Citadelle de Gozo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citadelle de Gozo
Image illustrative de l'article Citadelle de Gozo
Citadelle de Gozo à Rabat
Type Citadelle
Début construction Moyen Âge
Protection Réseau Natura 2000
Coordonnées 36° 02′ 47″ nord, 14° 14′ 22″ est
Pays Drapeau de Malte Malte
Localité Rabat

Géolocalisation sur la carte : Malte

(Voir situation sur carte : Malte)
Citadelle de Gozo

La Citadelle de Gozo, aussi connue sous le nom de Castello est un ensemble de fortifications dominant la ville de Rabat, capitale de l'île de Gozo appartenant à l'archipel maltais. Jusqu'au début du XVIIe siècle, c'est le seul refuge fortifié pour les habitants de l'île contre les attaques barbaresques et ottomanes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La Citadelle est bâtie sur une colline naturellement fortifiée qui domine la campagne environnante et permet un contrôle visuel des zones côtières[1]. Les premières traces d'occupation de la colline datent de l'âge du bronze, vers 1500 av. J.-C.. Le site est ensuite utilisé par les Phéniciens.

Un centre urbain s'y développe sous l'Antiquité romaine. Lors de la reconstruction de la cathédrale, des fondations d'une ou plusieurs églises ou chapelles ont été mises au jour, ainsi que celles d'un ancien temple romain (peut-être celui de Junon mentionné par Cicéron) ainsi qu'un temple phénicien dédié à Astarté[2],[3]. Un document du Moyen Âge nomme le site Gaulcouis Civitas qui est peut-être son nom dans l'Antiquité romaine.

Au Moyen Âge, la fortification prend le nom de Gran Castello. La ville de Rabat se développe en deux foyers : une ville basse et la citadelle qui la domine. Le côté nord de la Citadelle remonte à la période de la Couronne d'Aragon.

Sous les Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem[modifier | modifier le code]

Murs d'enceinte de la Citadelle

En raison de la menace ottomane, toutes les nuits, l'ensemble de la population de Gozo vient dormir à l'intérieur de remparts médiévaux devenus vétustes. Malgré ces risques, le grand maître de l'Ordre, Juan de Homedes refusera obstinément de renforcer les fortifications[4]. La protection de la forteresse sera insuffisante à contrer l'invasion de Gozo en juillet 1551. La faible résistance de la place forte ne peut empêcher la déportation et la mise en esclavage de la quasi-totalité des 6000 Gozitains. Seuls 300 parviendront à échapper à la razzia en escaladant les murs de la Citadelle.

De grandes parties du château sont détruites lors de l'attaque. Les murs sud sont reconstruits entre 1599 et 1603 par l'Ordre sous la direction des architectes Giovanni Rinaldini et Vittorio Cassar.

Progressivement et avec la sécurisation de la mer Méditerranée, la forteresse perd sa fonction urbaine pour devenir quasi exclusivement un centre militaire.

Domination française et britannique[modifier | modifier le code]

En juin 1798 une garnison française investit la forteresse après de la prise de l'archipel par les troupes de Bonaparte. Quand la population de Gozo et de Malte se soulève contre l'occupant français le , les 127 soldats se retranchent dans la citadelle. La garnison française capitule le après l'intervention des Britanniques. Le jour suivant, le capitaine anglais John Cresswell prend possession de la citadelle (et de ses 40 canons) puis en remet les clefs au gouvernement provisoire de Saverio Cassar, inaugurant la brève période de l'indépendance gozitaine.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La partie nord de la Citadelle est aujourd'hui en ruines, tandis que la partie sud, où se trouve la cathédrale est intacte. Les murs ont été récemment restaurés.

Édifices appartenant à l'enceinte[modifier | modifier le code]

Plan de la citadelle

À l'intérieur de l'enceinte se trouve la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption, rebâtie au XVIIe siècle par Lorenzo Gafà, l'architecte maltais. Une autre église est dédiée à saint Joseph, ainsi qu'une chapelle dédiée à sainte Barbara.

Les anciennes prisons, le palais de justice (Palais des Gouverneurs) et l'ancien Palais des Évêques sont des exemples typiques d'architecture baroque maltaise.

L'ensemble de la forteresse a été proposé en 1998 par l'État maltais pour intégrer la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO[1]. L'environnement naturel est intégré au Réseau Natura 2000[5]

Plusieurs musées se visitent à l'intérieur de l'enceinte :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Cittadella (Victoria - Gozo) », sur Proposition d'inscription à la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO, (consulté le 23 janvier 2015).
  2. Geoffrey Aquilina Ross (dir.), 1994, p. 290
  3. Simon Gaul, 1993, p. 296
  4. Claire Éliane Engel, Les Chevaliers de Malte, Les presses contemporaines, (lire en ligne), p. 30.
  5. (en) « Ic-Cittadella », sur Natura 2000 (consulté le 10 juin 2015)
  6. (en) « Gozo Museum of Archaeology », sur Heritage Malta (consulté le 23 janvier 2015)
  7. (en) « Gozo Nature Museum », sur Heritage Malta (consulté le 23 janvier 2015)
  8. (en) « Old Prison », sur Heritage Malta (consulté le 23 janvier 2015)
  9. (en) « Folklore Museum », sur Heritage Malta (consulté le 23 janvier 2015)