Camille Polonceau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polonceau.
Camille Polonceau
Description de l'image Bmr 41 camille polonceau.jpg.
Nom de naissance Jean-Barthélémy Camille
Naissance
Chambéry
Décès (à 45 ans)
Viry-Châtillon
Nationalité Drapeau de France Français
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Ingénieur
Formation
Ascendants
Famille
Gustave Ernest Polonceau (cousin germain)

Compléments

  • Pionnier français des chemins de fer

Jean-Barthélémy Camille Polonceau (ChambéryViry-Châtillon), est un ingénieur français des chemins de fer. Fils d'Antoine-Rémy Polonceau, il est l'inventeur de la « ferme Polonceau », une technique de charpente, et le créateur du train impérial de Napoléon III.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Chambéry dans le Mont-Blanc, il est le fils d'un ingénieur des Ponts et Chaussées et constructeur de ponts, Antoine-Rémy Polonceau (1778-1847) et d'Antoinette Adèle Chaper. Il est le cousin germain de Gustave Ernest Polonceau (1832-1900) ingénieur dans le chemin de fer qui innova sur les machines à vapeur.

Jean-Barthélémy Camille Polonceau est diplômé « Hors Ligne » de l'École Centrale des Arts et Manufactures. À sa sortie de l'école[1], Auguste Perdonnet, ingénieur en chef de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Versailles-Rive-Gauche le prend à ses côtés pour la construction de la ligne de Paris à Versailles-Rive-Gauche. C'est à ce poste qu'il conçoit en 1837 un système de « charpente en bois et fer » pour un petit bâtiment du chemin de fer, qui deviendra la « ferme Polonceau »[2] (ferme à double poinçon disposés en V inversé). L’intérêt de ce type de ferme est sa grande légèreté, l’économie de matière et la hauteur libre dessous plus importante au centre que sur les bords.

Il est directeur de la compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle de 1842 à 1847. C'est le constructeur du train impérial de Napoléon III de la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Orléans.

Camille Polonceau meurt à son domicile de Viry-Châtillon le (à 45 ans)[3].

Fermes Polonceau
Fermes Polonceau.

Décoration[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur (décret du 13 août 1857).

Postérité[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Barjot, Jacques Dureuil, 150 ans de génie civil: une histoire de centraliens, Presses Paris Sorbonne, 2008 (ISBN 9782840505693), pp. 61-63 Extraits en ligne (consulté le 3 août 2010).
  2. Note : Elle est connue aux États-Unis sous le nom de « ferme Fink », du nom de l'ingénieur Albert Fink.
  3. Acte de décès no 16/1859 de la commune de Viry-Châtillon.
  4. Nom de Polonceau inscrit sur la tour Eiffel : les dates 1778-1847 sont celle d'Antoine-Rémy, son père, et non Camille 1813-1859

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction d'Antoine Picon, L'art de l'ingénieur constructeur, entrepreneur, inventeur, p. 369, Centre Georges Pompidou/éditions Le Moniteur, Paris, 1997 (ISBN 978-2-85850-911-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]