Boule (pain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Miche de pain au romarin.
Boule de campagne.

Une boule, ou pain-boule, est une forme traditionnelle du pain en France. Un pain de cette forme ressemble à un ballon aplati. Il s'agit d'une forme de pain rustique qui peut être faite de n'importe quel type de farine et levée avec différentes levures.

Boule de campagne[modifier | modifier le code]

Par sa forme, la boule, ou miche, garde mieux l'humidité et tarde à se ressécher, ce qui lui permet de se conserver plus de temps que le pain allongé. La boule a un poids approximatif de 1 kg, la plus petite, de 400 g. La boule dite de campagne — qui peut être confectionnée d'une façon artisanale pétrie à la main, cuite dans des fours à gueulards, chauffés au feu de bois[1] —, est le type de pain le plus apprécié des Français après la baguette classique et la baguette tradition[2].

Miche Poilâne[modifier | modifier le code]

En reprenant la recette d'un pain de leur père Pierre-Léon Poilâne, les boulangers Lionel et son frère Max confectionnent une boule de mie grise — cuit au feu de bois, c'est un pain réalisé à partir de levain, de farine de blé broyée à la meule de pierre, de sel de Guérande et d’eau —, de 1,9 kg environ, la miche Poilâne dans les années 1970 à Paris[3]. En 2002, il s'en vend 15 000 et il se positionne comme le pain du Tout-Paris[3].

Représentation artistique[modifier | modifier le code]

Luis Meléndez, Nature morte aux figues, pain et récipient.

La boule de pain apparaît dans l'art, comme dans certains tableaux de La Renaissance du peintre hollandais Dieric Bouts[4]. La représentation de la boule de pain s'apprécie dans les œuvres de nature morte du peintre espagnol Luis Eugenio Meléndez (1716-1780), comme son huile sur toile, Nature morte aux figues, pain et récipient, ou bien dans les œuvres du peintre français Jean-Baptiste Chardin[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Thouvenot, Le Pain d'autrefois. Chroniques alimentaires d'un monde qui s'en va, Éd. Rombaldi, Paris, 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un pain : la boule de campagne », publié sur le site latribune.fr.
  2. « Le pain reste au cœur des traditions », publié sur le site chd-expert.fr.
  3. a et b « Le pain Poilâne a perdu son mitron », publié dans Libération, le 2 novembre 2002.
  4. a et b « Le pain et l'art », publié sur le site lepain.ch.