Chaland (bateau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir chaland.
Le LCU est un chaland de débarquement militaire, héritier du Donald Duck[réf. nécessaire] employé lors du Jour J. Ici en opérations pour gérer les conséquences de l'ouragan Katrina sur la Nouvelle-Orléans.

Le chaland est un grand bateau à fond plat, souvent non ponté, employé sur les rivières, les canaux et les rades, servant au transport de matériel (munitions, marchandises...) à bord des navires.

Historique[modifier | modifier le code]

Maquette reconstituant un chaland romain.

À l'époque gallo-romaine, les chalands descendaient les fleuves grâce à une voile d'appoint et les remontaient grâce au halage humain et peut-être animal (d'où la présence d'un mât de halage renforcé par un banc d'étambrai), étant dirigés par une pelle de gouvernail (rame-gouvernail) placée dans l'axe de la poupe. Leurs levées d'extrémité permettaient de charger ou décharger frontalement les cargaisons[1].

On distingue, en rivière, plusieurs types de chalands.
La plupart sont d'origine purement fluviale, comme le grand chaland de Loire qui peut atteindre 30 m de long et engendrera le chaland nantais, ou le chaland de Vire, plus petit, à la forme en amande caractéristique.
D'autres sont des adaptations fluviales de types maritimes, comme le chaland de la Rance.
Le plus petit est une simple barque : le chaland de Brière.

De nos jours, est aussi appelé chaland un grand bateau automoteur de rivière : chaland de Seine, chaland rhénan, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François de Izarra, Pedro Sánchez Gómez, Le fleuve et les hommes en Gaule romaine, Editions Errance, , p. 174

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]