Chiot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (octobre 2015).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

chiot

Un chiot est un jeune chien (mâle) ou une jeune chienne (femelle) de moins de 18 mois. Passé ce délai, il n'est plus considéré comme chiot. L'appellation chiot est issue du latin catellus (« petit chien »). Ce canidé (Canidae) de genre canis est le petit de Canis lupus familiaris ou chien domestique. Son ancêtre est Canis lupus lupus, le loup.

Comme pour les louveteaux, en quelques mois le chiot doit obéir aux codes de comportements de son espèce, trouver sa place dans la hiérarchie canine environnante, et s'adapter au groupe familial humain qui lui donne le gite et le couvert. Mais le chien a une importante capacité d'adaptation. Et comme le loup, il est un animal social. Son adaptation sociale est si grande que le chien est la première et seule espèce que l'homme ait recueilli, élevée et domestiquée; et ceci bien avant qu'il se sédentarise pour cultiver les sols.

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des races de chiens.

Datant de plus de 35 000 ans, les plus fortes apparentées découvertes de nos chiens modernes (races Husky de Sibérie, Chien du Groenland, Shar Pei et Spitz Finlandais) sont avec le sibérien chien-loup de Taïmyr.

Apparition du chiot sauvage[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Canidés, Canis lupus et Canis lupus lupus.

L'ancestral loup commun gris et blanc (Canis lupus issu de Canis mosbachensis, il y a 2 million d'années) s'est peu à peu différencié en diverses sous-espèces de loups. Il a notamment donné naissance au loup gris eurasien (Canis lupus lupus), au loup beige de Sibérie (Canis lupus albus) et au loup blanc arctique (Canis lupus arctos).

C'est à cette époque que des hommes préhistoriques du paléolithique recueillent des louveteaux, des loupiots et des loupiotes (loups adolescents) pour effrayer d'éventuels prédateurs attaquant leurs aires de séjour (campements nomades). En échange de nourriture, le social et obéissant loup fera en plus un auxiliaire de chasse apprécié pour effrayer et rabattre les animaux chassés. Mais il restera toujours un animal timide et farouche. Selon les codes comportementaux de sa race, le câlin peut vite conduire au coup de dent. Sa domestication complète n'est donc pas intégrable et généralisable dans un groupe humain abritant de fragiles enfants[1].

Il y a environ 35 000 ans, quelques milliers d’années avant la disparition des Neandertaliens, certaines sous-espèces de loup se différencient à leur tour :

  • le loup gris eurasien aurait eu certaines portées de louveteaux à caractéristiques génétiques particulières (celles d'un chiot) qui ont donné naissance aux premiers chiens sauvages. Des restes préhistoriques de chiens sauvages ont été ainsi découverts en Belgique, Ukraine et Russie et remonteraient à 35 000 ans[2].
  • le loup beige sibérien aurait eu aussi certaines portées de louveteaux avec des caractéristiques génétiques particulières et qui ont donné naissance à la lignée du chien de l'Altaï. Des restes découverts du chien de l'Altaï sont scientifiquement datés de 33 000 ans[réf. nécessaire].

C'est le début de la lignée différenciée des chiens (Canis lupus familiaris) qui peu à peu colonisent les continents européen et asiatique[3].

Sur les autres projets Wikimedia :

Apparition de la crocote (chiot-louveteau)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chien-loup.

Pouvant parcourir 50 à 100 km par jour (comme le loup), certains chiens de l'Altaï (sud-est sibérien et Mongolie) ont remonté jusqu'à la péninsule de Taïmyr (nord sibérien) où ils se sont unis avec des loups blancs arctiques. Ils ont donné naissance à des chiots qui ont formé la lignée du nordique chien-loup de Taïmyr (lignée aujourd'hui éteinte)[4].

