Carreaux de Delft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la céramique
Cet article est une ébauche concernant la céramique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carreau.
Carreaux de Delft à l'Hospice Comtesse à Lille
Panneaux du palais d'Amalienburg à Munich

On nomme carreaux de Delft les carreaux de faïence produits dans la ville de Delft à partir du XVIIe siècle. Par extension, on nomme également ainsi l'ensemble des carreaux fabriqués aux Pays-Bas, que ce soit en Frise, à Utrecht, ou à Rotterdam, voire dans le nord de la France, en Belgique, et en Angleterre.

Ces carreaux mesurent en général entre 13 et 14 cm de côté ; ils comportent le plus souvent 4 petits motifs d'angle qui entourent un élément central : paysage, fleur, scène biblique, animal, etc. Un ensemble de carreaux forment parfois un tableau représentant un paysage, une scène de genre, une marine, ou le portrait d'un personnage célèbre.

Les premiers carreaux hollandais furent peints en polychromie à Anvers, dans le goût de la majolique italienne[1]. C'est au cours du XVIIe siècle, sous l'influence des porcelaines bleues et blanches venues de Chine grâce à la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, que les carreaux devinrent bleus et blancs de façon prépondérante.

De nombreuses résidences princières et demeures patriciennes d'Europe des XVIIe et XVIIIe ont encore des murs et des sols ornés de carreaux de Delft. Les plus remarquables ensembles visibles de nos jours sont le Château Nymphenburg à Munich et le Palais Menchikov à Saint-Pétersbourg. En France on peut admirer la salle de bains du comte de Toulouse au Château de Rambouillet et le pavement du Château de Beauregard (Loir-et-Cher).

La première construction que Louis XIV fit construire à Trianon était recouverte de carreaux de Delft[2] : le Trianon de porcelaine.

L'ex Roi de Pologne et Duc de Lorraine Stanislas a fait orner une partie de son château de La Malgrange (près de Nancy) avec des carreaux de Delft. Malheureusement, cette partie du château a été détruite. Quelques carreaux ont été conservés.

Carreaux dits "de Delft" en situation[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Céramiques de Delft, par Hans van Lemmen, Anthèse, Paris, 1997
  • La céramique anversoise de la Renaissance, de Venise à Delft - Claire Dumortier, Racine, Bruxelles, 2002
  • The Dutch tile ; 1570-1930, par Jan Pluis, Primavera Pers, Leiden, 1997 (en néerlandais et anglais)
  • Die Geschichte der Fliese, par Wilhelm Joliet, Rudolf Müller, Cologne, 1996 (en allemand)
  • English Delft Tiles, par Arnold Page, Abson Books, Londres, 1975 (en anglais)
  • Bijbeltegels, van de 17e tot de 20e eeuw / Bibelfliesen, vom 17. bis zum 20. Jahrhundert, par Jan Pluis, Ardey-Verlag, Münster, 1994 (en néerlandais et allemand)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Céramique anversoise de la Renaissance, de Venise à Delft, Claire Dumortier, Anthèse, Paris, 1997
  2. Bernd Dams et Andrew Zega, « La Ménagerie de Versailles et le Trianon de Porcelaine. Un passé restitué », in Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 2, 1999, pp. 66-71

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]