Brûlant Secret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Brûlant secret)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brûlant Secret (Brennendes Geheimnis) est la quatrième nouvelle du recueil Erstes Erlebnis (Première expérience en français) écrite par Stefan Zweig, parue en 1911. Elle paraît seule deux ans plus tard chez le même éditeur Anton Kippenberg. Elle trouva très rapidement son public et reçut un bon accueil critique. Elle reçut une certaine reconnaissance d’autres auteurs dont Hermann Hesse[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Un baron, séducteur impatient, décide de séduire une femme d'âge mûr s'occupant de son fils à la santé fragile dans une station des Alpes autrichiennes. Il apprivoise le jeune garçon pour s'attirer la bienveillance de la mère. Quand il prend conscience de la supercherie, le jeune Edgar commence déjà à quitter le temps de l'enfance.

Structure[modifier | modifier le code]

Brûlant Secret est la plus longue nouvelle du recueil. Divisé en quinze chapitres, le récit correspond selon Gérard Rudent et Brigitte Vergne-Cain à « la plus longue et la plus construite [nouvelle du recueil], si l'on entend par là une structure linéaire, et non baroque »[2]

Titres des chapitres[modifier | modifier le code]

  1. Le Partenaire
  2. Une amitié rapide
  3. Trio
  4. L'Attaque
  5. Les Éléphants
  6. Escarmouches
  7. Brûlant Secret
  8. Silence
  9. Les Menteurs
  10. Traces au clair de lune
  11. L'Embuscade
  12. Orage
  13. Début de raison
  14. Obscurité troublante
  15. Le Dernier Rêve

Histoire éditoriale[modifier | modifier le code]

Ce récit est la quatrième nouvelle du recueil Erstes Erlebnis (Première expérience en français) paru en 1911. Elle paraît seule deux ans plus tard chez le même éditeur Anton Kippenberg (Insel-Bucherei n°122). En 1926 le recueil est le premier d'une série de trois volumes intitulée Die Kette, fin Novellenkreis (La Chaîne. Un cycle de nouvelles en français). Avant son interdiction par les nazis, l'ouvrage se vend à 140 000 exemplaires. Il est réimprimé en 1954 dans un nouveau recueil auquel il fournit son titre (Brennendes Geheimnis, Frankfurt-am-Main, Fisher Verlan).

En France le récit paraît en 1938 traduit par Alzir Hella aux éditions Grasset dans un recueil portant le même titre et comprenant aussi Conte crépusculaire, La Nuit fantastique et Les Deux jumelles (réédité en 1986). Romain Rolland déplore le choix d'un nouvel agencement du recueil, regrettant en tant qu'"artiste" que "l'on n'ait pas conservé la composition originale"[3]. Il ajoute :

"On peut avancer, sans trop de risques de se tromper, que cette préoccupation sourde, ce besoin à la fois voluptueux et angoissé est la raison essentielle du choix qui préside au groupement de ses livres les plus importants d'essais ou de nouvelles."

Aujourd'hui la nouvelle est publiée seule aux éditions Grasset[4], Gallimard[5], Le Livre de poche[6] et dans le premier tome des romans et nouvelles de l'auteur dans la collection Pochothèque du Livre de poche[7].

Adaptation[modifier | modifier le code]

L'adaptation filmique britannico-allemand Burning Secret réalisé par Andrew Birkin sort en salles en 1989. Il obtient le prix du jury jeune du festival de Bruxelles la même année et le prix spécial du jury pour David Eberts au Festival de Venise.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Catherine Delattre dans son article "Psychopathologie et perversions esthétisées dans l'écriture zweigienne" imagine l'auteur "en costume de bourreau d'enfants" à propos de Brûlant secret pour souligner à quel point l'auteur "assouvit ses pulsions agressives" et "exerce sa domination" sur les plus faibles (les femmes et les enfants). Elle relève aussi le désir d'être vu sans se montrer dans toute l'oeuvre[8]. Le sentiment de détresse du jeune Edgar est palpable tout au long de la nouvelle : d'abord rejeté par le monde des adultes, fasciné par ce baron qui enfin s'intéresse à lui, et à nouveau rejeté de la sphère intime se créant entre le baron et sa mère. Ce sentiment de trahison très fort le mènera à jouer un double jeu, épiant les faits et gestes des adultes tout en feignant de ne plus s'y intéresser. La scène dans laquelle il suit les deux autres protagonistes dans la forêt relève de ce fantasme d'intrusion relevé par Catherine Delattre.