L'hybridation entre le loup et le chien donne un chiot dénommé crocotte ou chien-loup. Elle se fait facilement :

  • soit de l'accouplement entre un chien et une louve (Canis lupus familiaris x Canis lupus lupus)
  • soit de l'accouplement entre un loup et une chienne (Canis lupus lupus x Canis lupus familiaris)

Mais les races créées de chiens-loups ont du mal à se stabiliser dans leurs caractères propres. De nos jours seules deux races de chiens-loups sont reconnues comme stables : le chien-loup tchécoslovaque et le chien-loup de Saarloos. Sans peur et facilement domesticable, les chiens-loups sont de nos jours très prisés dans la fonction de chien de garde.

Apparition du chiot domestique[modifier | modifier le code]

Un Husky sibérien en Norvège

Débutant il y a 27 000 ans environ, la domestication du chien sauvage accompagne de profondes mutations socio-économiques chez Homo sapiens (homme moderne). Ces mutations sont liées au radoucissement climatique post-glaciaire (dans la dernière période glaciaire). En Europe, la glaciation de Würm s'est achevée très lentement entre 21 000 et 15 000 ans av. J.-C. Sur le continent eurasiatique, des chiens sauvages ont été recueillis et élevés pour la défense du groupe humain (notamment contre Canis lupus lupus, le loup gris eurasien).

Vers 12 000 ans av. J.-C., les chiens sauvages auraient été domestiqués au Moyen-Orient pour la chasse et comme vivier de viande fraîche (en cas de disette); et ceci peu avant que les peuples y résidant ne deviennent agriculteurs. En 1977, en Israël, dans une tombe humaine les archéologues ont découvert des restes d'un chiot datés de 12 000 ans BP ("avant le présent").

Entre 10 000 et 5 000 av. J.-C., en Europe, la domestication du chien pour le gardiennage des troupeaux et des cultures est une innovation marquante du Mésolithique (entre Paléolithique et Néolithique). Au moment de l'apparition de l’agriculture, le chien s'est irrémédiablement séparé de son cousin loup en s'adaptant à une alimentation humaine riche. Contrairement au loup, il acquiert la capacité de digérer l'amidon [3].

Parmi les races anciennes de chien, outre des races nordiques, le Tesem est une race égyptienne reconnue pour être l'ancêtre du lévrier (chien courant).


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Chiots commensaux[modifier | modifier le code]

Famille de Dingos d'Australie, des chiens sauvages qui vivent en pleine nature, mais se rapprochent de l'homme si besoin
Articles détaillés : Dingo (chien sauvage), Chien paria et Chien chanteur.

Dès les débuts de la domestcation canine, certains chiens domestiques sont retournés à l'état sauvage (phénomène de marronnage) et ont formé de nouvelles races qui vivent en meute et peuvent être commensaux (se rapprochent si besoin de l'homme) :

Les chiens sauvages présentent des caractères communs au chien domestique et au loup. C'est pourquoi certains de nos chiens domestiques modernes retournent aussi à l'état sauvage.

Descriptions[modifier | modifier le code]

Planche anatomique :
1) Œil - 2) Gueule et museau
3) Cou - 4) Epaule
5) Coude - 6) Paturon
7) Colonne vertébrale - 8) Cuisse
9) Cheville - 10) Jarret
11) Bosse dorsale - 12) Genou
13) Pattes avec ergot - 14) Queue

Dans le monde, il existe plus de 400 races de chiens, avec des variations de tailles, formes, couleurs (robes) qui vont du minuscule Chihuahua (800 gr à 2 kg) au gigantesque Danois (jusqu'à 90 kg).

Article détaillé : Comportement du chien.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

À l'image de ses lointains ancêtres louveteaux (Canis lupus lupus), le chiot nouveau-né (Canis lupus familiaris) porte déjà une robe de poils (mais plus fine). Il faut signaler que des chiots de certaines races canines naissent nus. a leur naissance, ils possèdent seulement des poils sur leurs babines.

