Benoît Farjat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benoît Farjat
Antonio de Solís.jpg

Portrait d'Antonio de Solís par Farjat d'après Giuseppe Passeri

Biographie
Naissance
1645 ou 1655 ?
Lyon
Décès

Rome
Nationalité
Activité
Conjoint
Margarita Grimaldi

Benoît Farjat est un graveur français né en 1655 (ou vers 1645-1646 ?) et mort en 1724.

Parcours[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce qui a souvent été répété en reprenant les imprimés anciens, il n'est pas mort en 1720 mais en 1724, comme l'indique l'acte de sépulture en la basilique San Lorenzo in Lucina de Rome. Cet acte le dit « âgé d'environ 69 ans », ce qui inclinerait à le faire naître en 1655 (et non en 1645 ou 1646 comme il est souvent affirmé) : cependant, à ce jour, aucun document d'archive ne le prouve[1].

Farjat semble avoir été l'élève de Guillaume Chasteau (d'après Florent le Comte et Pierre-Jean Mariette), sans que l'on sache bien quand cela a pu se passer. Les liens entre les deux hommes sont en tout cas avérés : des planches de Farjat portent l'excudit de Chasteau et des planches de Farjat figurent dans l'inventaire après décès de Chasteau[1].

Il part à Rome avec onze artistes, sous la conduite de Noël Coypel : il y arrive en janvier 1673 et loge à l'Académie de France à Rome. Il y épouse dès l'année suivante Margarita, fille de Giovanni Francesco Grimaldi, dit « il Bolognese » : il en a au moins quatre enfants[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Benoît Farjat grave en taille-douce. C'est un graveur d'interprétation, dont on ne connaît aucune œuvre originale[1].

Le catalogue de ses œuvres est publié dans l'Inventaire du fonds français de la Bibliothèque nationale de France[2], complété par l'article d'Henriette Pommier dans les Nouvelles de l'estampe[1] : il comporte 156 numéros.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henriette Pommier, « Benoît Farjat, graveur italien d'origine lyonnaise », Nouvelles de l'estampe, 147, juillet 1996, p. 13-24.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Henriette Pommier, « Benoît Farjat, graveur italien d'origine lyonnaise », Nouvelles de l'estampe, 147, juillet 1996, p. 13-24.
  2. Roger-Armand Weigert, Inventaire du fonds français - XVIIe siècle, t. 4, Ecman-Giffart, 1961, 600 p. ; pages sur Farjat