Bucquet (Lille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bucquet.
Cours du Bucquet avant 1670 sur plan actuel

Le Bucquet était un bras de la Deûle dont l’origine était située sur la rive gauche de la Haute Deûle, sur l’actuelle avenue de Soubise à Lambersart, une centaine de mètres en aval du pont de Canteleu (avenue de Dunkerque).

Avant la Citadelle[modifier | modifier le code]

Le Bucquet traversait le quartier de Canteleu à Lambersart qui était un territoire marécageux, passait à l’emplacement de la Citadelle, parcourait la périphérie de Lille longeait l’ancien couvent des Dominicains au nord du faubourg de Weppes (actuellement quartier Sainte-Catherine compris dans l’enceinte de Lille depuis un agrandissement du XIIIe siècle) et se jetait dans les fossés des fortifications à l’emplacement de l’angle de la rue Jean-Moulin et de la rue d’Angleterre[1].

À l’origine de Lille, au XIe siècle et antérieurement, avant la création des premières enceintes, le cours primitif du Bucquet se serait prolongé parallèlement à la rue Esquermoise quelques dizaines de mètres au sud de cette rue sur un tracé correspondant à celui du canal des Poissonceaux recouvert au XIXe siècle. Le confluent avec le bras principal de la Deûle se serait situé au sud de l’actuelle place du Général de Gaulle[2],[Note 1].

Après 1670[modifier | modifier le code]

Fête au Colysée en 1789 tableau de François Watteau

La Citadelle de Lille a été construite sur un terrain marécageux autour du cours du Bucquet qui a alimenté le Grand Carré.

La création du quartier Royal en 1670 en même temps que la Citadelle par l’agrandissement de la ville suite à la conquête de la ville par Louis XIV a amené à détourner la rivière dans un canal souterrain nommé canal de la Citadelle dont le parcours était situé entre les rues Dauphine (actuelle rue de Jemmapes) et rue du Pont-Neuf et qui se jetait dans la Basse-Deûle (avenue du Peuple-belge) entre la rue de l’Entrepôt et la rue du Pont-Neuf face à l’actuel square Grimonprez[1].

Un siphon a été créé sous le canal de la Moyenne-Deûle dans l’axe de la rue Dauphine (actuellement rue de Jemmapes) à l’ouverture de ce canal en 1750[1].

Après 1670, le cours amont du Bucquet resta à son emplacement antérieur de Lambersart à la Citadelle.

À Lambersart, un parc de loisirs, le Colysée Royal, comprenant des guinguettes, un théâtre de verdure, une salle de bal, fut créé en 1787 sur les rives du Bucquet par le prince de Soubise gouverneur de Flandre. Ce parc ferma en 1793. Le lycée et collège Sainte-Odile sont situés sur une partie de l’ancien Colysée Royal. L’avenue du Colysée à Lambersart conserve le souvenir de cet établissement éphémère[1].

À partir de la fin du XIXe siècle le Bucquet a progressivement disparu. Quelques parties du cours d’eau étaient encore visibles à Lambersart jusque vers 1960 mais il n'en reste pratiquement aucun vestige[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean Caniot, Les canaux de Lille (deuxième partie), , 416 p. (ISBN 2 9524783 2 5), p. 219 à 248
  2. Jean-Denis Clabaut, Les caves médiévales de Lille, Presses Universitaires du Septentrion, , 127-130 p. (ISBN 2 85939 642 X, lire en ligne)

Note[modifier | modifier le code]

  1. Ceci n'est qu'une hypothèse de Jean-Denis Clabaut étayée par l'absence de caves à l'angle des rues Basse et Esquermoise qui permet de supposer l'existence d'un ancien cours d'eau qui se serait prolongé jusqu'à un confluent avec la Deûle près de la future Grand' Place.

Article connexe[modifier | modifier le code]