Bivalirudine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bivalirudine
Image illustrative de l’article Bivalirudine
Identification
No CAS 128270-60-0
Code ATC B01AE06
DrugBank DB00006
PubChem 16129704
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C98H138N24O33
Masse molaire[1] 2 180,2853 ± 0,1028 g/mol
C 53,99 %, H 6,38 %, N 15,42 %, O 24,22 %,
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité N/A (application par IV seulement)
Métabolisme rénal et clivage protéolitique
Demi-vie d’élim. ~25 minutes pour un patient avec une fonction rénale normale

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La bivalirudine est un médicament anticoagulant intraveineux, inhibiteur de la thrombine, utilisé essentiellement dans les syndromes coronariens aigus et lors de certains gestes d'angioplastie coronaire. Ce médicament est vendu sous la marque Angiox.

Efficacité[modifier | modifier le code]

Lors d'un infarctus du myocarde à la phase aiguë (dit « ST+ ») traité par angioplastie coronaire, la bilavirudine, administrée avant l'arrivée à l'hôpital, réduit la mortalité, la survenue d'accidents cardiaques ainsi que les saignements, par rapport à un traitement combinant l'héparine aux inhibiteurs de la glycoprotéine IIb/IIIa (antiagrégant plaquettaire intraveineux)[2], cette supériorité se maintenant jusqu'à au moins trois ans[3]. Ce résultat semble depuis confirmé, malgré le changement de la prise en charge de l'infarctus (coronarographie par voie radiale ou utilisation de nouveaux antiagrégants plaquettaires)[4], mais d'autres données montrent des résultats plus défavorables[5].

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Il existe un risque plus important de thrombose de stent dans le premier mois[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b Stone GW, Witzenbichler B, Guagliumi G et al., Bivalirudin during primary PCI in acute myocardial infarction, N. Engl. J. Med., 2008;358:2218-2230
  3. Stone GW, Witzenbichler B, Guagliumi G et al., Heparin plus a glycoprotein IIb/IIIa inhibitor versus bivalirudin monotherapy and paclitaxel-eluting stents versus bare-metal stents in acute myocardial infarction (HORIZONS-AMI): final 3-year results from a multicentre, randomised controlled trial, Lancet, 2011;377:2193-2204
  4. Steg PG, van 't Hof A, Hamm CW et al., Bivalirudin started during emergency transport for primary PCI, N. Engl. J. Med., 2013;369:2207-2217
  5. Shahzad A, Kemp I, Mars C et al. Unfractionated heparin versus bivalirudin in primary percutaneous coronary intervention (HEAT-PPCI): an open-label, single centre, randomised controlled trial, Lancet, 2014;384:1849–1858