Centrale géothermique de Krafla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Centrale géothermique de Krafla
Krafla Geothermal Station.jpg
Vue de la centrale
Administration
Pays
Région
Comté
Coordonnées
Propriétaire
Date de mise en service
1977
Statut
En service
Effectifs
15
Caractéristiques
Type d'installations
Nombre de puits géothermiques
15
Nombre de turbines
2
Puissance installée
60 MW
Production d’électricité
Production annuelle
480 GWh

Site web

Géolocalisation sur la carte : Islande

(Voir situation sur carte : Islande)
Point carte.svg

La centrale géothermique de Krafla (en islandais Kröflustöð) est une centrale géothermique détenue et opérée par Landsvirkjun. Elle est située près du volcan Krafla, à proximité du lac Mývatn, dans le nord-est de l'Islande. Construite entre 1974 et 1977, c'est la première centrale géothermique de grande échelle, après le succès de la centrale géothermique de Bjarnarflag en 1969, située à quelques kilomètres seulement.

Histoire[modifier | modifier le code]

La centrale de Bjarnarflag en 1969 montra au pays la possibilité d'utiliser l'abondante géothermie pour produire de l'électricité, en plus du chauffage. En 1974, des forages d'essais commencèrent dans la zone de Krafla. Les travaux de construction à proprement parler débutèrent l'année suivante, incluant de nouveaux forages, la construction de la centrale et l'installation des lignes de transmission vers Akureyri, la plus grande ville du nord du pays. Deux turbines de 30 MW furent achetées.

Cependant, entre décembre 1975 et septembre 1984, la région fut en proie à une importante activité volcanique, dont témoigne la coulée de lave Leirhnjúkshraun. Cette éruption injecta des gaz volcaniques dans le réservoir géothermique, ce qui entraîna une rapide corrosion des puits. Ceci causa des problèmes dans l'arrivée de la vapeur et repoussa le début de la production électrique en février 1978, bien que la première turbine ait été installée en août 1977[1]. De plus, la production était réduite à environ 8 MW. La turbine ne commença à tourner à plein régime qu'en 1982. Du fait de toutes ces difficultés, la deuxième turbine ne fut installée que 20 ans après la première, en 1997[1].

Impact[modifier | modifier le code]

Ces problèmes augmentèrent le coût de construction, qui dépassa largement les prévisions. Ceci a généré une certaine méfiance envers la géothermie comme source d'électricité. Ceci, allié à la faible croissance de la demande énergétique à l'époque, a conduit à un certain ralentissement du développement géothermique. Cependant, cette centrale augmenta fortement la connaissance technologique dans le domaine, et, lorsque dans les années 1990 de nombreuses industries consommatrices en énergie s'installèrent en Islande, la géothermie se développa de nouveau, jusqu'à atteindre de nos jours environ 20 % de la production électrique islandaise.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Sveinbjorn Bjornsson, GEOTHERMAL DEVELOPMENT AND RESEARCH IN ICELAND, Helga Bardadottir, (ISBN 9979-68-186-1, lire en ligne)