Entre le 10e et le 14e jour, le chiot ouvre les yeux. Selon la race, les yeux seront variés en forme, position et couleur. Selon les caractères propres donnés par le père et la mère, les yeux du chiot pourront être brun, bleu, jaune, noisette, ou même noir. Certaines formes ou de couleurs d'œil donnent un air farouche à un chien. Mais cet aspect n'influe pas du tout sur l'agressivité présente et future du canin.





Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Conception du chiot[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Reproduction sexuée et Élevage canin.

Génétique[modifier | modifier le code]

La responsabilité de la génétique sur la descendance est identique chez le mâle et chez la femelle. Quelle que soit sa partenaire, le reproducteur ne peut transmettre que ses caractères les plus dominants.

Dans le cas où des chiots naitraient différents du père, c’est qu’il s’agirait :

  • soit d’une manifestation d’atavisme : apparition de caractères non visibles qui pourtant existent dans le potentiel héréditaire du mâle ou de la femelle,
  • soit d’une superfécondation : au cours des mêmes chaleurs, si la mère a été saillie et fécondée par des mâles différents (fécondation de plusieurs ovules).

En résumé, si l'on désire mieux sélectionner les futurs chiots, il est recommandé :

  1. avant saillie, de connaitre les caractéristiques des anciens ascendants de la femelle, ainsi que ceux du mâle fécondateur.
  2. de choisir hors de la famille de la mère, le mâle fécondateur. Les frères, père, cousins de la mère risquent de poser des problèmes de consanguinité et donc de risques de tares génétiques chez les futurs chiots.
  3. Enfin, pour éviter la superfécondation, il est préférable d'isoler la femelle saillie et encore en chaleurs de possibles autres mâles indésirables[5].
Catahoula-Bulldog-Kreuzung.JPG

Deux chiens de races différentes pourront être unis avec bonheur s'ils sont bien choisis, comme dans les exemples suivants :

  • Anciennement en France, des Bouledogues français (une des races de Molosses) et certains Terriers français (chiens de terrier) ont été longtemps croisés pour donner naissance à de tenaces et terribles chasseurs de gros rongeurs (rats des villes ou des champs, rats musqués, ragondins, castors, etc). Mais devenue moins utile, ces races se sont éteintes et leurs noms se sont perdus.
  • Au XXe siècle en Angleterre, un père White english terrier (type lévrier) et une mère Bulldog anglais (race molosse) a donné naissance à un chiot Bull Terrier qui est la seule race officielle de chien à tête ovoïde.
  • Il y a quelques années, une nouvelle race a été créée : le Maltzu. Mais elle n'est pas encore reconnue officiellement par les associations et clubs canins comme la Société Centrale Canine. Les chiots Maltzu sont obtenus du croisement entre ces deux races officielles : le Bichon maltais et le shih tzu.
Chien Bâtard né de parents inconnus (et donc non-racé)

Quand les humains sélectionnent par élevage certains chiens pour de former de nouvelles races, portée après portée, ils isolent artificiellement un groupe de gènes recherché (développant une forme de squelette particulier, par exemple). Et de ce fait, dans un laps de temps déterminé, les éleveurs font plus de copies de certains gènes que celles qui auraient eu lieu naturellement. La population de cette nouvelle race devient plus fragile en raison de l'absence de diversité génétique.

À l'opposé, un chien bâtard est un chien domestique qui n'appartient à aucune race. Il n'est pas le résultat d'une sélection génétique par élevage. Il n'a pas de pedigree (liste d'ancêtres de la même espèce garantissant la pureté de la race). Mais il faut savoir que la théorie de la vigueur hybride suggère qu'en tant que groupe, les chiens d'ascendances variées seront en meilleure santé que leurs homologues de race pure. Le chien bâtard sera donc plus résistant et vivra plus vieux qu'un chien de race de taille approchante[6].

