y a 50 ans. Le 26 octobre 1967, le gouvernement signait le décret de fusion de Saint-Malo, Saint-Servan et Paramé. Les trois villes n'en ont fait plus qu'une. Cette union était un mariage de raison », France Bleu Armorique,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Saint-Malo », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales
  3. La partie de la commune incluse dans le canton de Saint-Malo-2 est celle située au sud d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : plage des Bas-Sablons, rue de l'Amiral-Magon, place Bouvet, rue Ville-Pépin, place de la Roulais, rue de la Nation, rue de la Pie, rue de la Marne, boulevard des Talards, rue Pierre-de-Coubertin, rue des Antilles, rue Michel-de-la-Bardelière, avenue du Général-de-Gaulle, rue de la Guymauvière, rue du Grand-Jardin, rue du Mottais, rue des Bregeons, rue de la Ville-es-Cours, route départementale 2, ligne de chemin de fer de Rennes à Saint-Malo, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Saint-Jouan-des-Guérets. Le surplus fait partie du canton de Saint-Malo-1
  4. Jumelage avec Port-Louis
  5. Site municipal - Rapport d'orientation budgetaire 2007
  6. a et b Les maires de Saint-Malo
  7. « Bernard, Thomas Tréhouart de Beaulieu (1754 - 1804) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  8. « Louis, François Hovius (1788 - 1873) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  9. « Charles, Pierre Rouxin
    (1814 - 1891)
     »
    , sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale
    .
  10. « Auguste, Jean Hovius (1816 - 1896) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  11. « Le Ny, Auguste Louis Marie », base Léonore, ministère français de la Culture.
  12. « Gasnier-Duparc Alphonse », Anciens sénateurs IIIème République, sur https://www.senat.fr (consulté le 14 mai 2018).
  13. Jacqueline Sainclivier, L'Ille-et-Vilaine, 1918-1958 : Vie politique et sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, , 484 p. (ISBN 9782868471765, lire en ligne), paragraphe 69 sur Google books.
  14. « Gasnier-Duparc Alphonse, ancien sénateur d'Île-et-Vilaine », Anciens sénateurs IIIème République, sur http://www.senat.fr (consulté le 14 mai 2018).
  15. a et b Christian Bouzols, « L’ancien maire de Saint-Malo Marcel Planchet est décédé : C’est une grande figure de la récente histoire de Saint-Malo qui vient s’éteindre. Marcel Planchet, maire pendant 15 ans de la cité corsaire, avant d’être battu en 1989 par son premier adjoint de l’époque, René Couanau, est décédé à l’âge de 95 ans. Marcel Planchet a été le premier maire, en 1967, à présider au destin des trois villes réunies – Saint-Malo, Paramé et Saint-Servan, cette dernière commune étant restée chère à son cœur », Le Pays Malouin,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018).
  16. a et b « Nécrologie : Marcel Planchet, ancien maire de St-Malo », Ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018).
  17. « Louis Chopier. L'ancien maire PS a sa rue », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018).
  18. a et b Benjamin Fontaine, « Municipales 2014 : zoom sur Saint-Malo : La cité corsaire est dirigée depuis 1989 par René Couanau, homme de droite. A 77 ans, le maire repart pour un cinquième mandat. Face à lui, le maire sortant affronte quatre candidats dont l'un de ses anciens adjoints et un ex-directeur des services techniques de l'agglomération », France Bleu Armorique,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018).
  19. a et b Krystell Veillard, « Municipales à Saint-Malo : Claude Renoult élu, une veste pour René Couanau : Alors qu'il postulait à un 5e mandat, le maire sortant René Couanau, divers droite est battu par son ancien adjoint, Claude Renoult qui se présentait en face. Dépassé par son rival, et talonné par la liste de gauche à l'issue du premier tour, il avait décidé de se maintenir malgré tout », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018).
  20. a b c d e f g h i j k et l Samuel Sauneuf, « Mais qui est Claude Renoult », Le Pays Malouin,‎ , p. 15.
  21. a b c et d Claude Renoult, « Portrait de Claude Renoult », sur http://www.clauderenoult.fr, (consulté le 5 avril 2014).
  22. « Claude Renoult, président de Saint-Malo agglomération », Ouest-France, 28 avril 2014.