Barbed Hula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
thumn

Barbed Hula (en français : Hula Barbelé) est une vidéo d'art créatif créée et réalisée par Sigalit Landau. Cette vidéo a été diffusée pour la 1re fois à la télévision sur la chaine Arte dans l'émission Arte Video Night en 2009-2010.

Vidéo[modifier | modifier le code]

Cette vidéo, de courte durée, a été tournée en 2000. Elle représente Sigalit Landau en personne, entièrement nue, en train de faire du Hula Hoop avec, au lieu d'un cerceau, un fil de fer barbelé en forme de cerceau. Cette vidéo a été tournée sur une plage au sud de Tel-Aviv.

Décryptage[modifier | modifier le code]

D’emblée, c’est la référence religieuse qui marque dans la vidéo. L’image forte de Sigalit Landau pratiquant nue du Hula Hoop en fil barbelé sur une plage israélienne renvoie aux pratiques sacrificielles des origines des religions tel que les rituels, les stigmates, les propitiations ainsi que les marquages indélébiles. L’artiste et performeuse d’origine israélienne se place ici sans conteste dans une lignée du body art cérémonial-cathartique des années 1960 et 70 à la Marina Abramovic, Gina Pane ou les actionnistes viennois. La représentation du corps violenté ou profané comme expiation possible des corruptions de la société contemporaine. Mais chez Sigalit Landau, le pathos inhérent aux formes de ses aînés est ici refoulé par un rapprochement subversif de deux motifs antagonistes : la danse rock 'n' roll profane et le sacré de l’icône sacrificielle comme qu'elle essayait de nous faire passer un message tel que : « Rock my religion. Twist again in Jerusalem. ». Habituée aux spectaculaires mises en scène (comme cette parade célébrative mais tragique prenant comme sujet La Petite marchande de prose d’Andersen, où elle transformait une bétonneuse en géante boîte à musique mobile ; ou cette impressionnante reconstitution d’une terrasse de Tel-Aviv, d’où l’on contemplait un infernal verger fruitier d’après la guerre), Sigalit Landau se plaît à mélanger la douleur et le sublime, la grâce et le sordide, naturalisme et chaos moderniste. De par ses origines, on ne s’étonnerait pas par ailleurs que l’artiste soit sensible à la notion de frontière. Dans cette perspective, le barbelé est emblématique du double mouvement (voire, sans mauvais jeu de mot, du double tranchant) opéré par tout bornage géographique : à la fois figure de la protection et de la répression (la prairie, l’asile, mais aussi le check-point ou le camp de concentration). Le barbelé, métonymie de l’appropriation territoriale, ralliant le militaire et le civil, protège et enceint aussi bien qu’il blesse. Tourné dans une zone déserte au sud de Tel-Aviv, le film de Sigalit Landau oppose ainsi la violence dégradante de la démarcation culturelle (celle artificiellement modélisée par l’homme), à la frontière naturelle que représente la mer. Pratiquant une danse dangereuse qui laisse des marques, Sigalit Landau fait montre d’une émouvante résistance à l’oppression, parvenant à jouer du dernier périmètre vital laissé par un espace politique et social astringent qui menace directement l’intégrité physique de ses sujets[1].

Provocation et Critiques[modifier | modifier le code]

Cette video, bien dénommée comme créative, a été aussi d'une certaine manière provocatrice, la propre réalisatrice, nue, faisant du Hula Hoop et avec un fil de fer barbelé, plusieurs doutes se sont tournés vers Sigalit. Ce qui, d’une part, est connu comme un jeu d’enfant anodin, et qui d’autre part a été interdit par exemple au Japon à cause de son côté érotique évident, présent aussi dans la vidéo de Sigalit Landau, se transfrome en un rituel frénétique autodestructeur[2].

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Dead See (2004)
  • Rose Bleed (2003)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]