Radiographie de gestation de l'arrière-train d'une chienne gravide

Copulation et gestation[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Rut, Copulation, Fécondation et Gestation.
Dessin d'un fœtus de chien (Canis familiaris) et ses enveloppes placentaires :
A et B : Placenta zonaire
C : Chorion
D : Amnios vu par transparence
E : Fœtus vu à travers les enveloppes.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Chez la chienne, l'œstrus ou chaleurs ont généralement lieu deux fois par an, au printemps et à l'automne. L'œstrus est en deux phases[7] :

  • Le pro-œstrus (d'une durée moyenne de 9 jours) : la vulve est enflée et les pertes sanguinolentes. Les mâles sont attirés mais généralement refusés par la femelle.
  • L'œstrus ('une durée moyenne de 9 jours) : il correspond au pic de la fertilité, l'ovulation arrive au bout de 2 jours. Parfois les saignements persistent mais sont plus clairs. Le mâle est accepté pour la saillie.

Pour les femelles chiots, les premières chaleurs marquent le passage à l'adolescence. Elles débutent avec la puberté soit :

  • au 6/7 mois chez les petites races
  • au 15/18 mois chez les grandes races.

La chienne porte son ou ses petits dans son utérus, entre la nidation de l'œuf (ovule fécondée) et la parturition (mise-bas ou accouchement). Elle est gravide pendant 59 à 63 jours. Comme celle des Louves (61 à 63 jours), la durée de gestation des chiennes est donc d'environ 9 semaines (2 mois).

Naissance et allaitement du chiot[modifier | modifier le code]

Chienne qui a été gravide pendant 62 jours jusqu'à sa parturition (mise-bas) présente sa portée de 6 chiots de race Golden Retriever.
Articles détaillés : Développement prénatal, Mise-bas et Allaitement.

Lors de la mise bas, la chienne s'occupe des chiots au fur et à mesure de leur arrivée. Elle aura de 2 à 12 chiots suivant sa race (alors qu'une louve aura de un à sept louveteaux).

La chienne coupe le cordon ombilical dès la naissance de chaque chiot. À la naissance, elle mange le placenta (riche en éléments nutritifs). Cette ingestion est aussi nécessaire au lancement de sa lactation.

Comme chez les autres mammifères, et dès la première heure de sa vie, le chiot tète le lait de sa mère. Chaque chiot se dirigera toujours vers sa première tétine de naissance. Ce qui provoque parfois de grande bagarre et un gros méli-mélo dans la portée allaitante.

Acquisition des comportements[modifier | modifier le code]

L'enfance du chiot est courte, l'âge adulte arrivant entre 12 et 18 mois chez le chien. Il a peu de temps pour acquérir les principes et modèles éducatifs qui lui permettront d'évoluer sereinement parmi les siens, dans sa famille humaine; et aussi plus tard d'éduquer ses propres chiots.

Comme les chiens adultes, le chiot domestique vit généralement dans le clan familial organisé autour de la mère qui est l'alpha du groupe. En meute, le chiot sauvage ou paria, animal social, doit vite connaitre à identifier le mâle et la femelle alpha qui dirigent le groupe (comme le font les louveteaux).

Rapidement s'établira un contact physique du museau du chiot avec les lèvres d'un aîné. C'est une forme de communication entre les deux canidés. Chez le loup, ce contact permet aussi la régurgitation de nourriture par l'adulte ou le dominant (alpha). Lorsqu'ils sont adultes, certains jeunes chiens ont gardé le réflexe de couiner et de lécher la bouche et le nez de leur nourricier de maitre qu'il considère comme "l'alpha du groupe familial". Et s'il est repoussé, il va se coucher en rond, tel le louveteau devant sa tanière.

Le chiot et le chien adulte conservent toujours dans leur mémoire génétique les postures de soumission qui désamorcent les situations d'agressivité dans le groupe : queue entre les jambes, arrière-train abaissé et regard bas ou fuyant permettent d'éviter une bagarre avec les congénères ou le maitre.