Caroline Anthérieu-Yagbasan signale quant à elle l'importance de la crise identitaire dans les nouvelles de l'auteur :

La crise existentielle vécue par le personnage est en même temps une prise de conscience de soi-même, une intensification du sentiment de soi vécu par le personnage. De la sorte, elle participe, tant sur le plan esthétique que narratif, à la transformation du héros en individu[9].

En effet le personnage Edgar finira par prendre la fuite, prenant le train pour aller chez sa grand-mère. Ce voyage désespéré lui fera prendre conscience du caractère éphémère de l'enfance et de son prix. La nouvelle se clôt sur un sentiment d'individuation et d'inéluctable : Edgar sait qu'il a perdu son innocence, mais il revient avec soulagement à sa condition d'enfant.

La description de l’évolution psychologique d’Edgar[10] et la peinture détaillée de ses sentiments alors qu’il entre dans le monde des adultes sont nouvelles pour l’époque. Elles s’inscrivent dans le contexte viennois de Sigmund Freud et Arthur Schnitzler[11]. La lutte du jeune garçon dans un monde d’adultes avec des règles différentes peut s’interpréter comme la métaphore de la fin de siècle et l'avènement d'un siècle nouveau à la veille de la Première Guerre mondiale[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nachdem Sie neulich abgereist waren, las ich wieder Ihr „Brennendes Geheimnis“, und die Intensität und Wahrheit dieser lieben Dichtung sprach wieder... Aus: Hermann Hesse: Briefwechsel. Bibliothek Suhrkamp 2006, S. 96 (ISBN 3-518-22407-7)
  2. Brigitte Vergne-Cain et Gérard Rudent, Stefan Zweig I, Romans et nouvelles, Le Livre de poche, coll. La Pochothèque, 2001, p. 74.
  3. ROLLAND, Romain cité par VERGNE-CAIN et RUDENT, Gérard in Stefan Zweig I Romans et nouvelles, préface, Le Livre de poche, coll. La Pochothèque, 2001, p. 24.
  4. « Brûlant secret chez Grasset », sur Grasset (consulté le 23 avril 2018)
  5. « Brûlant secret chez Gallimard », sur Gallimard (consulté le 23 avril 2018)
  6. « Brûlant secret en Livre de poche », sur Le Livre de poche (consulté le 23 avril 2018)
  7. « Brûlant secret dans Romans et nouvelles I du Livre de poche »,
  8. (de + fr) Régine Battiston, Klemens Renoldner, "Ich liebte Frankreich wie eine zweite Heimat": neue Studien zu Stefan Zweig, Königshausen & Neumann, , 286 p. (ISBN 3826044878), p. 52, 55.
  9. Caroline Anthérieu-Yagbasan, « L'outrance comme procédé esthétique. La crise identitaire chez les personnages de Stefan Zweig. », HAL,‎ , p. 3, 4 (lire en ligne)
  10. Thomas Haenel: Stefan Zweig. Psychologe aus Leidenschaft. Leben und Werk aus der Sicht eines Psychiaters. Droste Verlag, 1999 (ISBN 3-770-01035-3)
  11. Vgl. Lou Andreas-Salomé: Im Zwischenland. Fünf Geschichten aus dem Seelenleben halbwüchsiger Mädchen. J. G. Cotta'sche Buchhandlung Nachfolger, Stuttgart et Berlin, 1925
  12. Achim Küpper: „Eine Fährte, die ins Dunkel läuft“. Das Scheitern epochaler Übergänge und die Dehumanisation des Menschen: Stefan Zweigs „Brennendes Geheimnis“. Modern Austrian Literature, 42, 2, S. 17–40, 2009