Bataille d'Amba Alagi (1895)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire image illustrant l’Italie image illustrant l’Éthiopie
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire, l’Italie et l’Éthiopie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'Amba Alagi.
Bataille d'Amba Alagi
Description de cette image, également commentée ci-après

Ras Mekonnen menant ses soldats à la victoire.

Informations générales
Date
Lieu Amba Alagi, Empire éthiopien
Issue Victoire éthiopienne
Belligérants
Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Italie Ethiopian Pennants.svg Empire éthiopien
Commandants
Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Major Pietro Toselli Ethiopian Pennants.svg ras Mekonnen

Ethiopian Pennants.svg fitawrari Gebeyehu
Ethiopian Pennants.svg Welle Betul
Ethiopian Pennants.svg Mengesha Yohannes
Forces en présence
2 000 askari érythréens 20 000 hommes
Pertes
1 300 askaris érythréens
20 officiers italiens

Première guerre italo-éthiopienne

Batailles

Coatit · Senafé · Amba Alagi · Meqelé · Adoua
Coordonnées 12° 59′ 39″ nord, 39° 30′ 13″ est

Géolocalisation sur la carte : Éthiopie

(Voir situation sur carte : Éthiopie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille d'Amba Alagi (1895).

La bataille d'Amba Alagi en 1895 est le premier affrontement important de la campagne qui oppose les troupes du général italien Oreste Baratieri à celles du negus negest Menelik II durant la première guerre italo-éthiopienne.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Les troupes italiennes, conduites par le major Toselli est composée de 2 000 askaris érythréens, occupaient une position avancée dans la montagne d'Amba Alagi au Tigray. Le , le ras Makonnen, Welle Betul et Mangesha Yohannes y menèrent un assaut qui annihila les troupes italiennes et à l'occasion duquel le major Toselli fut tué.

À la suite de la défaite d'Amba Alagi, le Premier ministre italien Francesco Crispi accorda une avance de 20 millions de lires pour s'assurer qu'un tel désastre ne se reproduirait plus[1], ce qui a permis de relancer l'action italienne. Elle ne s'arrête qu'à la défaite d'Adwa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Pakenham, The Scramble for Africa, (London: Abacus, 1992) p. 477.

Articles connexes[modifier | modifier le code]