En se domestiquant, les chiens ont appris à apprendre par déduction (déduire quelque chose d'autre chose). Une étude sur un Border collie a montré qu'il connaissait les noms d'environ 200 objets. En vivant avec les humains, les chiens se sont rendus capables de lire des signaux manuels (gestes), des postures du corps (langage du corps), des vocalisations et commandes vocales. Ils les comprennent et y réagissent de manière appropriée.

Galerie de chiots classés par age
(avec indications des races et des acquisitions de comportements)







Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Soins[modifier | modifier le code]

En France, la loi organise et réglemente le confort minimal pour un chiot qu'il soit d'élevage ou élévé chez son maitre (arrêté du 25 octobre 1982). Bien sûr, elle donne toute liberté pour offrir au chiot un confort plus douillet et agréable.

Alimentation solide[modifier | modifier le code]

Comme tous les canidés, le chien est d'essence un carnivore. Mais il peut s'adapter et vivre en bonne santé avec un régime omnivore (viande, œufs et produits laitiers et végétaux), voir un régime végétarien (végétaux, œufs et produits laitiers). Un régime strictement carné (viande seulement) est néfaste au chiot car la viande ne donne pas les apports suffisants en Manganèse, un élément qui permet une solide croissance du squelette.

En cas de régime omnivore, il est préférable de donner au chiot et au chien adulte du son de céréales (enveloppe du caryopse) qui est à haute teneur en fibres alimentaires) plutôt que de l’amande de céréales. En effet, le son ne contient pas d’amidon et est donc très digeste. De plus, il est riche en minéraux, vitamines et protéines. Le son a une teneur en fibres et vitamines plus haute que les légumes : pour exemple, pour 100 g de carottes, il y a 4 g de fibres, alors que pour 100g de son, il y en a 20g.

Pour développer harmonieusement sa masse corporelle (construction des tissus musculaires), le chiot a besoin de protéines. Il faut distinguer entre protéines animales et protéines végétales : contrairement à la viande (composée de protéines animales), les acides aminés d’origines végétales ne sont pas en parfaite adéquation avec les besoins d’un animal.

Les croquettes pour chiot et chien contiennent autour de 25% de protéines végétales : elles sont donc difficiles à digérer et peuvent engendrer des problèmes rénaux si le chien ne consomme pas assez d’eau. De plus, elles contiennent souvent une quantité trop importante de protéines, ce qui provoque des croissance osseuse trop rapide et plus tard des problèmes ostéo-articulaire. De plus, elles contiennent un nombre impressionnants d’additifs qui sont allergènes et provoquent des allergies[8].

La ration alimentaire totale et quotidienne d’un chien sera de l’ordre de 2% de son poids corporel. Un chien ayant une activité physique soutenue ou bien une femelle gestante (en gestation), mangeront jusqu’à 2,5% de leurs poids. Bien avant que le chiot soit sévré, il commence à absorber de la nourriture solide.

Lorsque le chiot est sevré ou ne dépend plus beaucoup du lait de sa mère, son maitre peut s'organiser de cette manière :

  • Àu début, ses repas devront être donnés en très petites quantités, quatre fois par jour. Comme pour un bébé d'homme, l'estomac du chiot est petit et la digestion se fait rapidement;
  • De 2 à 6 mois, la ration alimentaire journalière peut aller jusqu’à 5% de son poids corporel. Un chiot de 2 à 4 mois mange 3 fois par jour, matin midi et soir.
  • à quatre mois, on pourra descendre les repas au nombre de trois;
  • dès six mois, deux bons repas seront suffisants; de 6 mois à la fin de la croissance, la ration sera dégressive jusqu’à atteindre 2% de son poids;
  • et lorsqu'il sera adulte mature, un gros repas quotidien comblera à merveille son système digestif qui comme chez les loups est lent.

