Canon de 240 mm modèle 1884

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Canon de 240 Modèle 1884)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canon de 240 mm modèle 1884
Image illustrative de l’article Canon de 240 mm modèle 1884
Canon de 240 mm modèle 1884
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Type Artillerie côtière
Artillerie de campagne
Artillerie ferroviaire
Munitions Obus de 240 mm
Période d'utilisation 1884
Durée de service 1885 - ~1945
Production canon tracté : 60
canon TAZ : ~20
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 14 tonnes
longue portée: 22 t
Longueur du canon 29 calibres
Caractéristiques techniques
Architecture Chargement par la culasse
Système de Bange
Portée maximale 18 000 m[1]
Portée pratique 9 500 m - 18 000 m[2]
Cadence de tir 1 coup / 4 minutes[2]
Vitesse initiale 575 m/s[2]
Variantes 240 mm côtier mle 1884
240 mm long tractés mles 1884 et 1884/17
240 mm long « TAZ » mle 1884 et 1884/17 sur affût Batignolles
240 mm long mle 1884 sur affût-truck Schneider

Le canon de 240 mm modèle 1884 est une pièce d'artillerie française de la fin du XIXe siècle conçue par Charles Ragon de Bange. Aussi appelé canon de Bange de 240, il possède un canon rayé en acier à chargement par la culasse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 11 mai 1874, le ministère adopte les calibres de 120, 155, 220 pour les canons, ainsi que les mortiers de 220 et 270. Le tracé définitif du canon de 270 est arrêté le 31 décembre 1875, et les commandes sont passées le 22 janvier 1876[3]. À l'origine monté sur « affût G », le canon de 240 Modèle 1884 est utilisé en batterie côtière.

Pendant la Première Guerre mondiale, alerté par la supériorité de l'artillerie allemande, le GQG français tente de rechercher une arme d'ALGP (artillerie lourde à grande puissance) afin de pallier tout bombardement des villes à l'arrière du front. Le poids de la pièce rend sa mobilité pour l'époque très difficile pour un transport terrestre. Ainsi le colonel Leduc procède à une étude afin d'établir un nouvel affût d'artillerie[4]. Il est construit en bois et en acier et possède des échantignoles, une chambre agrandie ainsi qu'un canon légèrement plus long[1]. Cette version possédant deux fardeaux est montée sur des affûts St. Chamond. 14 pièces possédant cette configuration seront commandées à partir de 1915[4].

Enfin, une version ALVF (artillerie lourde sur voie ferrée) voit le jour durant le conflit, montée sur affût TAZ (tout azimut).

Désignations[modifier | modifier le code]

Si le système et le calibre sont le même, les multiples utilisations du canon reçoivent différentes désignations dans l'armée française, puis dans l'armée allemande lors de leur capture pendant la Seconde Guerre mondiale (31 exemplaires tractés et 18 TAZ sont disponibles en 1940). La plupart de ceux-ci seront utilisés par les Allemands comme artillerie côtière[1]:

Utilisation Désignation française Désignation allemande
Artillerie côtière canon de 240 modèle 1884
Artillerie de campagne canon de 240 long tracté modèle 1884 sur affût St. Chamond 24 cm Kanone 556(f)
Artillerie de campagne canon de 240 long tracté modèle 1884/17 sur affût St. Chamond 24 cm Kanone 556/1(f)
Artillerie ferroviaire canon de 240 long « TAZ » modèle 1884 sur affût Batignolles 24 cm Kanone (Eisenbahn) 557(f)
Artillerie ferroviaire canon de 240 long « TAZ » modèle 1884/17 sur affût Batignolles 24 cm Kanone (Eisenbahn) 557/1(f)
Artillerie ferroviaire canon de 240 long modèle. 1884 sur affût-truck Schneider

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Canon de 240mm de Bange », sur lemairesoft.sytes.net (consulté le 14 septembre 2012)
  2. a b et c « Les canons côtiers de 24C et 240G et TR », sur fortiffsere.fr (consulté le 14 septembre 2012)
  3. « Le système Ragon de Bange », sur fortsteynard.com (consulté le 14 septembre 2012)
  4. a et b Guy François, « Le canon de 240 modèle 1884, une pièce de côte bonne pour le front », Histoire de guerre, blindés et matériel (GBM), vol. 88,‎ , p. 88 - 89 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]