Comme chez le chien adulte, il est préférable de ne pas donner du chocolat au chiot, car il contient une substance nocive pour les canidés : la théobromine. Le chocolat est dangereux, voir mortel pour les animaux de compagnie (chiens, chats, rats, perroquets ou chevaux). La théobromine est un produit chimique semblable à la caféine, qui stimule le système nerveux et que leur métabolisme ne permet pas d'éliminer : 150 g est une dose létale pour un chien, et parfois seulement deux grammes de chocolat peuvent être mortel pour les plus petits chiots[9].

Par contre, le fromage donné en petite quantité au chiot adolescent et à l'adulte peut être bénéfique pour sa santé. Il est un régulateur de la flore intestinale. Et contrairement à des idées reçues, il n'a aucune influence sur l’olfaction canine. Il ne coupe donc pas du tout le flair du chiot et de sa mère, ou même ses capacités gustatives.

Le sens du goût s'acquiert peu à peu car il est lié directement à l’olfaction (odorat) et à l'activité des papilles gustatives qui sont dans la langue, le palais et le larynx. Si le chiot ou l'adulte présente de l'anosmie (perte de l’odorat) il hésitera à manger (par exemples dans les ces de chiot enrhumé ou de chien senior sénile). Il conviendra alors de lui placer les aliments dans la bouche pour le rassurer.

Propreté[modifier | modifier le code]

Concernant la propreté et le toilettage du chiot ou du chien, son maitre en fait souvent trop. Un shampoignage ou une désinfection risque de perturber l’équilibre de la microflore cutanée. Des bactéries peuvent alors réagir en proliférant fortement. Et elles provoquent des infections par des micro-organismes pathogènes.

Comme chez un humain sain, un chien sain porte naturellement et en permanence un très grand nombre de bactéries et champignons microscopiques sur la peau et les follicules pileux. La flore cutanée (Streptocoques, Staphylocoques intermedius, et autres) est d'ailleurs là pour équilibrer et protéger contre certaines bactéries dangereuses. À chaque fois que l'on lave ou désinfecte le chiot, il risque d'être afaibli et de tomber malade, à la suite du déséquilibre soudain de sa flore cutanée.

Maladies et Santé[modifier | modifier le code]

Tel des bébés et des jeunes enfants, on le devine, le chiot est relativement fragile. Il est sujet à certaines maladies de jeunesse. Un suivi vétérinaire régulier (avec carnet de santé) est préférable pour qu'il grandisse dans l'harmonie et le bien-être.

Parasitoses[modifier | modifier le code]

Le chiot est sujet aux parasites intestinaux (les vers ronds ou nématodes, les vers plats ou plathelminthes et les protozoaires), tous le plus souvent apportés par la mère. Les symptômes provoqués par ces parasites sont :

  • Perte de poils
  • Pelage terne et piqué
  • Diarrhée, ballonnements
  • Croissance des chiots ralentie
  • Maigreur, appétit irrégulier ou manque d'appétit
  • Élimination des vers par les selles ou par vomissements
  • Prurit anal, signe du traineau (le chien se frotte l'anus par terre en continuant d'avancer avec les antérieurs)

Comme chez les chatons, les chiots doivent donc faire examiner leurs selles par un laboratoire. C'est souvent la meilleure façon de repérer les parasites. En cas le découverte, la vermifugation du chiot durera pendant 2 mois (une prise tous les 15 jours)[10].

Les vétérinaires conseillent par la suite de faire vermifuger son animal tous les six mois ou lors des situations qui le nécessitent[11].

Socialisation du chiot[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Comportementaliste.

Les canidés (comme la plupart des mammifères) sont qualifiés d'espèces sociales. La sociabilité est la capacité d'un individu ou d'un groupe d'individus à évoluer en société, à être sociable. Le chiot se met donc rapidement en phase d'apprentissage pour préparer sa future vie d'adulte socialisé. À cette fin, il apprendre en jouant avec ses frères et sœurs et sa mère. Cette dernière est un modèle à imiter pour le chiot qu’elle élève. Ainsi une mère équilibrée est gage de chiots équilibrés.

Pendant le jeu, les chiots s'échangent un large éventail de signes : bâiller, cambrer le corps, mettre les pattes sur le visage, ouvrir la gueule avec l'expression détendue, se positionner pour chasser l'adversaire, courir, fuir, gémir, grogner, aboyer, pincer, mordiller, et autres. Le jeu entre les chiots ne doit pas nécessairement être symétrique en termes 50/50. Car les rôles dominants et passifs déterminent la future place du chiot dans la hierarchie du groupe.

De la même manière, le chiot aime jouer avec son propriétaire. Il y prend du plaisir et indique son tempérament et son type de relation avec l'humain : plusieurs types de personnalités canines sont reconnues et admises : « curieux-sans crainte » ou « ludique » ou « tempérament de chasseur » ou « sociable » ou « agressif » ou « timide » ou aussi « audacieux ». En jouant avec ses maitres, le chiot apprend et comprend que dans la famille humaine qui l'accueille, son maitre, sa maitresse et les enfants sont les Alpha du groupe.

Le chien a la capacité d'empathie : si une personne pleure, le chien viendra la flairer, la caresser du museau et la lécher. Une étude a aussi qu'un tiers des chiens souffrent d'anxiété lorsqu'ils sont séparés des autres.

La socialisation du chiot puis du jeune chien domestique comprend aussi une vie bien menée dans la société humaine. Quelle que soit sa race, il a besoin d'être bien éduqué. Il est indispensable de lui apprendre à avoir un comportement équilibré avec ses congénères, à obéir aux ordres, et à revenir dès qu'on l'appelle et aussi de savoir jouer avec un être humain.

Vers un mois, au cours des premiers petits jeux avec ses maitres, les premiers mots à lui apprendre rapidement sont les mots << non >> et << jamais >> (s'il mordille trop fort la main de son éducateur par exemple); ceci afin de lui poser des premières limites. S'il obéit, une douce caresse et le message << c'est bien >> seront ses récompenses.

Vers deux mois, le chiot est plus autonome et peut changer de maison, si nécessaire. Le temps de l'éducation, qui n'est pas à confondre avec le dressage, commence pour chiot. C'est en effet dans ses premiers mois qu'un chien est le plus réceptif.

L'école du chiot[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducateur canin.

À l'âge de deux mois, si le maitre est inexpérimenté ou en recherche de connaissances, il peut emmener son chiot dans une des 1200 écoles des clubs canins français.

L'école du chiot a pour but de renforcer la complicité et la connivence entre le chiot et son maître, de garantir une vie en toute harmonie avec le futur fidèle compagnon. Dès son plus jeune âge, le chiot y apprendra les bons réflexes grâce à une méthode douce et ludique[12].

L'école spécialisée[modifier | modifier le code]

Agé de quelques mois, et suivant sa race, un chiot pourra commencer à être préformé en vue de devenir

Le chien de berger, utilisé pour la garde et la défense des moutons (contre le loup et l'ours par exemple) comporte peu de socialisation humaine, mais un grand degré d'imprégnation avec une autre race animale : il nait et vit continuellement avec les moutons. Les interractions avec les humains autres que le berger sont réduites au minimum.

Tel maitre, tel chiot ?[modifier | modifier le code]

Canis lupus albus - Musée zoologique de Saint-Pétersbourg

Certaines races de chiens sont plus douces et moins agitées que d'autres. Mais il faut toujours garder à l'esprit :

  • que le chien gardera sa part d'instinct et de prédateur. Un jeune chien issu des races molossoïdes est déjà si lourd et puissant qu'il peut blesser un enfant simplement en jouant ou en courant sur son passage
  • que le comportement d'un chien dépend toujours de l'attention, de l'éducation et des références pulsionnelles qu'il aura reçues en tant que chiot et jeune chien. Si son maitre est agressif en famille ou en société, le chien le sera lui aussi.

Des comportements de copie de réactions émotionnelles entre le maitre et son chien ont été observés par les comportementalistes, sociologues et psychologues. Jouer avec l'homme affecte chez le chien les niveaux de cortisol (hormone stéroïde qui augmente le stress et l'agressivité). Plusieurs études montrent que les comportements de jeux associés au contrôle, l'autorité et l'agression (donnant du stress) augmentent le niveau de cortisol du chien. Alors que les comportements de jeux associés à des compliments, caresses et autres récompenses (donnant du plaisir) le diminue[13].

En dehors de causes médicales particulières, la dangerosité du chien montre l'échec de sa socialisation. Et une thérapie comportementale double sera souvent nécessaire : pour le chien et pour ses maitres[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://books.google.fr/books?id=YAaHBAAAQBAJ&lpg=PP1&hl=fr&pg=PT12#v=onepage&q&f=false Éloge des mangeurs d'hommes: Loups, ours, requins... sauvons-les ! par Yves Paccalet, Éditeur Flammarion, 2014
  2. (en) Gemonpré M., « Fossil dogs and wolves from Palaeolithic sites in Belgium, the Ukraine and Russia: osteometry, ancient DNA and stable isotopes. », Journal of Archaeological Science, no 36,‎ , p. 473-490 (lire en ligne)
  3. a et b David Grimm, "Dawn of the dog", Science, 17 avril 2015, Vol. 348 no. 6232 p. 274-279
  4. http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/05/22/le-chien-meilleur-ami-de-l-homme-depuis-plus-de-27-000-ans_4638417_1650684.html Le chien, meilleur ami de l’homme, depuis plus de 27 000 ans, site Le Monde, 22 mai 2015
  5. http://ecole-de-chiot.fr/article-detail.php?art=2355 Quelques idées reçues sur le chien reproducteur, site ecole-de-chiot.fr
  6. Morris, Desmond (2008), "chiens errants", Chiens. Le Dictionnaire ultime de plus de 1 000 races de chien (première Paperback ed.). Vermont : Trafalgar Square, p. 696-697, (ISBN 978-1-57076-410-3), « Le bâtard n'est pas une vraie race, mais une catégorie commune de chien domestique. Dans le monde, leur nombre est estimé à 150 millions. ».
  7. Chaleurs, Saillie et Gestation
  8. http://www.lamaisondubarf.fr/content/13-faq-barf Barf, aliment naturel pour chiots et chiens
  9. Alison Snyder, « Le chocolat est-il toxique pour les chiens ? », Pour La Science, no 372,‎ , p. 26 (lire en ligne)
  10. http://www.cliniqueveterinairecalvisson.com/article-veterinaire-22-3-les-parasites-internes-du-chien-vers-et-protozoaires
  11. http://www.veterinairedunord.com/definitions.aspx?itemid=105&detailview=true
  12. http://www.chien.com/general/videos/education/ecole-chiot.html Apprentissage à l'école du chiot, site chien.com
  13. http://www.vox-animae.com/en-quoi-peut-on-dire-tel-maitre-tel-chien En quoi peut-on dire tel maitre, tel chien ? Sur le site vox-animae.com
  14. Christophe Blanchard, Les maîtres expliqués à leurs chiens. Essai de sociologie canine, La Découverte, , 158 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Ortega, Élevage et comportement du chien (Préface du Prof. Denis), Joseph Ortega : L'élevage ne consiste pas seulement à produire des chiots. Il faut veiller à leur bien-être et surtout à leur équilibre comportemental (sur site ecole-de-chiot.fr)
  • Jean-Luc Vadakarn, Parle à mon chien, ma tête est malade, Albin Michel,
  • Christophe Blanchard, Les maîtres expliqués à leurs chiens. Essai de sociologie canine, La Découverte, , 158 p.
  • Joseph Ortega, L'école du chiot et la méthode naturelle, Joseph Ortega L'auteur est inventeur de l'école du chiot où l'apprentissage se fait par la méthode naturelle dès l’âge de 2 mois (à consulter les principes et méthodes de l'école du chiot

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]